Getty Images

Payet recentré, l'OM tient son homme clé

Payet recentré, l'OM tient son homme clé

Le 30/09/2017 à 23:51Mis à jour Le 02/10/2017 à 07:56

LIGUE 1 - Recentré dans une position de meneur de jeu axial, Dimitri Payet apparait pouvoir apporter davantage à une équipe de l'OM cherchant toujours son identité…

Les absents ont toujours tort. Sauf à Marseille. Jeudi, Rudi Garcia avait décidé de ménager plusieurs joueurs à Salzbourg. Les noms de Steve Mandanda, Hiroki Sakai et Dimitri Payet ne figuraient pas sur la feuille de match de l'OM face à l'équipe autrichienne. Et les trois hommes ont ainsi échappé à la verte critique des supporters, désabusés après la défaite des Marseillais (1-0) lors de cette deuxième journée de Ligue Europa. Et la non-participation de Payet à cette rencontre explique en grande partie la pauvreté du jeu olympien. Placé dans le rôle du numéro 10 de l'OM au sein du 4-2-3-1 de Garcia, le jeune Maxime Lopez s'est montré trop juste à un poste où l'ombre de l'international tricolore planait.

Depuis qu'il a été repositionné au centre du milieu de terrain marseillais, Payet reprend des couleurs. Et l'OM en profitait… jusqu'à son accident de parcours en Autriche. L'équipe olympienne avait ainsi enchaîné trois victoires de rang. Un signe qui avait fait dire à plusieurs cadres du groupe que la saison était "enfin" lancée. L'accroc européen concédé sans Payet confirme finalement toute l'importance de son meneur de jeu. "Sans lui, l'équipe semble être déboussolée, confie un proche du Réunionnais. Ce nouveau positionnement l'a libéré, autant sur le terrain qu'en dehors. Je le sens plus joyeux. Du coup, il recommence à rayonner autour de lui."

Dimitri Payet

Dimitri PayetGetty Images

Deschamps ne l'a pas oublié

Passeur décisif contre Toulouse (2-0) la semaine dernière, Payet a retrouvé une partie de sa vista. Mais il est encore bien loin du joueur hors-norme de l'époque Bielsa. Sous les ordres de l'entraîneur argentin, l'ancien Lillois avait atteint un niveau stratosphérique. "Cette période reste bénie pour lui, continue son ami. Il a changé de monde avec la méthode d'El Loco. Son fonctionnement de joueur pro a été bouleversé. Aujourd'hui, il veut s'appuyer sur ces moments de grâce pour reprendre son ascension. Car il y a aussi la Coupe du monde l'été prochain…" Didier Deschamps l'a d'ailleurs rappelé en sélection pour les deux prochains matchs officiels des Bleus (Bulgarie et Biélorussie). "Il y a un vécu en équipe de France, explique le sélectionneur. Il est revenu après sa blessure. Et il est performant avec Marseille. Je n'oublie pas ce que Dim' a fait avec nous. C'est logique qu'il revienne avec nous sachant qu'il a retrouvé son niveau."

Touché aux ischio-jambiers contre Dijon (3-0) pour l'ouverture du championnat, Payet a été tenu éloigné des terrains durant plus de deux semaines. Revenu avec une grosse faim de ballon après cette blessure, le meneur de jeu de l'OM se sent de mieux en mieux. Au centre du jeu, il touche beaucoup plus de ballons que sur son côté gauche. Et il provoque davantage face au jeu. Globalement, Payet se montre ainsi plus dangereux quand il évolue dans l'axe. "Il n'a disputé que la moitié des matches, note Garcia. Et ça ne favorise pas l'expression de la plénitude de ses moyens. Pourtant, il reste l'un de nos meilleurs éléments. C'est un joueur très important pour nous."

Vidéo - Bleus - Deschamps : ''Logique que Payet revienne''

00:35

Leader esseulé

Revenu joueur-clé d'un OM cherchant encore sa réelle identité, Payet assure aussi son rôle de leader dans les vestiaires. A son retour de blessure, il n'avait pas pu éviter la cuisante défaite au Vélodrome face à Rennes (1-3). Un échec durement ressenti. "On parle d'hommes, ceci cela, mais je n'ai vu que des bébés", avait-il ainsi lâché à l'issue de la triste prestation face aux joueurs bretons. Ce coup de gueule a fait parler au sein de l'effectif marseillais. Et certains se sont sentis particulièrement visés. Mais tous ont accepté la critique venant du trentenaire marseillais. Dans une équipe en manque de repères, l'international tricolore tente de montrer le chemin à suivre. Mais il reste encore trop seul. D'autres joueurs expérimentés doivent prendre le relais pour pousser l'OM vers le haut. Sinon, le club olympien risque de vivre de nouvelles désillusions…

0
0