Panoramic

La question qui fâche : le PSG doit-il vraiment prolonger Zlatan Ibrahimovic ?

La question qui fâche : le PSG doit-il vraiment prolonger Ibra ?

Le 15/03/2016 à 09:23

LIGUE 1 - Chaque lundi, la rédaction d'Eurosport.fr se penche sur une question épineuse de l'actualité sportive. Cette semaine, gros plan sur le cas de Zlatan Ibrahimovic. Le PSG a annoncé par la voix de son président sa volonté de le conserver la saison prochaine, alors que son contrat expire au mois de juin. Et si c'était une fausse bonne idée ?

Dimanche, pour le Paris Saint-Germain, c'était jour de match, de victoire, de titre et de fête. Pour Zlatan Ibrahimovic aussi. Le Suédois a plané sur la rencontre comme sur la saison. A Troyes, Ibra a réussi son premier quadruplé en L1 depuis son arrivée à Paris il y a près de quatre ans.

Parfait dans son rôle de joueur et de buteur, Ibrahimovic l'a également été au niveau comportemental. Grand seigneur, il a laissé Cavani tirer un penalty. Il a aussi eu une attention pour Matthieu Dreyer, le malheureux gardien troyen. Et, après le match, il a aussi eu des mots justement choisis pour parler des autres, et pas que de lui, comme quand il a évoqué son plaisir de partager la scène avec "tous ces très grands joueurs". Difficile d'être plus parfait.

Plus que jamais, Ibrahimovic a donc incarné en cette journée pas comme les autres son statut de leader, de buteur et de figure symbolique du PSG. C'était vraiment sa semaine, de son but à Stamford Bridge à son quadruplé aubois. Devant les performances une fois encore hors normes de sa star, et peut-être aussi dans la douce euphorie de cette après-midi troyenne, Nasser Al-Khelaïfi a lancé devant la presse qu'il voulait "qu'Ibrahimovic reste." Au même moment, Laurent Blanc se montrait paradoxalement beaucoup plus prudent, refusant d'évoquer le sujet de l'avenir d'Ibrahimovic, dont le contrat expire fin juin.

L'âge, un frein ?

Le président parisien, lui-même, n'avait jamais été aussi explicite jusqu'alors. Pas plus tard que mercredi dernier, après la qualification à Chelsea, il n'était pas allé aussi loin. "Est-ce que ça nous donne des idées pour le prolonger ? On en parlera en juin avec lui", avait répondu le boss. Désormais, c'est tout vu. Le PSG veut garder Ibra. La balle est donc dans le camp du Suédois. Dimanche soir, il ne l'a pas saisie, préférant botter en touche avec sa pirouette sur sa statue à la place de la Tour Eiffel.

Ibra a raison. Il a le temps, en plus d'avoir le choix. Le destin du PSG dans cette fin de saison pourrait changer beaucoup de choses. Quelle motivation lui resterait-il après une victoire en Ligue des champions ? Quel projet peut-il se voir offrir ailleurs qu'à Paris ? De quoi a-t-il réellement envie ? Des questions dont les réponses sonnent comme autant de préalables à sa décision.

Zlatan Ibrahimovic, avant Chelsea-PSG, le 9 mars.

Zlatan Ibrahimovic, avant Chelsea-PSG, le 9 mars.Panoramic

Mais ça, c'est l'affaire d'Ibra. Le PSG, lui, a-t-il raison de vouloir le prolonger ? C'est une question qui, paradoxalement, ne semblait pas se poser voilà quelques mois. La fin de son contrat en juin 2016 devait coïncider avec la fin de son aventure parisienne. La saison 2014-2015 s'était avérée compliquée pour le géant de Malmö, victime de pépins physiques à répétition, et Paris donnait l'impression de chercher son successeur. Mais Ibra parait plus fort et efficace que jamais cette saison. Il marche à nouveau sur l'eau et, en prime, il se met à porter le PSG dans les matches couperets en Ligue des champions...

Reste qu'Ibrahimovic aura 35 ans à l'automne prochain. Il incarne le présent, plus forcément un projet d'avenir comme en 2012. Même s'il est exceptionnel, face au temps qui passe, Zlatan est comme tout le monde : il finira par perdre ce duel-là. Le PSG prendrait donc le risque de la prolongation de trop. Plus qu'un déclin sportif (l'international suédois est tellement au-dessus du lot en L1 que même un déclin relatif le laisserait ultra-compétitif), c'est le possible retour des blessures chroniques qui peuvent inquiéter. D'autant qu'Ibrahimovic disputera l'Euro cet été, dans la foulée d'une saison déjà très longue.

Vidéo - Blanc : "Zlatan est un compétiteur hors-norme : c'est ça être un champion"

00:41

Le problème des gens incontournables, c'est qu'ils bouchent le passage

Un Ibrahimovic à son niveau actuel est évidemment un énorme plus. Il existe très peu d'attaquants de son envergure dans le football mondial et c'est clairement un argument pour son maintien. Mais ceux qui existent, ou s'en approchent, ont souvent l'avantage d'être un peu plus jeunes. Conserver Ibrahimovic, ce serait sans doute faire une croix définitive sur un Edinson Cavani qui ne supportera pas plus longtemps son exil loin de l'axe du but, voire sur le banc.

Mais ce serait aussi repousser la quête du "nouvel Ibra". L'idéal serait qu'Ibrahimovic reste une pièce importante du puzzle mais en cessant d'en constituer l'alpha et l'oméga. Mais c'est peu probable. On ne fait pas cohabiter Zlatan avec un personnage de sa stature. Son expérience au Barça a démontré qu'il lui était difficile de s'acquitter d'une part d'ombre. Et on ne le changera pas à 35 ans.

Si le PSG rêve donc vraiment d'un Cristiano Ronaldo, d'un Neymar ou d'un Lewandowski, ce ne pourra être qu'à la place d'Ibrahimovic. Pas en plus. Le conserver une saison ou deux de plus impliquerait une vision court-termiste. Dénicher son successeur marquerait à l'inverse, une nouvelle étape du projet QSI. Il y a une forme de classe dans la prise de position d'Al-Khelaïfi. Entre ses mots, il faut lire "tu nous a tant apporté, que tant que tu voudras rester, tu resteras". Mais ce n'est pas sans conséquences. S'il choisit de prolonger, le PSG pourra s'en réjouir, mais devra aussi renoncer à certaines choses. Le problème des gens incontournables, c'est qu'ils bouchent le passage. Ibra est une mine d'or, mais il éloigne paradoxalement le PSG d'autres diamants.

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Le PSG a-t-il raison de vouloir prolonger Zlatan Ibrahimovic ?

Sondage
10223 vote(s)
Oui
Non
0
0