Panoramic

PSG-Metz : Lucas a gagné sa place… mais le plus dur sera de la garder

Lucas a gagné sa place… mais le plus dur sera de la garder

Le 11/01/2017 à 00:39

COUPE DE LA LIGUE - Plutôt utilisé comme joker sous l'ère Laurent Blanc, Lucas joue un rôle bien plus important depuis l'arrivée d'Unai Emery au PSG, qui affronte Metz mercredi (21h00) en quart de finale. Mais la concurrence dans le secteur offensif parisien, renforcée par l'arrivée de Julian Draxler, pourrait diminuer son temps de jeu.

Il y avait certainement peu de gens pour parier que Lucas serait le joueur le plus utilisé du PSG cette saison. C'est pourtant le cas. Avec 27 apparitions toutes compétitions confondues et un total de 2096 minutes jouées jusqu'ici, le Brésilien arrive en tête dans ces deux domaines parmi tous les éléments de l'effectif d'Unai Emery. Pour ce qui concerne le temps de jeu, Lucas a été le grand gagnant de la redistribution des cartes dans l'animation offensive parisienne après le départ de Zlatan Ibrahimovic l'été dernier, malgré les arrivées de Jesé et Hatem Ben Arfa dans ce secteur.

C'était loin d'être acquis compte tenu de la concurrence en attaque, mais Lucas a hérité numériquement du statut de titulaire du Suédois. Il a globalement su l'assumer. Avec 11 buts, le Brésilien est le deuxième meilleur buteur parisien cette saison, derrière l'intouchable Edinson Cavani (24 buts) et loin devant son premier poursuivant dans ce domaine, Angel Di Maria (4 buts). Egalement auteur de 6 passes décisives, il a joué un rôle important dans l'attaque du PSG jusqu'ici. Mais ça pourrait changer dans les semaines à venir.

Le grand perdant de l'arrivée de Draxler ?

Même si ses statistiques sont honorables, Lucas n'a pas toujours été constant cette saison. S'il a été le joueur le plus utilisé de l'attaque parisienne, c'est aussi parce que la concurrence n'a pas été à la hauteur. Notamment les recrues estivales, Hatem Ben Arfa et Jesé. Une autre est arrivée cet hiver en la personne de Julian Draxler, sur lequel Paris a investi 36 millions d'euros. L'Allemand a déjà affiché une partie de son potentiel en inscrivant un joli but pour conclure le festival du PSG face à Bastia en Coupe de France (7-0).

Vidéo - Draxler a déjà marqué avec le PSG et il l'a fait avec la manière

01:05

S'il ne fait pas partie du groupe parisien face à Metz, Draxler sera par la suite un concurrent de poids pour Lucas. L'ancien joueur de Wolfsburg a été recruté pour apporter cette créativité qui a souvent fait défaut au PSG durant la première moitié de saison. Il postule pour un rôle de titulaire sur le flanc gauche de l'attaque parisienne, voire de milieu offensif en soutien de l'attaquant de pointe si Emery opte pour un 4-2-3-1.

Un profil précieux dans l'animation offensive du PSG

Draxler n'est pas le seul concurrent pour Lucas. Angel Di Maria, bien que très décevant jusqu'ici, reste un titulaire indiscutable aux yeux d'Emery et constitue le principal rival du Brésilien pour une place sur l'aile droite. Hatem Ben Arfa, parfois écarté en début de saison, a lui aussi réalisé une bonne prestation face à Bastia et postule lui aussi pour une place dans un secteur offensif où Christopher Nkunku, milieu de formation, est de plus en plus utilisé sur le côté gauche. Et Javier Pastore sera lui aussi un titulaire en puissance s'il se débarrasse enfin de ses pépins physiques.

Angel Di Maria (PSG-Bale)

Angel Di Maria (PSG-Bale)Panoramic

Si Jesé, dont le départ au mercato est évoqué, semble plus loin dans la hiérarchie des éléments offensifs, Lucas va quand même devoir se battre pour conserver sa place dans le onze d'Unai Emery. Il a des arguments à faire valoir. Sa vitesse et sa capacité d'élimination sont précieuses pour le PSG, même si le Brésilien n'arrive pas toujours à bien finir ses actions. Il a également affiché des qualités sur coups de pied arrêtés, notamment sur les corners, qui plaident en sa faveur. Et l'hypothèse d'un passage au 4-2-3-1, qui rajouterait une place dans le secteur offensif, peut aussi lui être favorable.

Pour Lucas, les prochains matches s'annoncent capitaux. Plutôt utilisé comme un joker sous l'ère Laurent Blanc, le Brésilien, arrivé en janvier 2013 contre 40 millions d'euros, avait trouvé un statut de titulaire avec Unai Emery. Pas toujours convaincant malgré une progression certaine, il lui faudra encore monter en puissance pour conserver sa place dans le onze de départ du PSG. Et confirmer ainsi pleinement les espoirs placés en lui par le club de la capitale.

0
0