Eurosport

Premier League - Fort d’un bilan remarquable en championnat, Pellegrini pourra partir la tête haute

Fort d’un bilan remarquable en Premier League, Pellegrini pourra partir la tête haute

Le 03/02/2016 à 09:37

Après trois saisons passées à la tête de City, Manuel Pellegrini cèdera sa place de manager en juin prochain à Pep Guardiola. L'autre club majeur de Manchester laisse ainsi partir celui qui lui a permis de gagner la Premier League en 2014. Une décision attendue car, en dépit d'un excellent bilan en championnat, le Chilien n'a jamais réussi à faire grandir son équipe sur la scène européenne.

Les épaules tombantes, l'air abattu mais le regard franc, Manuel Pellegrini a annoncé lui-même, lundi, son départ de Manchester City à l'issue de son contrat, en juin prochain. Souhaitant s'éviter de multiples rumeurs sur son sort, le Chilien avait informé son club il y a deux semaines qu'il préviendrait la presse et leur dirait que les cinq prochains mois seraient ses derniers à la tête des Skyblues.

Plus réservé que la plupart de ses confrères, l'ancien défenseur central de l'Universidad de Chile n'a pas convoqué les médias pour défendre son bilan. Il a attendu la fin de la conférence précédent la rencontre de Premier League du jour face à Sunderland pour délivrer son message. Pourtant, malgré les apparences, Pellegrini pourra partir de City la tête haute.

Le troisième meilleur ratio de victoires de l'histoire de la Premier League

Certains entraîneurs ont le don d'attirer les éloges du monde du football sans obtenir de résultats probants. Manuel Pellegrini se trouve lui dans la situation inverse. Souvent critiqué, l'Ingénieur - comme il était surnommé en Amérique du Sud - possède le troisième meilleur ratio de victoires (64,6%) de l'histoire de la Premier League parmi les managers avec plus de 50 matches au compteur. Derrière des monstres, en l'occurrence Alex Ferguson (65,2%) et José Mourinho (66%).

Manager Nombre de matches Victoires Nuls Défaites Pourcentage de victoires
1. José Mourinho 212 140 44 28 66.0%
2. Alex Ferguson 810 528 168 114 65.2%
3. Manuel Pellegrini 99 64 17 18 64.6%
4. Carlo Ancelotti 76 48 13 15 63.2%
5. Roberto Mancini 133 82 27 24 61.7%
6. Arsène Wenger 737 427 181 129 57.9%
7. Rafael Benitez 254 141 61 52 55.5%
8. Claudio Ranieri 169 89 45 35 52.7%
9. André Villas-Boas 81 42 19 20 51.9%
10. Louis van Gaal 61 30 17 14 49.2%

City n'a donc jamais connu un manager avec un tel bilan depuis le lancement de la Premier League. Certes, le club affiche un tout autre visage depuis son rachat en 2008 par des investisseurs émiratis mais Roberto Mancini a lui aussi bénéficié de cet afflux soudain d'argent, et il n'a pas fait aussi bien. Et ce, même si les deux managers ont remporté un championnat chacun (2012 et 2014). Le Chilien pourrait d'ailleurs enlever un second titre majeur - il a aussi remporté la League Cup en 2014 - pour sa dernière saison, les Skyblues pointant actuellement à trois longueurs du leader, Leicester.

Visuel Pellegrini à Manchester City

La Ligue des champions, son seul accroc

Le problème pour Manuel Pellegrini, c'est que réussir en Premier League n'est pas suffisant pour un club du standing de Manchester City. Or, l'ancien entraîneur du Real Madrid n'a jamais passé le stade des huitièmes de finale en Ligue des champions, butant à deux reprises sur le FC Barcelone. Pire, il a perdu ses quatre confrontations directes contre les Catalans en phase finale.

Le sort n'a donc pas aidé le manager chilien dans son entreprise, lui qui avait atteint les quarts de finale de la compétition avec Malaga. Pour l'anecdote, avec son City, il pourra tout de même se targuer d'avoir battu à l'extérieur le Bayern de Guardiola en décembre 2013 (2-3). L'ironie, c'est qu'en 2016, les Skyblues ont toutes les chances de faire mieux que lors des deux saisons précédentes. En tirant le Dynamo Kiev, ils ont en effet une occasion en or d'y parvenir.

Guardiola, un adversaire intouchable

Manuel Pellegrini le savait, il ne pourrait en aucun cas faire le poids face à Pep Guardiola si l'Espagnol manifestait l'envie de devenir le nouveau manager de City. Parce que le Catalan possède un palmarès impressionnant ainsi qu'un sens tactique encore plus aigu que celui déjà fort développé du Chilien. Mais aussi parce que l'ancien entraîneur du Barça jouit d'une image autrement plus séduisante que celle de l'Ingénieur. Or, dans une ère où la communication règne en maître, c'est un aspect qu'il est devenu impossible de négliger.

Le mouvement était d'autant plus prévisible que Txiki Begiristain, ancien coéquipier de Guardiola au Barça, est actuellement le directeur technique de City et que Ferran Soriano, autre ancien du club catalan, en est le directeur exécutif.

A 62 ans, Manuel Pellegrini s'en ira donc en juin de Manchester. Mais après une expérience des plus compliquées au Real Madrid malgré, là aussi, un bilan plus que positif (81,58% de victoires, toutes compétitions confondues), il a prouvé qu'il faisait partie des meilleurs techniciens en activité.

Pep Guardiola avec Manuel Pellegrini

Pep Guardiola avec Manuel PellegriniPanoramic

0
0