AFP

Equipe de France - Le bilan de l’Euro : Les Experts ont-ils vraiment été en deçà ?

Le bilan de l’Euro : Les Experts ont-ils vraiment été en deçà ?

Mis à jourLe 29/01/2016 à 17:47

Publiéle 28/01/2016 à 20:12

Mis à jourLe 29/01/2016 à 17:47

Publiéle 28/01/2016 à 20:12

Article de Loris Belin
Dans cet article

EURO 2016 - Alors que les Bleus ont encore un match de classement à jouer contre le Danemark, retour sur leur performance en demi-teinte durant cet Euro 2016.

L’effectif n’était pas au complet

C’est une des limites de cet échec de l’équipe de France. Claude Onesta a dû composer avec les nombreuses absences pour blessures subies, notamment sur la ligne arrière. Accambray, Barachet, Fernandez, Grebille … Autant de joueurs qui pouvaient sérieusement prétendre à être dans le groupe, dont ils n’ont été écartés que pour raisons médicales.

Certains joueurs en ont profité pour mettre le nez à la fenêtre (Nyokas, Mahé) mais l’effectif manquait de profondeur pour espérer être au niveau pendant deux semaines. Claude Onesta le redoutait avant le début de l’Euro, cette équipe pourrait dominer de très bonnes équipes sur un match mais aurait du mal à tenir la longueur en termes d’intensité sur toute la compétition. Une déclaration qui fait figure aujourd’hui de prémonition.

Nikola Karabatic (France) accroché par Velko Markoski (Macédoine), vendredi 15 janvier 2016
Nikola Karabatic (France) accroché par Velko Markoski (Macédoine), vendredi 15 janvier 2016 - Panoramic

Les leaders n’ont pas été au rendez-vous

Les Experts ont construit leur succès sur une domination collective sans faille, mais aussi sur le talent individuel de leurs cadres. Durant ce championnat d'Europe, rares ont été ceux à se montrer à la hauteur durant (tout) l’Euro. Si Luc Abalo est exempt de reproches pour sa régularité durant la compétition – seul Français dans le Top 20 des meilleurs buteurs de l’Euro -, d’autres leaders attendus ne se sont pas montrés à la hauteur.

Thierry Omeyer a été bon dans l’ensemble et a confirmé son statut de baromètre des Experts. Ses deux seuls passages à vide : contre la Pologne et en deuxième mi-temps contre la Norvège, soit les deux défaites de Bleus. Nikola Karabatic n’a pas porté l’équipe comme son statut de meilleur joueur de la planète l’entend avec un petit 51% au tir.

Contre la Norvège, ce sont les pivots qui sont passés à côté. L’autre frère Karabatic, Luka, n’a d’ailleurs pas marqué de point en vue des JO. Enfin Daniel Narcisse a traversé le début de l’Euro comme un fantôme avant de revenir en forme durant les deux dernières rencontres. Trop de lacunes pour espérer accéder au dernier carré.

Quid des adversaires ?

La France n’a pas été à son niveau, c’est une certitude. Mais les prestations des autres prétendants au titre doivent elles-aussi être remarquées. La Norvège, que personne n’attendait à ce niveau, atteint pour la première fois les demi-finales d’un championnat d’Europe. La défense des Scandinaves est impériale depuis le début de la compétition. L’Allemagne est l’autre "petite" surprise des demi-finales, boutant le Danemark en dehors du dernier carré.

Et que dire des Croates ! Oubliés de la course à la demi-finale avant la dernière journée, la Croatie a profité du revers de la France face à la Norvège pour s’offrir un exploit majuscule en atomisant la Pologne, pourtant chez elle, de 14 buts. La Croatie n’est plus tout à fait au même standing qu’il y a quelques années mais elle reste capable sur une rencontre d’hisser son niveau de jeu parmi les toutes meilleures nations de la planète.

La Norvège, qualifiée en demi-finales de l'Euro
La Norvège, qualifiée en demi-finales de l'Euro - AFP

Inquiétant pour les JO ?

Les Jeux Olympiques sont dans sept mois, l’équipe de France a encore du temps devant elle avant de penser à l’échéance brésilienne. L’histoire récente des Experts a montré qu’un accident industriel comme un échec à l’Euro n’était pas rédhibitoire pour les chances de médaille olympique. Souvenez-vous 2012, et une piteuse 11e place obtenue par des Bleus méconnaissables. L’été suivant, on les retrouvait sur le toit du monde, et ce en toute logique au vu de leurs prestations durant le tournoi olympique.

La France devrait pouvoir faire mieux avec un groupe au complet. Le désormais tandem de commandants Onesta – Dinart va pouvoir peaufiner son entente, régler ce qui peut l’être dans une volonté de "remise en question" affichée par la Fédération française. La démarche semble aller dans le bon sens pour retrouver les sommets du handball international. Il ne reste plus qu’à croiser les doigts pour la bonne santé des leaders et retrouver un groupe gonflé à bloc et particulièrement revanchard à Rio.

0 commentaire
Vous lisez :