AFP

Les joueurs de City ont intérêt à marcher droit : Guardiola a déjà l'œil sur eux

Les joueurs de City ont intérêt à marcher droit : Guardiola a déjà l'œil sur eux

Mis à jourLe 14/03/2016 à 23:26

Publiéle 14/03/2016 à 23:26

Mis à jourLe 14/03/2016 à 23:26

Publiéle 14/03/2016 à 23:26

Article de Maxime Dupuis

Manchester City affronte le Dynamo Kiev en 8e de finale retour de la Ligue des champions, mardi (aller : 1-3). Au-delà d’une première qualification pour les quarts en C1, les Citizens ont intérêt à envoyer des signaux positifs à leur futur entraîneur, un certain Pep Guardiola. Le Catalan prépare déjà la suite.

Mardi, les joueurs de Manchester City vont tenter de réussir ce que personne n'a fait avec le maillot bleu ciel sur le dos : intégrer le top 8 de la Ligue des champions. Un tout petit accomplissement pour un club qui a mis autant d'argent sur la table pour conquérir les sommets continentaux. Sur le papier, c'est plutôt bien parti puisque la troupe de Manuel Pellegrini s'est imposée 1-3 sur la pelouse du Dynamo Kiev lors de la manche aller. Avec ce résultat et avant les retrouvailles anglo-ukrainiennes, les dirigeants de City peuvent réserver leurs billets pour Nyon, où se déroulera le tirage au sort des quarts de finale de la Ligue des champions, vendredi midi.

Manchester City a fait un grand pas vers la qualification pour les quarts de finale en s'imposant contre le Dynamo Kiev en 8e de finale aller de la Ligue des champions (3-1).
Manchester City a fait un grand pas vers la qualification pour les quarts de finale en s'imposant contre le Dynamo Kiev en 8e de finale aller de la Ligue des champions (3-1). - AFP

Si, en Premier League, la saison des Citizens n'a pas pris la tournure escomptée et risque de ressembler à un immense bide, l'Europe va servir à mobiliser les énergies d'ici l'été et l'arrivée de Pep Guardiola. Le Catalan, qui prendra les rênes de l'équipe première dès le 1er juillet, n'arrivera pas tout seul à City. Comme à Barcelone ou à Munich, le technicien va débarquer avec ses idées, ses principes de jeu et… ses hommes. Même si Manchester City est richissime, son effectif n'est pas extensible à volonté et certains vont devoir faire place nette quand Guardiola va s'installer dans le nord de l'Angleterre.

Personne, ou presque, n'est à l'abri

Pour certains, l'avenir est aussi clair que de l'eau de roche : il s'écrit loin de Manchester City. On pense à Samir Nasri, dont le quotidien sur les terrains parait aujourd'hui bien loin. Ou Yaya Touré, qui n'a pas eu une première expérience mémorable sous les ordres de Guardiola, du côté de Barcelone. D'autres ont du mouron à se faire s'ils ne terminent pas la saison sur une bonne note.

Si l'on se fie aux noms qui circulent dans la presse depuis l'arrivée de Guardiola en Premier League, personne n'est à l'abri. Hormis un Sergio Agüero, qui fait partie d'une autre caste, voire d'un Kevin de Bruyne, dont l'investissement consenti est à la hauteur des promesses de son talent. Mais pour le reste, tout le monde a intérêt à marcher droit. De Joe Hart à Raheem Sterling. Parce que Pep a l'œil sur Manchester City. Ce que son actuel employeur, par la voix de Karl-Heinz Rummenigge, sait. Et ne s'offusque pas. Au sujet d'un récent déplacement de Pep à Amsterdam pour y rencontrer l'agent d'Ilkay Gündogan, le boss du Bayern a d'ailleurs trouvé "légitime" que Guardiola prépare déjà la suite.

Des emplettes à Munich ?

Si l'on en croit la presse anglaise, et malgré un supposé pacte de non-agression entre lui et le Bayern, il la préparerait aussi du côté de la Säbener Strasse. Du polyvalent David Alaba à Manuel Neuer, en passant par le directeur technique bavarois, Michael Reschke, Pep Guardiola ferait bien ses emplettes à Munich. En plus d'aller chercher Paul Pogba et Leonardo Bonucci du côté de la Juventus Turin ou Alex Oxlade-Chamberlain à Arsenal.

01:58
Verheijen : "A City, Guardiola devra changer sa méthode" - Eurosport

Tout ce petit monde ne viendra pas à City l'été prochain mais ces noms ronflants rappellent combien les joueurs de Pellegrini ont de bonnes raisons de ne pas attendre l'arrivée de Guardiola pour tenter ou espérer le séduire. Commencer par le faire face à Kiev, mardi soir, serait une riche idée. Parce qu'à la veille du choc face à la Juventus Turin, Pep Guardiola aura (aussi) un œil sur City.

0 commentaire
Vous lisez :