Bayern Munich - AFP
 
Article
commentaires
Football > Ligue des champions

Le Bayern peut y croire

Le Bayern peut y croire

Par Eurosport
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 18/04/2012 à 09:18 -
Par Eurosport - Le 18/04/2012 à 09:18
Le Bayern Munich s'est imposé face au Real Madrid (2-1), en demi-finale aller de la Ligue des champions grâce à un but de Mario Gomez à la 90e. Franck Ribéry, auteur d'un excellent match, avait ouvert le score avant que Mesut Ozil n'égalise en début de seconde période. Rien n'est fait pour autant.
 

Munich reste la bête noire du Real. Pas forcément le Bayern. Pour l'affirmer, on attendra la seconde manche de ce classique parmi les classiques des joutes continentales. Mais Munich, oui, est vraiment une ville maudite pour les Merengue. En neuf déplacements dans la capitale bavaroise, le club espagnol affiche un bilan misérable: huit défaites et un nul. Mardi soir, il y a subi un neuvième revers, concédé sur le fil sur un but de Mario Gomez (90e). Le Real tenait pourtant un score idéal avec ce nul 1-1. Un résultat parfait pour poser les fondations d'une qualification pour cette finale de Ligue des champions qui lui échappe depuis tout juste dix ans. Mais le Bayern, égal à lui-même, a lutté jusqu'au bout. C'est lui qui a pris une option, même petite.

Ce court succès, les joueurs de Juup Heynckes ne l'ont pas volé. C'est à la fois la victoire du talent, dans un premier temps, puis de l'abnégation. Le Real, lui, a eu le tort de jouer un peu trop par intermittence. Bien entrés dans le match, à l'image de cette frappe de Benzema bien repoussé par Neuer (7e), les Madrilènes ont été cueillis à froid sur la première occasion du Bayern. Sur un corner mal repoussé, Franck Ribéry a trompé Casillas à bout portant. (18e). Ce but restera comme le point d'orgue d'une rencontre remarquable du milieu de terrain français. Ce fut aussi le temps fort d'une première période exceptionnelle en termes de rythme et d'intensité, au cours de laquelle les deux équipes ont multiplié les offensives. Ces 45 premières minutes ont eu l'air de durer à peine un quart d'heure. Un vrai bonheur.

Gomez, parfaite incarnation

Le second acte, globalement, allait demeurer un ton en-dessous du premier. Sans pour autant manquer d'intérêt. Et là encore, la mise en action du Real s'est avérée plus rapide. Une impression confirmée avec l'égalisation de Mesut Ozil (53e), servi par Cristiano Ronaldo sur une action initiée par Benzema. Un gros coup de froid pour le Bayern, qui a flotté pendant un petit moment après ce but. Le tort du Real a peut-être été alors de ne pas appuyer davantage sur l'accélérateur. Offensivement, les joueurs de Mourinho sont restés trop timides, à l'image d'un Cristiano Ronaldo assez malheureux dans ses prises d'initiative.

Peu à peu, le Bayern a ressorti la tête de l'eau pour reprendre le contrôle de la partie dans les vingt dernières minutes, dont l'homme clé aura été Mario Gomez. A trois reprises (71e, 73e, 86e), l'attaquant allemand a eu le but de la victoire au bout du pied, ou de la tête. Sans réussite. Mais Gomez, parfaite incarnation de son équipe, n'abdique jamais. Et c'est presque logiquement qu'il est venu libérer l'Allianz Arena dans la dernière minute du temps règlementaire, en reprenant au premier poteau un centre de Philipp Lahm. La victoire de l'espoir pour le Bayern. A voir la tête basse et la mine contrariée de José Mourinho à sa sortie du terrain, le Real, battu pour la première fois cette saison en Ligue des champions, pourrait avoir du mal à digérer ce coup de théâtre final. Le syndrome de la bête noire est tenace...