AFP

Westbrook a tout tenté, Harden et Houston ont encore gagné

Westbrook a tout tenté, Harden et Houston ont encore gagné

Le 20/04/2017 à 07:58

PLAYOFFS NBA – Encore un nouveau record battu pour Russell Westbrook. La superstar du Thunder d'Oklahoma City a compilé le triple-double le plus prolifique de l’histoire des playoffs contre les Houston Rockets cette nuit (51 pts, 10 rbds et 13 pds). Une performance individuelle impressionnante mais inutile : son équipe a perdu pour la deuxième fois en deux matches.

Houston Rockets – Oklahoma City Thunder : 115-111

(Houston mène la série 2-0)

Du spectacle, du suspense, deux superstars qui se rendent les coups, des chiffres surréalistes dignes d’un jeu vidéo… le match de cette nuit représentait tout ce que l’on attendait de la série entre Russell Westbrook et James Harden. Il était évident que les deux principaux candidats au trophée de MVP allaient se livrer un duel d’anthologie sur ce premier tour des playoffs. La performance du meneur du Thunder restera d’ailleurs dans les annales. En tout cas sa ligne de statistiques. Il a terminé avec 51 points, 10 rebonds et 13 passes au compteur. Jamais un joueur n’avait inscrit autant de points tout en compilant un triple-double en playoffs.

Une prestation dans la lignée de celles accumulées pendant la saison régulière. Mais une autre donnée, moins glorieuse, illustre la physionomie du choc de la nuit : 4/18. 4/18 dans le dernier quart temps pour un Westbrook glouton. Trop, sans doute. Il avait commencé la rencontre en alternant scoring et distribution (22 pts et 10 pds en première période). Ses coéquipiers ont compté jusqu’à 18 pts d’avance et ils étaient en tête à la pause (68-62). Mais Russ s’est entêté à affronter seul la formation texane au retour des vestiaires. Il a tenté sa chance 28 fois en deuxième mi-temps, pour seulement 9 réussites. Menés par Harden (35 pts, 4 rbds et 8 pds), les Rockets ont recollé avant de reprendre l’avantage.

Westbrook a été maladroit. Si son tir ne l’avait pas abandonné dans les moments les plus importants du match, sa performance aurait pu être encore plus invraisembable. Il a essayé d’en faire trop mais ses coéquipiers ne lui ont pas vraiment donné d’autres solutions en attaque. Andre Roberson, clairement pas un as du scoring, a terminé deuxième meilleur marqueur avec 12 points. Problématique. Harden, de son côté, peut compter sur un Eric Gordon auteur de 11 de ses 22 points dans le dernier quart ou encore sur Lou Williams (21 pts) et Patrick Beverley (15). Au final, ce match résume tout ce que l’on pense du duel entre les deux stars : Westbrook marque les esprits et bat des records mais c’est Harden qui gagne.

Washington Wizards – Atlanta Hawks : 109-101

(Washington mène 2-0)

Le deuxième match de la série ressemblait fort au premier : une rencontre physique, engagée, des Hawks qui craquent en fin de match et un John Wall phénoménal. Le meneur All-Star des Wizards a terminé avec 32 points et 9 passes décisives. Parmi ses caviars, une offrande pour un panier à trois points crucial de Bradley Beal en fin de match. Un tir primé pour enterrer pour de bon les espoirs d’Atlanta. Beal et Wall ont inscrit 20 des 21 derniers points de leur équipe. Ils ont haussé leur niveau de jeu au meilleur moment. Les Hawks comptaient 4 points d'avance à l’entame du dernier quart temps mais ils se sont encore une fois écroulés et sont désormais menés 2-0.

Golden State Warriors – Portland Trail Blazers : 110-81

(Golden State mène 2-0)

Les Warriors ont beau avoir une armada offensive impressionnante, il est facile d’oublier à quel point ils sont efficaces en défense. Les Californiens l’ont rappelé aux joueurs des Blazers cette nuit. Déchaînés dans le premier match (75 points à eux deux), Damian Lillard et C.J. McCollum ont cette fois beaucoup souffert (23 ptd à 9/34 à eux deux). La faute à un Klay Thompson déterminé à éteindre les artificiers de Portland, Draymond Green s’occupant lui de verrouiller la raquette. Les Warriors ont notamment resserré la vis dans le troisième quart temps. Ils ont limité les joueurs de Terry Stotts à 12 petits points en 12 minutes pour prendre 25 points d’avance. Leurs adversaires ne s’en sont jamais remis et Golden State a pu dérouler dans le dernier quart. Le tout sans Kevin Durant, touché au mollet.

0
0