AFP

Ligue des champions - Le PSV est au pied d'une montagne : éliminer l'Atlético à Vicente-Calderon

Le PSV est au pied d'une montagne : éliminer l'Atlético à Vicente-Calderon

Mis à jourLe 14/03/2016 à 23:25

Publiéle 14/03/2016 à 23:25

Mis à jourLe 14/03/2016 à 23:25

Publiéle 14/03/2016 à 23:25

Article de Vincent Bregevin

LIGUE DES CHAMPIONS – Après le résultat nul et vierge à l'aller (0-0), le PSV Eindhoven a encore toutes ses chances de qualification pour les quarts de finale contre l'Atlético Madrid (20h45). Mais sortir vainqueurs de cette double confrontation face aux Colchoneros relèverait quasiment de l'exploit pour les Néerlandais.

Le PSV Eindhoven a surpris les observateurs. En accrochant l'Atlético Madrid au match aller (0-0), les Néerlandais sont encore en mesure de se qualifier pour les quarts de finale de la Ligue des champions alors que les Espagnols partaient largement favoris dans cette double confrontation. C'est déjà une performance. Mais la formation de Phillip Cocu reste au pied d'une montagne. Pour plusieurs raisons, éliminer les hommes de Diego Simeone dans leur antre de Vicente-Calderon aurait valeur d'exploit.

L'Atlético de Simeone, une valeur sûre de la Ligue des champions

Les Rojiblancos ne sont pas attendus comme le Barça, le Bayern, le Real, voire le PSG, mais ils n'en demeurent pas moins compétitifs à ce niveau. Face au PSV Eindhoven, l'Atlético visera une troisième présence consécutive en quart de finale de la Ligue des champions, une épreuve dont il a été un finaliste bien malheureux en 2014. Car battu en prolongation par son voisin madrilène, après avoir été rejoint au bout du temps additionnel (4-1 a.p.). Il ne s'en était vraiment pas fallu de grand-chose pour que l'équipe de Diego Simeone remporte la compétition la plus prisée des clubs européens il y a moins de deux ans.

La déception des joueurs de l'Atlético après leur défaite face au Real (4-1 a.p.) en finale de la Ligue des champions
La déception des joueurs de l'Atlético après leur défaite face au Real (4-1 a.p.) en finale de la Ligue des champions - AFP

Quart de finaliste la saison passée, et encore battu de très peu par le Real avec un but de Chicharito Hernandez en toute fin de match (0-0, 1-0), l'Atlético a confirmé son statut de valeur sûre au niveau européen en terminant en tête de son groupe lors de la phase de poules. En face, le PSV Eindhoven n'a plus atteint les quarts de finale de la Ligue des champions depuis 2007, où il avait été sorti par Liverpool (0-3, 1-0). L'expérience, un paramètre loin d'être négligeable à ce stade de l'épreuve, est clairement en faveur des Madrilènes avant ce match retour à Vicente-Calderon.

Vicente-Calderon, une forteresse (quasiment) imprenable

L'Atlético s'est affirmé comme une équipe redoutable en Ligue des champions, et particulièrement quand il évolue à Vicente-Calderon. Depuis que Simeone s'est assis sur son banc, le club madrilène a disputé 14 matches à domicile dans cette compétition. Et son bilan est éloquent : 11 victoires, 2 nuls, et seulement 1 défaite, concédée cette saison face à Benfica en phase de poules (1-2). Sur ces 14 matches, les Colchoneros ont inscrit 32 buts et n'en ont concédé que 4.

Le stade Vicente-Calderon
Le stade Vicente-Calderon - Eurosport

Que la qualification se joue dans l'antre madrilène change beaucoup de choses pour le PSV. Les statistiques traduisent à la fois la qualité de la formation de Simeone, mais aussi sa faculté à se sublimer devant un public à l'image son équipe. "Il y a une telle intensité dans ce stade, et Simeone a su la rendre encore plus forte ces dernières années", a résumé Cocu mardi en conférence de presse. Le coach argentin a pour sa part souligné la capacité des supporters rojiblancos à "répondre présent" pour ce type d'événement. Ce sera un véritable 12e homme à battre pour le PSV.

L’Atlético, une défense de fer

Pour se qualifier à Vicente-Calderon, le PSV devra vraisemblablement marquer, à moins de tenir le 0-0 jusqu'au bout de la prolongation avant de faire la différence dans la séance de tirs au but. Un scénario à ne pas oublier, car la défense de l'Atlético est particulièrement difficile à battre cette saison. Elle est la plus imperméable de Liga avec seulement 12 buts encaissés. Dont un tiers (4) face au Barça et son attaque infernale emmenée par le trio Messi-Suarez-Neymar. L'Atlético a aussi l'une des meilleures défenses de la Ligue des champions avec 3 buts concédés, tous face au Benfica.

Simeone a su mettre en place une équipe extrêmement solide sur le plan défensif, grâce à une organisation tactique remarquable, une activité collective impressionnante au pressing et à la récupération, et une combativité de tous les instants dans les duels. Grâce, aussi, à la qualité de son quatuor Juanfran-Godin-Gimenez-Filipe Luis derrière. Autant d'éléments qui expliquent pourquoi le gardien Jan Oblak, également très performant, a préservé son but inviolé à 29 reprises en 42 matches toutes compétitions confondues. C'est un véritable mur que le PSV va devoir percer à Madrid sur le chemin escarpé qui peut le mener en quart de finale de la Ligue des champions.

Diego Godín et José Maria Giménez s'opposent à Cristiano lors du derby Atlético-Real
Diego Godín et José Maria Giménez s'opposent à Cristiano lors du derby Atlético-Real - AFP
0 commentaire
Vous lisez :