Eurosport

Pas de prologue, un chrono au Mont-Brouilly et un sommet à près de 1700m : Paris-Nice promet déjà

Pas de prologue, un chrono au Mont-Brouilly et un sommet à près de 1700m : Paris-Nice promet déjà

Le 03/01/2017 à 14:35Mis à jour Le 03/01/2017 à 14:40

PARIS-NICE – Le parcours détaillé de Paris-Nice a été dévoilé par ASO ce mardi. L'édition 2017 innove à plusieurs niveaux cette année. Notamment avec une arrivée en altitude inédite, qui sera la plus élevée de l'histoire de l'épreuve.

L'édition 2017 de Paris-Nice sera empreinte d'une émotion particulière le 12 mars prochain quand le peloton achèvera sa semaine de course dans la cité azuréenne. Quelques mois après l'attentat qui a coûté la vie à 85 personnes le 14 juillet, les organisateurs ont décidé en accord avec la municipalité de ne pas arriver, comme le veut la tradition, sur la Promenade des Anglais, théâtre de ce dramatique épisode qui a profondément marqué la ville.

"Traditionnellement dessinée sur la Promenade des Anglais, la ligne d’arrivée finale de Paris-Nice a été déplacée pour le respect de la période de mémoire mise en place par les collectivités locales", a annoncé ASO dans un communiqué.

C'est une semaine plus tôt, le 5 mars, que débutera la Course au Soleil. Non par une épreuve chronométrée, comme c'est souvent le cas, mais par une étape en boucle dans les Yvelines, autour de Bois-d'Arcy. Une étape sans doute promise aux sprinters. Globalement, même si les bordures seront toujours menaçantes, les sprinters devraient d'ailleurs garder la main jusqu'au soir de la 3e étape, à Chalon-sur-Saône. Après quoi la course prendra une autre dimension.

Paris-Nice en 2016

Paris-Nice en 2016AFP

Les choses sérieuses débuteront au Mont Brouilly

Dès le mercredi, les ténors pourront commencer à s'expliquer. Le mercredi 7 mars, les organisateurs ont en effet programmé un contre-la-montre de 14,5 kilomètres au Mont-Brouilly. Les trois derniers kilomètres offrent une pente moyenne de 7,7%, et nul doute qu'une première sélection s'opérera ici. Le Mont Brouilly aurait déjà dû accueillir Paris-Nice l'an passé, mais les chutes de neige avaient gâché la fête et débouché sur l'annulation pure et simple de l'étape.

Après une temporisation le jeudi sur la route de Bourg-de-Péage, les prétendants à la victoire et les grimpeurs entameront le triptyque décisif du vendredi au dimanche. Avec un sacré menu. Premier volet le vendredi avec l'arrivée à Fayence, dont le final a déjà fait ses preuves, par exemple en 2009 aux dépens d’Alberto Contador. Le samedi, Paris-Nice vivra une journée historique avec l'arrivée au sommet du col de la Couillole, pour l'arrivée la plus haute jamais vue sur la Course au soleil, à 1678 mètres d'altitude. Ce col classé en 1re catégorie sera précédé d'une autre ascension en 1re cat', le col de Saint-Martin.

Deux montées qui figuraient au programme lors de la célébrissime étape de Pra-Loup, sur le Tour de France 1975. C'est ce jour-là que Bernard Thévenet avais mis fin au règne d'Eddy Merckx en lui prenant le maillot jaune pour de bon. Enfin, le dimanche, avant l'arrivée à Nice, probablement sur le quai des Etats-Unis, à la place de la Promenade des Anglais, le traditionnel col d'Eze sera escaladé par le peloton. La victoire se jouera peut-être là...

Eddy Merckx et Bernard Thévenet lors du Tour de France 1975

Eddy Merckx et Bernard Thévenet lors du Tour de France 1975AFP

0
0