Panoramic

Serie A (18e journée) : la Juventus Turin ne s'arrête plus, l'AS Rome de Rudi Garcia cale

La Juventus ne s'arrête plus, le Napoli s'accroche et la Roma replonge au pire moment
Par Eurosport

Le 07/01/2016 à 00:11

SERIE A - La 18e journée a vu la Juventus Turin signer sa huitième victoire de rang face à l'Hellas Vérone (3-0). Les Piémontais sont 4es du championnat, à deux points de la Fiorentina, qui a gagné à Palerme (1-3), et trois de l'Inter, vainqueur à Empoli (0-1). L'AS Rome est, elle, engluée à la cinquième place, la faute à un nul concédé en toute fin de match sur le terrain du Chievo Vérone (3-3).

Et de huit. Le début de saison mitigé de la Juventus Turin est loin derrière les hommes de Massimiliano Allegri. Ceux-ci ont remporté leur huitième victoire de rang, mercredi à domicile, face à l'Hellas Vérone (3-0). Un succès qui permet à la Juve de rester calée derrière le trio de tête, à trois points du leader, l'Inter Milan.

La réception de l'Hellas Vérone, lanterne rouge incapable de gagner un match cette saison en Serie A, ne devait pas poser de problèmes aux joueurs de Massimiliano Allegri et, de fait, le match a été une formalité. Dybala a ouvert le score d'un impeccable coup franc du gauche dès la 9e minute. Avec déjà neuf buts cette saison, le jeune Argentin (22 ans) est en train de prendre une dimension spectaculaire au sein de l'effectif pourtant très riche de la Juve.

Avant la pause, Bonucci a porté le score à 2-0, sur une passe décisive de Dybala. Et pour le 3-0, c'est Paul Pogba qui s'est chargé du service en or pour Simone Zaza. Avec 14 buts inscrits sur ses cinq derniers matches de Serie A, la Juve marche vraiment très fort. Un cinquième titre consécutif est désormais plus que crédible.

La Fio est toujours là

Si la Juventus semble inarrêtable, certains sont, pour l'instant, encore devant. C'est le cas de l'Inter Milan, qui a conservé sa place de leader avec sa recette désormais bien connue : la victoire 1-0. C'est déjà la neuvième fois cette saison que l'équipe de Roberto Mancini s'impose sur ce score. Mercredi à Empoli, c'est Mauro Icardi qui a scellé la victoire nerrazzura.

La Fiorentina a de son côté débuté 2016 avec la même confiance et la même qualité de jeu que fin 2015 et garde sa deuxième place grâce à sa victoire 3-1 sur la pelouse de Palerme. Ilicic a inscrit un doublé (neuf buts déjà cette saison) et Blaszczykowski s'est chargé d'éteindre le mince espoir sicilien né du but inscrit par Gilardino.

Pendant que la Fiorentina continue de croire au scudetto, d'autres voient leurs espoirs d'être seulement européens maigrir chaque journée un peu plus. C'est le cas de la Lazio Rome, incapable de battre le très modeste Carpi (19e) à domicile et qui stagne à la 10e place après un vilain 0-0. C'est aussi le cas de l'AC Milan, battu 1-0 à San Siro par Bologne et qui glisse au 7e rang.

Incorrigible, la Roma craque

L'AS Rome, elle, reste cette équipe frustrante et incapable de gérer un avantage. Et le match nul 3-3 face au Chievo ramené de Vérone risque de fragiliser à nouveau Rudi Garcia. Les Romains avaient pourtant le match en main grâce à deux buts signés Sadiq et Florenzi, les deux joueurs qui, juste avant la trêve, avaient déjà donné une belle bouffée d'oxygène au technicien français en marquant face au Genoa (2-0).

Mais les vieux démons romains rôdent toujours et après trois matches sans but encaissé, la défense a de nouveau cédé, pas aidée par le gardien Szczesny, pas dans un grand jour. Le Chievo est donc revenu à 2-2 grâce à un doublé de Paloschi.

Pjanic (AS Rome)

Pjanic (AS Rome)Panoramic

Les Romains ont repris l'avantage via Iago Falque mais en fin de match, Simone Pepe marquait pour Vérone sur coup franc un but qui n'aurait pas été validé sans la goal-line technology. Avec ce seul point, la Roma se retrouve un peu décrochée à la cinquième place, avec cinq points de retard sur la Fiorentina et six sur le leader intériste.

Le Napoli, lui, reste dans le bon wagon

En clôture de cette 18e journée, Naples aussi a fait le boulot en battant le Torino 2-1. Un succès qui permet aux Napolitains de rester sur le podium (3e), à hauteur de la Fiorentina et à une longueur de l'Inter.

Les hommes de Maurizio Sarri ont été bousculés par le "Toro" qui, après la superbe ouverture du score d'Insigne, est revenu grâce à un penalty de Quagliarella. Mais Hamsik a redonné l'avantage à Naples juste avant la pause et le score n'a pas bougé en deuxième période.

Marek Hamsik est heureux après son but contre le Torino, mercredi 6 janvier 2016

Marek Hamsik est heureux après son but contre le Torino, mercredi 6 janvier 2016AFP

0
0