AFP

Monaco mène la meute, Nice est en embuscade mais 10 équipes peuvent encore rêver de podium

Dix équipes pour un podium : Monaco mène la meute, Nice est placé mais rien n'est joué

Le 06/02/2016 à 12:17

LIGUE 1 - A 14 journées du terme, la lutte pour le podium concerne encore dix équipes regroupées en neuf points. Quelles sont celles qui ont le plus de chance d'aller en Ligue des champions l'an prochain ? Tour d'horizon.

Dix équipes en neuf points. Exceptées la place de leader et celles qui concernent la lutte pour le maintien, le classement la Ligue 1 ne signifie pas grand-chose à l'aube de cette 25e journée. Monaco a creusé un léger trou à la deuxième place mais la meute de poursuivants est si dense, le danger si multiple, que rien n'est fait dans la course au podium. Quatre points séparent Angers, 4e, de Bordeaux, 11e. C'est dire si la course est serrée.

Les dynamiques, le mercato, le calendrier, l'impression laissée sur le terrain sont autant d'indices qui peuvent déterminer avec plus ou moins de précision qui va s'en sortir et qui va finir le bec dans l'eau. Ce week-end, trois rencontres mettent aux prises six équipes engagées dans cette lutte au couteau : Monaco-Nice, Angers-Lyon et Bordeaux – Saint-Etienne. L'occasion d'établir un tour d'horizon des forces en présence et de se mouiller un peu…

Monaco, 2e, 42 points

L'atout principal : L'écart avec le quatrième. Monaco possède déjà cinq points d'avance sur Angers. A l'échelle de cette L1 sans hiérarchie fixe derrière le PSG, cinq points d'avance, c'est l'assurance de passer, sauf trou d'air spectaculaire, quelques semaines au chaud. L'inconstance du peloton derrière l'ASM fait ses affaires.

La principale faiblesse : L'absence d'avant-centre efficace. Ce n'est pas faute d'avoir essayé mais ni Carrillo ni Traoré ni El-Shaarawy n'ont donné satisfaction. Vagner Love est le nouveau pari monégasque.

La stat qui dit presque tout : 2 défaites lors des 27 derniers matches à domicile en L1. Seul Paris est actuellement sur une meilleure série (33).

  • Notre avis : Monaco, délesté de la Ligue Europa, a toutes les chances d’être sur le podium à la fin de saison. Le retour en forme de Bernardo Silva bonifie une équipe redevenue solide défensivement.
Bernado Silva tout sourire après son but avec Monaco face à Bastia

Bernado Silva tout sourire après son but avec Monaco face à BastiaAFP

Nice, 3e, 39 points

L'atout principal : En trois initiales : HBA. Ben Arfa tient les Aiglons à bout de bras en 2016. Nice est moins fringant, moins scintillant dans le jeu mais les 4 buts de son atout offensif ont déjà rapporté 9 points depuis la reprise.

La principale faiblesse : Un fond de jeu beaucoup moins convaincant depuis plusieurs semaines déjà. Après avoir émerveillé la Ligue 1 jusqu'à fin novembre, les hommes de Claude Puel sont moins séduisants et donc plus poussifs. A l'image du succès étriqué face à Toulouse (1-0) mercredi.

La stat qui dit presque tout : 4 buts lors des 7 derniers déplacements en Ligue 1 (0.6 par match), après en avoir marqué 18 lors des 6 précédents (3 par match en moyenne).

  • Notre avis : Parmi ceux qu'on n'attendait pas là, Nice est le mieux armé pour figurer sur le podium en fin de saison. Les jeunes Aiglons doivent simplement apprendre à mieux gérer les matches charnières, ceux qui leur donneront la possibilité de basculer du bon côté du classement. Si c'est le cas, alors tout est permis.
Hatem Ben Arfa continue de porter l'OGC Nice

Hatem Ben Arfa continue de porter l'OGC NiceAFP

Angers, 4e, 37 points

L'atout principal : Personne ne les attendait là et Angers n'a absolument rien à perdre. Dans son style de jeu clair et assumé, le SCO continue d'enquiquiner toute la L1 même si les résultats sont moins probants en 2016.

La principale faiblesse : Le départ de Butelle lui a déjà peut-être coûté un point à Reims (2-1). Angers n'a pas un effectif XXL et a laissé filer deux éléments incontournables de son onze cet hiver (Butelle et Camara). Ses résultats récents ne poussent pas à l'optimisme.

