AFP

CAN 2017 : Hugo Broos et Benjamin Moukandjo déplorent la défiance médiatique envers le Cameroun

"Personne n'aurait mis un centime sur nous" : Moukandjo déplore la défiance médiatique au Cameroun
Par AFP

Le 04/02/2017 à 16:38

CAN 2017 - Présents en conférence de presse, Hugo Broos et Benjamin Moukandjo ont tenu à dénoncer le manque de soutien médiatique dont a bénéficié le Cameroun durant cette CAN 2017. Cette place en finale est une forme de revanche pour tout le groupe.

Le sélectionneur belge du Cameroun Hugo Broos et le capitaine Benjamin Moukandjo ont savouré samedi une première revanche à l'heure de défier dimanche l'Egypte en finale de la Coupe d'Afrique des Nations, alors que les Lions ont eu du mal à dompter les critiques en début de compétition. "Ce n'est pas agréable, certainement pas", a déclaré en conférence de presse Hugo Broos désormais salué par les intraitables journalistes camerounais qui ne l'ont pas épargné depuis son arrivée à Yaoundé début 2016.

"Je n'ai pas compris pourquoi au début on ne m'a pas donné ma chance. Un journaliste doit être critique mais il faut rester correct. Et la correction n'était pas toujours là", a ajouté le Belge, 64 ans, avant d'exposer sa philosophie. "C'est mieux d'être démissionné avec ses propres idées qu'avec les idées des autres. Cela a toujours été ma devise dès le début. Je fais à ma manière. Si cela ne réussit pas, tant pis pour moi. Mais je pense qu'aujourd'hui, cela a réussi", a déclaré l'ancien joueur d'Anderlecht.

Le Cameroun en finale malgré sept absents

Assis à ses côtés, le capitaine Moukandjo a ironisé devant les journalistes : "Au vu de notre parcours, c'est déjà bien ce qu'on a fait. Je pense que dans cette salle, personne n'aurait mis un centime sur nous, et c'est bien dommage, parce qu'il aurait gagné peut-être". Privé de sept joueurs cadres restés en Europe, le Cameroun malgré ses quatre titres continentaux ne partait pas favori de la 31e coupe d'Afrique des Nations.

La finale contre l'Egypte aux sept trophées intervient alors que le Cameroun connaît depuis plusieurs semaines des tensions avec sa minorité anglophone : "C'est vrai qu'en ce moment dans notre pays il y a des petits troubles, on va dire. On souhaite que les tensions s'apaisent. On essaie de procurer du plaisir en souhaitant que tout rentre dans l'ordre", a commenté Moukandjo.

0
0