Panoramic

"Fatigué" par l'affaire de la sextape, Zidane espère une issue rapide pour Benzema

"Fatigué" par l'affaire de la sextape, Zidane espère une issue rapide pour Benzema
Par AFP

Le 12/02/2016 à 17:22

Zinédine Zidane, entraîneur du Real Madrid, s'est dit vendredi "fatigué" par l'affaire du chantage à la sextape et a déclaré qu'il espérait que les choses se résolvent rapidement pour son attaquant Karim Benzema, mis en examen dans ce dossier.

Il se passe rarement une conférence de presse du Real Madrid sans que Zinédine Zidane ne soit interrogé au sujet de l'affaire de la sex-tape. Celle de vendredi, à la veille de la rencontre face à l'Athletic Bilbao, n'a pas échappé à la règle. Et l'entraîneur madrilène na pas masqué sa lassitude face à cette situation. "Je suis fatigué, et (Karim) aussi, lui le premier. Il ne veut parler que de football, a-t-il lancé. Il veut se concentrer sur ce qu'il fait chaque jour avec nous". Interrogé pour savoir s'il attendait une issue rapide, Zidane a répondu: "J'espère. D'ici peu nous oublierons cette affaire, j'espère".

Karim Benzema, mis en examen dans cette affaire de chantage visant son équipier en équipe de France Mathieu Valbuena, a indiqué n'avoir jamais vu la vidéo intime en question, selon ses déclarations à la juge d'instruction chargée de l'affaire, publiées par Le Parisien vendredi. Cette vidéo de Valbuena, subtilisée par trois escrocs présumés, est au coeur de l'affaire et a été le sujet d'une conversation entre les deux joueurs, le 6 octobre, au centre d'entraînement des Bleus à Clairefontaine, où Benzema aurait laissé entendre avoir visionné l'enregistrement.

Karim Benzema a été mis en examen le 5 novembre pour "complicité de tentative de chantage" à l'encontre de Valbuena et "participation à une association de malfaiteurs", des infractions passibles de cinq ans d'emprisonnement. Il est soumis à un contrôle judiciaire qui l'interdit d'entrer en contact avec son coéquipier des Bleus. Trois des maîtres chanteurs présumés dans cette affaire ont été remis en liberté, dont celui présenté par l'enquête comme le cerveau de l'entreprise, a-t-on appris vendredi auprès du parquet de Versailles.

0
0