Getty Images

Hoeness, président du Bayern Munich : "Ancelotti avait cinq joueurs contre lui"

Hoeness : "Ancelotti avait cinq joueurs contre lui : cela ne pouvait pas durer"

Le 29/09/2017 à 11:32Mis à jour Le 29/09/2017 à 17:29

BUNDESLIGA - Au lendemain du licenciement de Carlo Ancelotti au Bayern Munich, la presse allemande dévoile les coulisses de l'éviction de l'entraîneur italien. En s'appuyant notamment sur des déclarations du président bavarois Uli Hoeness, qui a révélé une fracture entre son ancien entraîneur et plusieurs cadres du vestiaire.

En avril dernier, au cours d'un entretien accordé au Canal Football Club, Frédéric Antonetti évoquait sa gestion du cas Rio Mavuba au LOSC et partageait cette confidence : "Les trentenaires, quand ils ne jouent pas, ce sont des poids morts." Des propos qui résonnent avec un certain écho au lendemain du licenciement de Carlo Ancelotti.

Remercié après la débâcle face au PSG, le "Mister" a payé ses fraîches relations avec certains cadres du vestiaire du Bayern. Ce qu'a reconnu d'ailleurs sans sourciller Uli Hoeness jeudi soir, au micro de la radio allemande FFH : "Ancelotti avait cinq joueurs contre lui. C’est quelque chose qui ne pouvait pas durer. En tant que coach, vous ne pouvez pas vous permettre d’avoir vos joueurs les plus importants comme opposants. La vie m'a appris une chose : l’ennemi que vous avez dans votre lit est le plus dangereux. C'est pour ça que nous avons dû agir."

S'il ne les a pas nommés, Hoeness faisait allusion à plusieurs historiques du club, laissés sur le banc ou carrément envoyés en tribunes face au PSG. Le média allemand Sport1 assure ainsi que le quinté est composé de Franck Ribéry, Arjen Robben, Mats Hummels, Jérôme Boateng et Thomas Müller. Ce dernier, qui était capitaine contre le PSG, a très peu joué la saison passée sous Ancelotti. Les autres n'ont pas eu de temps de jeu contre Paris, à l'exception du Néerlandais, entré en fin de match.

Vidéo - Pourquoi Ancelotti s'est fait virer sans ménagement

01:21

Nagelsmann ou Tuchel pour le remplacer ?

Sport1 ajoute aussi que Carlo Ancelotti n'a dévoilé son onze de départ que quelques minutes avant la rencontre, sans donner plus d'explications à ceux qui ne jouaient pas. Envoyé en tribunes au dernier moment, le champion du monde Jérôme Boateng n'a, par exemple, pas très bien pris la chose. L'attitude de "Carletto" aurait même été vécue comme une provocation par certains. Ancelotti a-t-il voulu affirmer son leadership ou tout simplement jouer son avenir à quitte ou double?

Son pari s'est en tout cas avéré perdant et le Bayern Munich l'a renvoyé le lendemain avant de nommer son adjoint Willy Sagnol en vue du match de dimanche face au Hertha Berlin. Uli Hoeness a confirmé au micro de FFH que le Bayern allait ensuite profiter de la trêve internationale pour trouver un nouveau numéro un. Deux favoris se dégagent à l'heure actuelle : le jeune coach d'Hoffenheim Julian Nagelsmann (30 ans), ainsi que Thomas Tuchel, libre depuis son départ du Borussia Dortmund l'été dernier et présenté comme la priorité du Bayern par Sport Bild.

0
0