La stat qui dit presque tout : 4 défaites lors des 6 derniers matches de Ligue 1, après n’avoir perdu que 2 des 13 précédents.

  • Notre avis : Angers a un peu perdu le fil ces dernières semaines. Mais sa solidité devrait permettre à la troisième défense de L1 de rester dans le top 5. Pour le podium en revanche, le SCO sera sans doute un peu juste.
Cheikh N'Doye (Angers) - Ligue 1 2015-2016

Cheikh N'Doye (Angers) - Ligue 1 2015-2016AFP

Saint-Etienne, 5e, 36 points

L'atout principal : Un effectif taillé pour grimper sur le podium. Particulièrement actif sur le marché des transferts, les Verts ont investi pour aller au bout de leurs idées. L'expérience des fins de championnat bien négociées peut les aider à griller tous les prétendants au soir de la 38e journée.

La principale faiblesse : Le niveau de jeu affiché depuis mi-novembre et la défaite à Lyon (3-0). C'est très inquiétant. En attaque, hormis un léger mieux entrevu face au PSG, les Verts servent de la bouillie depuis plusieurs semaines.

La stat qui dit presque tout : 6 buts inscrits depuis le 2 décembre en L1.

  • Notre avis : La Ligue Europa ne va pas favoriser la progression des Verts en L1 même si les retours d'Hamouma et Perrin devraient transfigurer l'équipe. Un top 5 est tout à fait envisageable. Pour ce qui est du podium, il faudra que les recrues aient un impact immédiat. Ce qui n'est pas encore le cas avec Söderlund, par exemple.
Stéphane Ruffier à l'issue du derby entre Saint-Etienne et Lyon, dimanche 17 janvier 2016

Stéphane Ruffier à l'issue du derby entre Saint-Etienne et Lyon, dimanche 17 janvier 2016AFP

Caen, 6e, 36 points

L'atout principal : L'insouciance. Caen est l'équipe la plus romantique du lot, la plus fougueuse, celle qui se pose le moins de question. Menés par un duo Féret-Delort capable de rendre fou 19 des 20 équipes de L1, les Normands sont capables de tout.

La principale faiblesse : Leur dynamique. Depuis début décembre, Caen ne possède que le 18e bilan de Ligue 1. Caen est rentré dans le rang et tire la langue.

La stat qui dit presque tout : 2 victoires lors des 9 derniers matches de Ligue 1.

Notre avis : Caen en saura plus fin février après avoir affronté successivement Lyon, Rennes et Saint-Etienne. Le SMC n'est pas programmé pour une lutte acharnée de fin de saison. Difficile de les imaginer sur le podium en mai prochain.

Delort (Caen) buteur à Montpellier

Delort (Caen) buteur à MontpellierAFP

Nantes, 7e, 35 points

L'atout principal : Hormis Paris, personne ne fait mieux que Nantes en 2016. Les hommes de Der Zakarian font preuve d'une efficacité diabolique depuis plus d'un mois désormais. Solide derrière et enfin inspiré devant, Nantes peut logiquement muscler ses ambitions.

La principale faiblesse : L'effectif n'est pas taillé pour les hauteurs de la L1. Si Sigthorsson est sorti de sa torpeur, le FCN n'a pas de buteur régulier et attitré.

La stat qui dit presque tout : Aucune défaite lors des 10 derniers matches. La meilleure série de Nantes depuis la saison de son dernier titre en mai 2001.

Notre avis : Nantes reste sur une belle série. Leur deux succès consécutifs face à Troyes et Ajaccio ont propulsé les Nantais dans la course au podium. Pourront-ils résister à des formations plus huppées ? Pas certain.

Guillaume Gillet a marqué son premier but pour Nantes

Guillaume Gillet a marqué son premier but pour NantesAFP

Marseille, 8e, 34 points

L'atout principal : L'OM ne perd plus grâce à une solidité défensive retrouvée. Alors oui, l'OM est beaucoup moins agréable à regarder que l'an passé mais il est aussi beaucoup plus difficile à bouger et à battre.

La principale faiblesse : L'animation offensive. Marseille se repose sur les exploits individuels ou les pointes de vitesse des Nkoudou, Alessandrini, Cabella ou Batshuayi. Mais les attaquants ne jouent pas ensemble. Difficile de distinguer une ligne directrice. Le blocage mental au Vélodrome, où Marseille ne s'est plus imposé depuis la 5e journée, n'arrange pas les choses.

