Eurosport

José Anigo (OM) : "Je veux être entendu même si je dois passer deux jours en garde à vue"

Anigo : "Je veux être entendu même si je dois passer deux jours en garde à vue"
Par Eurosport

Mis à jourLe 19/11/2014 à 09:54

Publiéle 19/11/2014 à 09:27

Mis à jourLe 19/11/2014 à 09:54

Publiéle 19/11/2014 à 09:27

Article de Eurosport

Absent du coup de filet qui a placé plusieurs de ses collègues en garde à vue, l'ancien directeur sportif de l'OM José Anigo se défend dans les colonnes de L'Equipe.

Tous ont été placés en garde à vue sauf lui. José Anigo était absent mardi lors de la vaste opération policière sur les "conditions d’anciens transferts" à l’OM. S’il a pour le moment échappé à la case commissariat, au contraire de Vincent Labrune, Jean-Claude Dassier et Pape Diouf, l’ancien directeur sportif de Marseille s’est dit prêt à donner sa version à la justice. "Je veux venir et être entendu même si je dois passer deux jours en garde à vue", soutient-il dans les colonnes de L’Equipe mercredi matin.

Pour José Anigo, il s’agit avant tout de montrer patte blanche et se défendre des éventuelles accusations portées contre lui : "On peut regarder tous les comptes, chercher partout si j’ai de l’argent. J'en ai tellement marre de toutes ces histoires que je veux que ça finisse. Je suis sur une période de reconstruction après avoir touché le fond moralement... Je n'en peux plus de tout ça." Car dans l’affaire actuelle, José Anigo intéresse particulièrement la justice. Mis sur écoute en 2012, il était considéré comme la "porte d’entrée du grand banditisme dans le club" par des magistrats.

Ecoute téléphonique et conversations troublantes

Dans les propos relayés pas L’Equipe, Anigo a aussi rappelé que son absence lors du vaste coup de filet était tout simplement dûe à son déménagement vers le Maroc, pays dans lequel il effectue des missions de recrutement pour l’OM. Il y vit depuis cinq mois et, a-t-il expliqué : "Tout le monde le sait. Le juge est au courant puisque je l’ai toujours signalé pour éviter des problèmes s’il y avait un souci et s’il y avait du nouveau pour mon fils." Le quotidien affirme qu’Anigo est prêt à faire le voyage en France si la justice le convoque.

0 commentaire
Vous lisez :