Panoramic

L'antisèche : Quand il n’est pas dans son assiette, le Real peut toujours s'en remettre à CR7

L'antisèche : Quand il n’est pas dans son assiette, le Real peut toujours s'en remettre à CR7

Mis à jourLe 18/02/2016 à 00:22

Publiéle 18/02/2016 à 00:12

Mis à jourLe 18/02/2016 à 00:22

Publiéle 18/02/2016 à 00:12

Article de Vincent Bregevin

LIGUE DES CHAMPIONS – Pas forcément dans un grand soir, le Real Madrid a pu compter sur Cristiano Ronaldo pour faire la différence et s'imposer sur le terrain de la Roma (0-2). Le Portugais a largement contribué à faire de la première de Zidane sur le banc merengue en Ligue des champions une première réussie. Notre antisèche.

Le jeu : L'exploit de Cristiano Ronaldo a tout changé

Pendant un peu moins d'une heure, ce Roma-Real a été d'une pauvreté absolue, avec une équipe italienne repliée dans ses 30 mètres et se contentant d'envoyer de longs ballons vers Mohamed Salah, et une formation espagnole incapable de porter le danger sur le but adverse. L'exploit individuel de Cristiano Ronaldo a totalement changé la physionomie d'un match débridé dans sa dernière demi-heure. Le Real a été bien plus à l'aise pour profiter des espaces laissés par des Romains contraints de se découvrir. Le but de Jesé, quasiment synonyme de qualification pour le club merengue, en a été la parfaite illustration.

La joie des joueurs du Real après le but de Jesé
La joie des joueurs du Real après le but de Jesé - Panoramic

Les joueurs : Varane s'est bien repris

Pointé du doigt après son match manqué face à l'Athletic Bilbao (4-2), Raphaël Varane a admirablement réagi, avec quelques sauvetages importants notamment. Sergio Ramos a lui aussi été performant malgré quelques oublis. Keylor Navas a été irréprochable et Marcelo a réussi une belle prestation sur son côté gauche. Devant, Cristiano Ronaldo a été déterminé et décisif, tandis que Karim Benzema et James Rodriguez ont été moins en vue. A la Roma, Mohamed Salah a posé des problèmes au Real par sa vitesse, Diego Perrotti a eu quelques fulgurances et Radja Nainggolan a eu de l'impact dans l'entrejeu.

Raphaël Varane signe un retour important devant Stephan El Shaarawy
Raphaël Varane signe un retour important devant Stephan El Shaarawy - Panoramic

Ce qui aurait pu tout changer

55e minute : Une minute plus tôt, Dani Carvajal a un peu sorti le match de sa torpeur en adressant le premier tir cadré da la rencontre. Sur la relance romaine, Alessandro Florenzi réalise la diagonale parfaite pour trouver Stephan El Shaarawy à l'opposé. Le contrôle de l'attaquant italien est un peu trop long et Keylor Navas, bien sorti, parvient à le devancer et à éviter l'ouverture du score romaine. Elle sera finalement madrilène, deux minutes plus tard.

La sortie de Keylor Navas devant Stephan El Shaarawy
La sortie de Keylor Navas devant Stephan El Shaarawy - Panoramic

La stat : 12

En ouvrant le score à Rome, Cristiano Ronaldo a inscrit son 12e but en Ligue des champions cette saison, en seulement 7 matches. C'est d'ores et déjà son deuxième meilleur total sur une seule campagne, derrière ses 17 buts inscrits en 2013-14.

Le tweet qui n'a pas de prix

La décla : Zinédine Zidane (entraîneur du Real Madrid, au sujet de Cristiano Ronaldo)

" Je suis content pour lui, parce que c'est le meilleur, point barre. Il l'a encore démontré ce soir."

La question : Quels enseignements faut-il tirer de la première de Zidane en Ligue des champions ?

Déjà, il convient de ne pas oublier les 57 premières minutes de jeu. Pendant près d’une heure, le club merengue est passé à côté de son sujet, et Zidane n'a pas vraiment trouvé la réponse au problème tactique posé par une Roma qui, il est vrai, ne pensait qu'à défendre avant de placer éventuellement un contre. La tactique de Spalletti était peut-être trop frileuse d'ailleurs. Sur certaines phases de construction, la Roma a mis en lumière les lacunes madrilènes dans la récupération. Il fallait peut-être insister davantage là-dessus.

Tout n'a pas été parfait donc, mais il ne faut pas non plus sous-estimer la performance de l'équipe de Zidane à Rome. Un 8e de finale aller, c'est un baptême du feu très risqué pour un entraîneur dans un club comme le Real, et le Français a signé un résultat admirable en guidant son équipe vers une victoire, à l'extérieur, et sans prendre de but. La défense madrilène a affiché son efficacité et Cristiano Ronaldo a débloqué la situation. Le technicien français sait utiliser les atouts de son effectif. Et si la marge de progression existe pour le Real de Zidane, l'entame n'en est pas moins prometteuse.

Zinédine Zidane lors de Roma-Real
Zinédine Zidane lors de Roma-Real - Panoramic
0 commentaire
Vous lisez :