Getty Images

FORMULE 1 - "La situation n'est peut-être pas une coïncidence" : Toro Rosso va au clash avec Renault

Toro Rosso va au clash avec Renault : "La situation n'est peut-être pas une coïncidence"

Le 11/11/2017 à 16:36Mis à jour Le 11/11/2017 à 17:43

GRAND PRIX DU BRÉSIL - Dans un long communiqué, Toro Rosso a violemment répondu à Renault, qui tenait l'écurie de Faenza en partie responsable des problèmes de fiabilité récurrents rencontrés par Pierre Gasly et Brendon Hartley. L'équipe a même sous-entendu des négligences volontaires de la part du Losange, afin de reprendre l'avantage au Mondial...

Il n'y a finalement pas eu d'éclair dans le ciel d'Interlagos. Mais il y a bel et bien eu des étincelles dans le paddock du Grand Prix du Brésil. Comme les températures, les relations entre Toro Rosso et son motoriste Renault se sont considérablement refroidies. Vendredi, Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport Racing, accusait la mauvaise exploitation du bloc au Losange au sein des monoplaces italiennes pour justifier les casses à répétition rencontrées par Pierre Gasly et Brendon Hartley. Ce samedi, l'équipe de Faenza a évoqué une autre piste, bien moins technique.

Via un communiqué, Toro Rosso a tenu à clarifier la situation, surprise que "Cyril Abiteboul ait suggéré aux médias que les problèmes auxquels l'équipe est confronté avec le moteur sont principalement liés à l'équipe, et à la façon dont il est utilisé dans le châssis STR12". L'écurie soeur de Red Bull a rappelé que rien n'avait été "changé ou modifié dans l'installation durant la saison" et critiqué "le manque de nouvelles pièces disponibles". Elle a aussi tenu a évoquer les résultats catastrophiques du Renault lors du dernier Grand Prix, au Mexique, où seulement deux monoplaces équipées ont bouclé la course.

Red Bull a joué l'apaisement

Plus grave encore, Toro Rosso a mis en avant les enjeux du championnat pour tenter de justifier cette perte de fiabilité subite. "Nous ne devons pas oublier qu'ils se battent avec nous pour une meilleure position dans le championnat des constructeurs, comme l'a suggéré M. Abiteboul, a-t-elle écrit, avant de préciser : "la situation n'est peut-être pas une coïncidence. Mais ce n'est certainement pas dû à la voiture Toro Rosso". Au championnat Constructeurs, l'écurie est installée au septième rang, avec 53 points, et devance Renault de cinq unités, à deux courses de la fin du championnat.

Sans surprise, le communiqué a fait l'effet d'une petite bombe dans le motorhome de la firme française. Les caméras de Sky Sports ont capté des images d'un échange virulent entre Cyril Abiteboul et Helmut Marko, responsable de la filière Red Bull. Le dirigeant français a visiblement été entendu. Peu avant la qualification, Red Bull a, à son tour, publié un communiqué de son influent décideur autrichien pour apaiser les tensions. "Il n'a jamais été question que nous n'ayons pas été traités équitablement par nos fournisseurs. Et c'est toujours vrai aujourd'hui". Ce n'était pas si évident pour la Scuderia quelques heures plus tôt.

Brendon Hartley (Toro Rosso) quitte sa monoplace lors du Grand Prix du Mexique 2017

Brendon Hartley (Toro Rosso) quitte sa monoplace lors du Grand Prix du Mexique 2017Getty Images

0
0