Getty Images

Pourquoi l'Olympique de Marseille a arraché Mitroglou si "facilement"

Pourquoi l'OM a arraché Mitroglou si "facilement"

Le 08/09/2017 à 11:36Mis à jour Le 08/09/2017 à 11:44

LIGUE 1 - L’Olympique de Marseille a activé tardivement la piste menant à Konstantinos Mitroglou mais a réussi à vite convaincre le Benfica Lisbonne, pourtant réputé dur en affaires. Voici pourquoi.

Certains étudiants retardent au maximum la préparation de l’examen du lendemain. Nombreux sont ceux qui le paient à la publication des notes. D’autres, et ils sont plus rares, parviennent à sauver les meubles, presque miraculeusement. L’Olympique de Marseille a probablement été l’un de ceux-là, lorsque, juste avant la fermeture du marché des transferts, les dirigeants ont mis les bouchées doubles pour arracher Konstantinos Mitroglou au Benfica Lisbonne, club souvent impossible à convaincre pour ses joueurs importants.

Un serial buteur mis sur le marché ?

Car il ne faut pas s'y tromper : l’attaquant grec était un véritable élément majeur du SLB jusqu’à la saison dernière, qu’il a bouclée au troisième rang du classement des buteurs (16 réalisations en 28 matches), menant le club lisboète à un quatrième titre consécutif. Son arrivée sur la Canebière soulève donc de sérieuses interrogations, l'OM ayant empilé les échecs tout au long de l'été sur d'autres profils, de Carlos Bacca à Moussa Dembélé, en passant par Stevan Jovetic ou Seydou Doumbia.

Pourtant, un club devenu référence des ventes de joueurs en Europe n'abandonne pas subitement ses principes. Encore moins lorsqu'il s'agit de valoriser un joueur ayant coûté 7 millions d'euros et ayant claqué, en moyenne, un but tous les deux matches. Mais alors, pourquoi le champion du Portugal s'est-il montré si conciliant avec l'OM sur ce dossier ? La question a été posée au joueur en conférence de presse, lors de sa présentation avec Marseille. "Demandez au Benfica", s'est contenté de répondre le buteur.

Vidéo - Mitroglou : "La meilleure façon de m’adapter, c’est de marquer des buts"

00:17

Benfica aurait pu en récupérer trois fois plus... en février dernier

Les dirigeants lusitaniens n'ont pas officiellement apporté leur réponse. Mais Luis Filipe Vieira, le président du club, sera certainement amené à évoquer le sujet, lui qui avait réclamé 25 millions d'euros, au début de l'été, pour laisser filer son joueur. Il devra donc réagir, d'abord pour apaiser la déception d'une partie de ses socios, ensuite pour éteindre l'incendie allumé par l'un des agents du Grec, Paulo Teixeira. Le représentant a publié une note sur les réseaux sociaux attestant d'une offre de 40 millions d'euros proposée par Tianjin Quanjian pour enrôler Mitroglou, en février dernier.

L'affaire n'a finalement pas été conclue : Vieira a tenté d'intégrer Jorge Mendes dans les négociations, et le club chinois a refusé d'accepter "des manoeuvres obscures" selon l'agent. Le boss lisboète a pourtant quelques arguments pour soigner sa défense. Les négociations qu'il a menées avec le board olympien ont été décevantes sans être catastrophiques. Le SLB a tout de même récupéré le double de la somme investie, et ce chiffre gonflera lorsqu'il récupèrera 50% de la revente.

Mitroglou - Benfica 2017.

Mitroglou - Benfica 2017.Getty Images

Une méforme physique suspecte et une blessure inquiétante

Sportivement, la perte est, elle aussi, limitée. En interne, son départ a déjà été comblé. Haris Seferovic, arrivé libre de l'Eintracht Francfort, a déjà inscrit trois buts lors des quatre premières journées de championnat. Et Gabriel "Gabigol" Barbosa, en perdition à l'Inter Milan, est arrivé sous la forme d'un prêt avec option d'achat. Leurs qualités, plus complémentaires avec l'indéboulonnable Jonas, ont déjà été vantées par Rui Vitoria, l'entraîneur des Aguias.

La blessure de l'attaquant, inquiétante à plus d'un titre, a aussi poussé le Benfica Lisbonne à lui ouvrir grand les portes. En fin de saison dernière, déjà, Mitroglou avait affiché une étonnante méforme physique, au point de céder sa place de titulaire à Raul Jimenez. Touché à la cuisse gauche lors de l'intersaison, le joueur ne connaît toujours pas la date précise de son retour à la compétition, même s'il espère être opérationnel "d'ici deux semaines", comme il l'a confié à son arrivée à Marseille. En attendant, les supporters phocéens auront le temps de cogiter au sujet d'une recrue qui, pour l'instant, n'est rien d'autre qu'une roue de secours au CV bien garni.

Vidéo - Pourquoi Neymar a joué un rôle dans la venue Mitroglou à l'OM

00:19
0
0