Getty Images

L'antisèche : Monaco a mis les bons ingrédients mais a manqué de constance

L'antisèche : Monaco a mis les bons ingrédients mais a manqué de constance

Le 01/11/2017 à 21:58Mis à jour Le 02/11/2017 à 08:11

LIGUE DES CHAMPIONS - L'ASM a concédé un match nul mercredi sur la pelouse du Besiktas (1-1) qui pourrait définitivement sceller le sort du club en C1. Si les Monégasques ont manqué de régularité au cours de la partie, les ingrédients employés ont été les bons. De quoi laisser quelques regrets.

Le jeu : Un Monaco à deux visages

En grande difficulté depuis le début de la campagne de Ligue des champions, Monaco a su, par séquences, réagir contre Besiktas. L'ASM a d'abord intelligemment laissé passer l'orage en début de match, les locaux étant poussés par un public incandescent. Puis elle a affiché une solidité inédite en C1 cette saison. Du moins, durant 45 minutes. Les Turcs ont eu toutes les peines du monde à bouger le 4-4-1-1 mis en place par Leonardo Jardim en première période. L'ASM a alors progressivement sorti la tête, se créant plusieurs occasions. Et sur une récupération de balle très haute, Rony Lopes a fait parler son talent pour ouvrir la marque juste avant la pause.

Au retour des vestiaires, les Monégasques ont subitement semblé en proie aux démons qui les hantent en Ligue des champions depuis septembre. Et Besiktas en a rapidement profité. La perte de balle de Youri Tielemans et la faute grossière de Jorge en pleine surface ont offert l'égalisation à Cenk Tosun. Les deux équipes se sont alors livrées, laissant tour à tour des boulevards. Mais personne n'a su en profiter, en dépit d'occasions très franches, notamment du côté de Monaco.

Les joueurs : Fabinho omniprésent, Jorge en grande difficulté

Fabinho n'a pas toujours montré le talent qu'on lui connaît ces dernières semaines. Mais face à Besikas, ce mercredi, le Brésilien a été à la hauteur de l'événement. Il a rayonné au cœur du milieu de terrain de l'ASM. Sa capacité à se projeter avec le ballon, mais aussi à presser en accord avec ses partenaires, a fait du bien à son club. Physiquement, il n'a par ailleurs jamais baissé de pied. On ne peut pas dire que Jorge ait laissé la même impression. Le latéral gauche a quasiment tout manqué durant la partie. Et sa propension à se jeter dans les moments critiques a coûté très cher à Monaco.

Fabinho (Monaco) face à Besiktas.

Fabinho (Monaco) face à Besiktas.Getty Images

Le facteur X : La balle de match de Keita Baldé

Il apparaît toujours sévère de faire porter la défaite sur les épaules d'un unique joueur. Sur une seule action qui a nécessité une prise de décision rapide. Mais il est vrai que Keita Baldé, positionné devant au début de la rencontre, avant d'être replacé à gauche après la sortie sur blessure de Thomas Lemar, a manqué une balle de match à la 93e minute. En l'occurrence, un face-à-face avec le gardien du Besiktas. Sa position, légèrement excentré côté gauche, lui offrait qui plus est un angle idéal pour son pied droit. Mais son tir, mal ajusté, a finir dans les gants de Fabricio.

La stat : 1

La défense de Monaco a encaissé contre Besiktas un unique but. C'est une première cette saison en C1 puisque l'ASM avait encaissé au moins deux buts dans chacun de ses trois premiers matches dans la compétition. Il y a donc du mieux mais cela ne suffit évidemment pas. Et cela en dit long sur les difficultés éprouvées par le club en Ligue des champions.

Le tweet qui ajoute de la douleur à la déception

La décla : Leonardo Jardim (entraîneur de Monaco)

" Après le match, j'ai deux sentiments contradictoires. Le nul n'était pas notre objectif donc je suis triste du résultat. Mais d'un autre côté, je suis heureux de la performance de l'équipe, de son comportement."

La question : Qu'a-t-il manqué à Monaco pour espérer mieux face à Besiktas ?

Ce mercredi, Monaco a incontestablement livré sa meilleure prestation de la saison en Ligue des champions. Parfaitement préparés sur le plan tactique, agressifs, les Monégasques ont bien négocié l'entame de match contre le club turc. L'ouverture du score est d'ailleurs venue récompenser une belle première période. Mais pour autant, difficile de ne pas souligner le manque de régularité de l'équipe. Les absences en seconde période ont coûté la victoire aux hommes de Leonardo Jardim ainsi, probablement, que la qualification pour les huitièmes.

Et là où la saison passée, l'équipe semblait en mesure de rapidement renverser n'importe quelle situation, elle n'arrive plus, lors de la campagne actuelle, à emballer les rencontres de la même manière. La passe difficile que traverse le club en Europe n'est certainement pas étrangère à ce constat. Ce manque de confiance, qui s'est notamment vu dans la surface adverse au cours des dix dernières minutes, a très certainement mis fin aux espoirs de qualification des Monégasques.

Kamil Glik frustré sur la pelouse de Besiktas en Ligue des champions, le 1er novembre 2017.

Kamil Glik frustré sur la pelouse de Besiktas en Ligue des champions, le 1er novembre 2017.Getty Images

0
0