Eurosport

Solidarité avec les supporters du LOSC, Draxler et goal-line : les tops et flops de samedi

Solidarité, Draxler et goal-line : les tops et flops de samedi

Le 30/09/2017 à 23:44Mis à jour Le 30/09/2017 à 23:47

LIGUE 1 – Dans une soirée marquée par les incidents à Amiens, les clubs de Ligue 1, solidaires, ont su répondre présents. Tout comme Nantes et Caen, invités surprises dans le haut du tableau. Tout l’inverse du Stade Rennais ou d’une goal-line technology décriée. Voici les tops et les flops des matches de la 8e journée disputés samedi.

Les tops

  • La solidarité de la Ligue 1 envers les supporters lillois
  • Draxler, juste repositionnement

Les semaines se suivent mais ne ressemblent pas pour Julian Draxler. Transparent face à Montpellier samedi dernier (0-0), l’Allemand a marqué des points précieux sur la pelouse du Parc contre Bordeaux (6-2). Et offert à Unai Emery une option tactique nouvelle. Aligné en milieu relayeur gauche dans le 4-3-3 parisien, l’ancien de Wolfsburg a rayonné dans l’entrejeu. En plus d’un but splendide d’une reprise de volée du gauche, Draxler a signé une passe décisive parfaite pour Mbappé et a réussi à gratter un nombre de ballons intéressant. Surprenant mais surtout alléchant. Comme quoi, l’Allemand n’est pas forcément réduit à jouer les doublures cette saison.

  • Nantes - Caen : réussite maximale

Ce n’est clairement pas des équipes qu’on attendait dans des sphères si élevées. Et pourtant… Ce samedi, Nantes et Caen sont troisième et quatrième de Ligue 1. Si les faits de match ont souvent été en faveur de ces deux équipes depuis le début de saison, il ne faut pas négliger leur performance basée sur des choses finalement simples : de la discipline et de l’efficacité. Nantes, avec ses victoires par un but d’écart (5 cette saison), symbolise parfaitement cet état d’esprit. Pour Caen, ce sont ses vertus défensives qui font la différence (4 buts encaissés). Alors, non, ce n’est pas aussi brillant ou flamboyant que d’autres équipes. Mais c’est terriblement efficace.

  • Neymar, en pleine mire

Oui, Draxler a été excellent. Mais impossible de ne pas pointer aussi les projecteurs sur Neymar, encore auteur d’un récital ce samedi face à Bordeaux (6-2). Au-delà de son match statistique parfait (2 buts, 1 passe décisive), c’est le premier but qu’il convient de mettre en avant. A vingt-huit mètres de la cage de Benoît Costil, le Brésilien a envoyé un coup franc magnifique à la trajectoire parfaite qui a fini dans la lucarne bordelaise. Une douceur pour commencer le récital. Des comme ça, on en prend tous les jours.

Neymar a ouvert le score pour le PSG face à Bordeaux

Flops

  • Nolan Roux, la deuxième n'est pas la bonne

C’est cruel pour le buteur messin. Car, finalement, il avait fait le job. Alors que Metz avait arraché un penalty à la dernière minute sur le terrain de Nantes, l’ancien Stéphanois avait transformé sa tentative. Mais, à cause de coéquipiers trop pressés, un deuxième essai a été demandé par l’arbitre de la rencontre. Pression maximale et frappe ratée qui s’est envolée dans les nuages nantais. Cruel car, avec cet échec, Metz repart la tête basse et aucun point dans l’escarcelle. Dur.

  • Bug de la Goal-Line Technology

Disons que, pour l’instant, tout n’est pas au point. Rennes, mené 0-1 par Caen, samedi pour la 8e journée de Ligue 1, a bien cru égaliser sur un corner direct. À l'heure de jeu, Wahbi Khazri a tiré directement un corner qui a été repoussé des poings par Rémy Vercoutre sur sa ligne.

Le jeu s'est poursuivi quelques instants, jusqu'à ce que l'arbitre, Amaury Delerue l'interrompe en désignant le bracelet à son poignet censé lui indiquer un but ayant pu lui échapper, et s'est dirigé vers le milieu du terrain. Joueurs et spectateurs ont cru à l'égalisation, sans oublier le tableau d'affichage immédiatement passé de 0-1 à 1-1.

Malheureusement, après quelques palabres avec les délégués qui surveillent le match sur écran, il a été décidé que le ballon avait été dégagé devant la ligne, ce que les ralentis montrent assez nettement. Un bug inexplicable et inexpliqué.

  • Le bilan rennais à domicile

Les promesses n’engagent que ceux qui y croient. Des promesses, notamment sur le fond de jeu, les supporters rennais en ont reçu beaucoup depuis l’intronisation de Christian Gourcuff à la tête du club breton. Mais, pour l’instant, ils ne voient rien venir. Après sa défaite à domicile ce samedi face à Caen (0-1), le SRFC présente un bilan chaotique à domicile cette saison : 1 nul, trois défaites. Et ce n’est pas le manque de révolte affiché par les coéquipiers de Ludovic Baal qui va redonner de l’espoir aux amoureux du club.

(Avec AFP)

0
0