Article
commentaires
Football > Ligue 1

L'OL domine l'OGC Nice (3-0) et finit la phase aller à hauteur du PSG

L'OL ne lâche pas le PSG

Par Eurosport
Dernière mise à jour Le 22/12/2012 à 22:23 -
Par Eurosport - Le 22/12/2012 à 22:23
L'OL a fini 2012 en beauté en dominant nettement l'OGC Nice à Gerland (3-0). Les Lyonnais virent à la hauteur du PSG avec 38 points au compteur.

L’OL a digéré sa mauvaise semaine. Tenu en échec à Gerland par la lanterne rouge Nancy, battu au Parc et dépossédé de sa place de leader par le PSG, Lyon avait à cœur de bien boucler cette première phase. C'est fait. Face à un OGC Nice pourtant invaincu depuis huit matches, les Gones ont signé leur 11e victoire de la saison. Les Lyonnais ont su se rendre facile un match qui, sur le papier, ne l’était pas. A défaut d’être champions d’automne, ils virent à mi-parcours avec 38 points à hauteur du Paris SG. Le président Aulas, à coup sûr, aurait signé pour un tel scenario il y a cinq mois.

Il aurait tout aussi certainement validé une victoire ce samedi face à son ancien entraîneur, Claude Puel, avec lequel l’OL est toujours judiciairement en conflit. Même si cet OL-OGCN n’était pas un duel JMA-Puel, c’est sans doute la cerise sur le gâteau pour le patron rhodanien. Mais l’essentiel est évidemment ailleurs. L’important, pour Lyon, c’était de ne pas partir en vacances avec des doutes dans la tête. L’OL a parfaitement géré ses temps forts et ses temps faibles samedi. Tout l’inverse du match du Parc. Il a aussi su afficher la sérénité et la patience qui avaient tant fait défaut contre Nancy.

Gomis retrouve la mire

Si les Niçois, plutôt joueurs, ont eu quelques opportunités en début de rencontre, Lyon a rapidement posé sa patte sur ce match jusqu’à l’ouverture du score de Lisandro, servi sur un plateau par Gomis (40e). Juste récompense pour l’attaquant argentin, qui avait buté sur Ospina (23e) auparavant. Nice avait également eu chaud à la 35e minute lorsque Anthony Réveillère avait trouvé le poteau suite à une passe de Malbranque (35e). Assommés, les Aiglons n’allaient jamais se remettre de ce but avant la pause. Dix minutes après la reprise, Anthony Réveillère a ponctué son rush plein axe d’un extérieur du droit victorieux (55e) avant que Bafé Gomis, muet depuis trois matches, ne transforme lui-même le penalty qu’il avait provoqué, entrainant aussi l’expulsion d’Ospina (77e).

A 3-0, la musette niçoise était bien garnie. L’OGCN a pourtant eu de réelles occasions de ne pas partir sans marquer mais Rémy Vercoutre, une fois encore excellent, a tout repoussé. Et quand il était battu, Nice n’a pas su en profiter, comme sur cet incroyable raté de Cvitanich (71e), complètement seul au second poteau. A croire que ce n'était (vraiment) pas la soirée des Azuréens, qui retombent de leur nuage et glissent à la huitième place. Côté lyonnais, seul l’expulsion très évitable de Dejan Lovren est venue ternir un bilan extrêmement positif.