Jose Mourinho Real Madrid Tito Vilanova Barcelona - AFP
 
Article
commentaires
Football > Liga

Tito Vilanova: Si Barcelone était à 18 points du Real, "je ne serais sans doute pas là"

Vilanova : "Je ne serais sans doute pas là" à la place de Mourinho

Par Eurosport
Dernière mise à jour Le 15/01/2013 à 18:17 -
Par Eurosport - Le 15/01/2013 à 18:17
Tito Vilanova a taclé José Mourinho. L’entraîneur du FC Barcelone estime que s’il était dans la situation de Mourinho, il ne serait plus sur le banc catalan.
 

En Catalogne en ce moment, on n’hésite pas à tirer sur l’ambulance. Après Gerard Piqué (Piqué : "On laisse tout passer à José Mourinho"), c’est au tour de Tito Vilanova d’envoyer une petite pique à José Mourinho. Pour l’entraîneur du Barça, lui ne serait plus en place si sa formation comptait 18 points de retard sur le Real Madrid, le nombre d’unités en moins des Merengue sur les Blaugrana actuellement. "Si la situation était inversée, je ne serais sans doute pas là pour répondre aux questions", a ironisé Tito Vilanova en conférence de presse.

José Mourinho appréciera le tacle. Mais cette sortie n’est qu’un chapitre de plus dans les relations entre Mou et Vilanova, qui sont tendues. Un image reste en effet comme symbole : l’entraîneur du Real mettant le doigt dans l'œil de l’ancien adjoint de Pep Guardiola lors du match retour de la Supercoupe d'Espagne en août 2011. Le Special One l'avait ensuite méprisé en lançant qu’il ne le connaissait pas. Aujourd’hui, Tito Vilanova prend un certain plaisir à pointer du doigt l’indulgence des dirigeants madrilènes envers Mourinho, qui est dans une position délicate au Real où il est distancé en Liga et sifflé par le public de Bernabeu.

"Mathématiquement, tout est encore possible"

S’il ironise sur la situation de Mourinho, Tito Vilanova ne s’emballe pas non plus. En dépit de son formidable parcours en championnat (55 points pris sur 57 possibles), des 11 points d’avance sur son dauphin - l’Atletico Madrid - ou encore des 18 sur le Real, il ne veut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué.  "Mathématiquement, tout est encore possible, a prévenu Vilanova. Le Real peut très bien gagner tous ses matches lors de la phase retour et nous perdre des points en cours de route. Et puis, avec les tours de Ligue des champions et de Coupe qui vont venir, nous allons courir plusieurs lièvres à la fois".

Avant de jouer son quart de finale aller de la Coupe du Roi mercredi contre Malaga, l’entraîneur catalan refuse d’ailleurs de parler d’un possible triplé Liga-Ligue des champions-Copa del Rey. "Je ne pense pas au triplé. J’avance au jour le jour, en pensant d’abord au match suivant", conclut-il sagement.