FOOTBALL 2012 Marseille - Nkoulou - DPPI
 
Article
commentaires
Football > Ligue 1

Les infatigables de la Ligue 1

Les infatigables de la Ligue 1

Par Eurosport
Dernière mise à jour Le 10/01/2013 à 14:22 -
Par Eurosport - Le 10/01/2013 à 14:22
A l’occasion de la reprise de la L1, nous opérons un tour d’horizon des joueurs les plus utilisés. Qui sont les piliers ? Sont-ils nombreux ? Quel club pratique le plus le turn-over ?

Il y a toujours un joueur dont le nom est couché, presque les yeux fermés, en premier sur la feuille de match. C’est souvent le gardien, poste peu ouvert à la concurrence avec une hiérarchie plus établie. Mais il y a aussi les joueurs que les entraîneurs ont du mal à sortir du terrain. De peur que le système se dérègle. Que le message ne passe plus. Parce qu'ils sont des éléments capables de faire la différence à tout moment ou simplement car les solutions de rechange manquent. Ces joueurs, ils ne sont pas si nombreux que cela après les matches aller. En 19 rencontres, sept joueurs n’ont pas manqué une seule minute. Parmi eux, six gardiens : Thébaux (Brest), Ruffier (Saint-Etienne), Mandanda (OM), Thuram-Ulien (Troyes), Carrasso (Bordeaux) et Penneteau (VA). Et un seul joueur de champ : N’Koulou (OM) qui mène une liste de 17 noms (hors gardien) à avoir manqué au maximum 90 minutes.

Pour définir une équipe-type de ces indispensables de Ligue 1, il faut donc creuser un peu plus au classement des minutes jouées depuis le début de la saison. Outre les gardiens, ce sont essentiellement les défenseurs et les milieux défensifs qui possèdent le plus de temps de jeu. Logique dans la recherche d’une certaine stabilité. Chez les attaquants, c’est plus compliqué. Le Rennais Jonathan Pitroipa n’a pas d’égal avec 1681 minutes disputées soit seulement 29 minutes manquées. Derrière, il faut pousser jusqu’au Nancéien Djamel Bakar (1558 minutes) pour pouvoir en aligner un deuxième. Pas simple non plus concernant les milieux offensifs, mais c’est du côté de l’OM (Ayew, Valbuena) que l’on trouve ceux qui ont le plus de temps de jeu.

Si l’on regarde au cas par cas, sept clubs ont accordé un temps de jeu conséquent (au moins 15 matches disputés en intégralité) à plus de la moitié de leur équipe. Il s’agit de l’OM, Lyon et Nancy (7 joueurs). Des choix payants pour les deux Olympiques, co-leaders de Ligue 1 avec le PSG, mais surtout nécessaires après des dégraissages à l’intersaison et des choix limités sur le banc. Ça l’est moins pour le club lorrain, lanterne rouge qui peut se consoler en se disant que le turn-over ne paie pas forcément plus : Montpellier (11e), Bastia (13e) et Sochaux (18e) avec deux joueurs seulement à plus de 1350 minutes et Evian avec trois (17e) sont dans la deuxième moitié du classement. L’exception ? Le PSG qui n’a que trois joueurs dans cette catégorie hors gardien (Maxwell, Matuidi, Ibrahimovic). Mais là, c’est plutôt un problème de richesse d’effectif.