La stat qui dit presque tout : Une seule défaite lors des 15 dernières rencontres de Ligue 1 et une série de 11 matches sans défaite. La meilleure série de l'OM depuis février-mai 2010 à l'issue de laquelle il avait été sacré champion.

Notre avis : Il faudra gérer la Ligue Europa et un calendrier démentiel en février. Le retour des blessés (Diarra, Alessandrini voire Diaby ?) et les deux recrues hivernales (Thauvin et Fletcher) doivent permettre à l'OM de ne pas trop laisser de plumes dans la bataille. Marseille sera présent dans le sprint final.

Nkoudou - Alessandrini - Thauvin (OM Marseille)

Nkoudou - Alessandrini - Thauvin (OM Marseille)Panoramic

Rennes, 9e, 34 points

L'atout principal : L'effectif quatre étoiles. Quand Quintero, Gourcuff, Dembele, Ntep et Boga sauront jouer ensemble, Rennes ne sera plus la même équipe. Parmi tous les prétendants, ce sont sans doute les Bretons qui possèdent la meilleure armada offensive.

La principale faiblesse : Rennes a tous les ingrédients mais n'arrive pas à les mettre en musique. Rolland Courbis bute déjà sur les mêmes limites que Philippe Montanier. Les deux dernières sorties des Bretons à Bordeaux (4-0) et face à Saint-Etienne (0-1) ont mis en lumière les difficultés d'une équipe qui manque de cohésion et de corps.

La stat qui dit presque tout : Rennes n'a plus enchaîné deux succès consécutifs depuis la 5e journée.

Notre avis : Gourcuff est toujours sur le flanc, la semaine a été catastrophique : difficile d'être optimiste. Rennes est bien parti pour faire du Rennes et terminer aux portes de l'Europe.

Yoann Gourcuff - Rennes - Lorient - Ligue 1 2015-2016

Yoann Gourcuff - Rennes - Lorient - Ligue 1 2015-2016AFP

Lyon, 10e, 33 points

L'atout principal : La richesse de l'effectif, son talent et le fonds de jeu retrouvé en 2016. Hormis un trou d'air à Bastia (1-0), l'OL joue mieux, c'est indiscutable. Il n'a manqué que de réalisme à Saint-Etienne (1-0) et face à Marseille (1-0).

La principale faiblesse : La Lacazette-dépendance. Si le meilleur buteur de la saison passée se blesse ou s'il traverse une nouvelle crise de confiance, l'OL n'a pas de solution de secours capable de le hisser au classement. Cornet et Kalulu sèment d'immenses espoirs mais ne peuvent pas supporter toutes les ambitions offensives de l'OL sur leurs jeunes épaules.

La stat qui dit presque tout : Aucun but marqué lors de quatre des six derniers déplacements en L1.

Notre avis : Lyon est pour le moment trop inconstant pour espérer finir sur le podium. Mais il a un atout dans sa manche qui pourrait changer son destin : Nabil Fekir. Dans quel état de forme reviendra-t-il en avril ? De cette question dépend sans doute une bonne partie de la fin de saison de l'OL.

Alexandre Lacazette (Lyon)

Alexandre Lacazette (Lyon)AFP

Bordeaux, 11e, 33 points

L'atout principal : Bordeaux a meilleure mine depuis quelques semaines malgré la claque reçue à Lyon mercredi (3-0). En 2016, Bordeaux est la cinquième équipe de L1 grâce au réveil de Diabaté. L'arrivée de Debuchy peut être un vrai boost et muscler un côté droit très moyen cette saison.

La principale faiblesse : Le podium est déjà à six points et sept équipes séparent les Girondins de la troisième place, c'est loin d'être un détail. Et Bordeaux n'a pas la même réserve de talents que Lyon.

La stat qui dit presque tout : 2 défaites lors des 21 derniers matches à domicile.

Notre avis : Bordeaux part de loin. Ce sera compliqué pour les hommes de Willy Sagnol. Si le mercato a été géré intelligemment avec une vision sur le long terme, les pertes de Khazri et Saivet, les deux meilleurs Bordelais du début de saison, et la blessure de Carrasso risquent de peser d'ici juin.

Les joueurs bordelais se congratulent après le deuxième but de Cheick Diabaté contre Rennes, dimanche 31 janvier 2016

Les joueurs bordelais se congratulent après le deuxième but de Cheick Diabaté contre Rennes, dimanche 31 janvier 2016AFP

0
0