Eurosport

PSG - Lorient (3-1) : Laurent Blanc, "centenaire" rayonnant

Blanc, "centenaire" rayonnant

Mis à jourLe 04/02/2016 à 06:06

Publiéle 04/02/2016 à 00:23

Mis à jourLe 04/02/2016 à 06:06

Publiéle 04/02/2016 à 00:23

Article de Damien Dorso

LIGUE 1 – Face à Lorient (3-1), Laurent Blanc a joliment franchi le cap des 100 matches à la tête du PSG en championnat et affiche un fantastique bilan de 72 victoires.

Les chiffres parlent pour lui. Arrivé au PSG à l’été 2013, Laurent Blanc a vécu son centième match de Ligue 1 sur le banc parisien face à Lorient lors de la 24e journée et a obtenu un nouveau succès (3-1). II affiche une insolente moyenne de 72% de victoires pour 22 nuls et seulement 6 défaites. A la tête d’une équipe qui écrase la concurrence nationale, Blanc fait ainsi beaucoup mieux que ses prédécesseurs "centenaires" avec le club de la capitale. Georges Peyroche, Luis Fernandez, Artur Jorge et Gérard Houiller tournaient tous en-dessous des 50% de victoires. "On peut être satisfait de la soirée, a sobrement commenté l’entraîneur parisien. Là, je gère plus l'effectif pour les échéances à venir que pour peaufiner des systèmes, avoir une osmose".

Laurent Blanc dispose d'un bilan flatteur à la tête du PSG.

Champion de France en 2009 avec Bordeaux, Laurent Blanc avait pourtant provoqué une certaine perplexité de la part des observateurs quand il avait pris la succession de Carlo Ancelotti. Force est de constater qu’il a efficacement su gérer son talentueux effectif et donner une réelle identité de jeu à son équipe. Avec Blanc à la baguette, les Parisiens ont marqué 228 buts en Ligue 1 et en ont encaissé 70 soit une différence positive de +158. Si le PSG vient d’enchaîner 33 matches de championnat sans la moindre défaite à cheval sur les deux dernières saisons et de battre le record du FC Nantes datant de l’exercice 1994-1995, c’est notamment grâce à l’exigence de son entraîneur.

"Le record, ça veut dire quand même certaines choses, poursuit le champion du monde 1998. Ma réflexion est avant tout collective". L’ancien sélectionneur national parvient à ménager les ego de ses stars tout en donnant leur chance à quelques jeunes issus du centre de formation. De cette manière, il réussit à maintenir son groupe en alerte malgré son écrasante domination matérialisée par ses 24 points d’avance en tête du classement.

0 commentaire
Vous lisez :