2012 Fleche Wallonne Jelle Vanendert - DPPI
 
Article
commentaires
Cyclisme > Liège - Bastogne - Liège

Vanendert attend son heure

Vanendert attend son heure

Par Eurosport
Dernière mise à jour Le 20/04/2012 à 19:31 -
Par Eurosport - Le 20/04/2012 à 19:31
Deuxième de l'Amstel et quatrième de la Flèche Wallonne, Jelle Vanendert tourne autour du pot cette semaine. Le Belge aimerait enfin mettre dans le mille lors de Liège-Bastogne-Liège, dimanche. La Doyenne est ouverte cette année. Le coup apparait jouable pour l'homme fort de la Lotto.

Jelle Vanendert est un des coureurs les plus consistants de ce printemps ardennais. Passé tout près de la victoire au sommet du Cauberg dans l'Amstel Gold Race, il n'a été devancé que par Enrico Gasparotto. Trois jours plus tard, le Belge de l'équipe Lotto a encore été dans le coup sur la Flèche Wallonne, échouant cette fois au pied du podium, à la quatrième place. En toute logique, il s'impose donc comme un des hommes à battre avant Liège-Bastogne-Liège dernier élément, le plus prestigieux, du triptyque ardennais.

En dedans depuis quelques semaines, l'ancien fidèle lieutenant de Philippe Gilbert s'est en tout cas réveillé au bon moment. Il roule désormais pour lui chez Lotto et cette bonne semaine justifie cette confiance. Mais ces deux résultats lui laissent un sentiment de frustration. Au Cauberg, il ne lui a presque rien manqué pour battre Gasparotto et profiter de l'effondrement de Peter Sagan à l'approche de la ligne. Quant à la Flèche, il fondait beaucoup d'espoirs dessus. L'arrivée lui convenait et l'an dernier, il avait terminé sixième tout en travaillant comme un damné au pied pour Philippe Gilbert.

Van den Broeck à ses côtés

Pourtant, s'il nourrissait a priori plus d'ambition pour la Flèche, il en retire paradoxalement moins de regrets après coup. Il n'y avait rien à faire pour lui face à Joaquim Rodriguez.  "Quand il a accéléré, j’étais le nez sur son dérailleur, explique-t-il. Puis il est parti comme ça, en me laissant sur place, sans que je puisse faire quoi que ce soit pour garder le contact. Autant je pensais, après l’Amstel, que j’aurais pu gagner cette course, autant, ici, j’ai eu l’impression de n’avoir jamais vraiment voix au chapitre. Il n’y avait strictement rien à faire contre ce Rodriguez-là." Mais il s'est promis de revenir pour gagner l'an prochain. En tout cas, cette nouvelle place d'honneur lui confirme ses excellentes jambes avant la Doyenne.

Il n'y a aucune raison de penser que Vanendert sera à nouveau dans le coup dimanche. D'autant que Jurgen Van den Broeck, l'autre élément fort de la Lotto, a d'ores et déjà annoncé qu'il était prêt à se mettre au service de son compatriote. Vanendert, lui, espère une course sélective. Plus que sur la Flèche. "Les 60 kilomètres supplémentaires offriront en effet davantage de points névralgiques et surtout, du moins je l'espère, nous vaudra une course par éliminations qui permettra d'arriver à Ans au sein d'un groupe réduit", espère-t-il. Il n'a peur de personne. Cette édition 2012 est bonne à prendre. "Il n'y a plus de grandissime favori comme l'était Philippe Gilbert l'année passée", juge le Limbourgeois. Même pas Joaquim Rodriguez, qui a tout de même été très avantagé par l'arrivée au sommet du Mur de Huy mercredi". Alors, et si c'était son heure?