AFP

Hand - Euro 2016 : France-Croatie, des retrouvailles aux airs de quart de finale

France-Croatie, des retrouvailles aux airs de quart de finale
Par AFP

Le 23/01/2016 à 09:51

Samedi (18h15), les Bleus jouent un match déterminant dans la course au dernier carré de l'Euro. Ils croiseront la route d'une vieille connaissance : la Croatie.

La France retrouve une vieille connaissance, la Croatie, sa meilleure ennemie, lors d'un match crucial sur la route des demi-finales de l'Euro de handball, samedi (18h15) à Cracovie (Pologne). Entre les Bleus et la sélection balkanique, c'est l'égalité parfaite: quatre points après la première journée du tour principal et une défaite chacune depuis le début du tournoi. A cause de ce faux-pas - contre la Pologne pour les Français, face à la Norvège pour les Croates - l'erreur leur est désormais quasiment interdite.

"Tous les matches sont super importants pour nous. Les deux prochains contre la Croatie et la Norvège (mercredi) seront des quarts de finale", assure Nikola Karabatic, revigoré par sa démonstration offensive (9 sur 9) en première période contre la faible équipe du Bélarus (34-23) jeudi.

"Génération Karabatic"

Le réveil du "maître à jouer" des Bleus, passé à travers contre la Pologne (1/7), est arrivé à point nommé avant les retrouvailles avec la Croatie. Les duels entre les deux équipes sont devenus des grands classiques depuis une vingtaine d'années et ont participé à la construction de la France comme nation phare du handball.

La première page dorée de l'histoire des Bleus s'est écrite lors d'une finale de Mondial en 1995 contre la sélection croate en Islande. Un an plus tard, ils chutent contre la bande de Smajlagic et Cavar en demi-finales des Jeux d'Atlanta qui marquaient alors l'acte de décès des "Barjots". En 2005, au même stade lors du mondial tunisien, la Croatie arrête encore les Bleus pour la "der" de Jackson Richardson.

La France prendra sa revanche, un an plus tard en demi-finales de l'Euro en Suisse sur la voie du premier sacre de la "génération Karabatic". Mais le meilleur souvenir du demi-centre du PSG reste la finale du Mondial-2009 remportée contre la troupe d'Ivano Balic à Zagreb devant quelque 15.000 spectateurs hostiles.

Cure de jouvence

"C'était vraiment un très bon moment. On avait enchaîné après la victoire aux Jeux de Pékin (en battant déjà les Croates en demi-finales)", souligne la star des Bleus, qui a aussi connu des déceptions contre la sélection des Balkans, lors de l'Euro-2012 et le Mondial-2013.

"Cela me rajeunit d'affronter la Croatie, dit le sélectionneur Claude Onesta. Mon parcours professionnel est jalonné de ces rendez-vous. Je ne partirais pas en vacances avec eux. Mais en matière de handball, ce sont des gens qui montrent notre sport de manière magnifique."

Renouvelée cette saison, avec notamment l'absence du pivot Igor Vori (choix du coach), la Croatie n'en reste pas moins dangereuse, comme l'a montré son tour de force contre la Macédoine (34-24) jeudi.

"Leur jeu est toujours aussi précis, propre avec beaucoup de variété et d'efficacité", estime Onesta qui prépare ses joueurs à affronter la redoutable défense étagée adverse et espère pouvoir compter sur Kentin Mahé, touché à un doigt.

Deux équipes remaniées

"La différence se fera sur la défense", souligne d'ailleurs Nikola Karabatic, satisfait de l'impression laissée contre le Bélarus, laminé en trente minutes (20-5).

Ce match, qui a viré à l'entraînement, n'a pas livré beaucoup d'enseignements sur le niveau réel des Bleus qui passeront au révélateur de la Croatie.

"On aurait tort de dire que nous sommes favoris sur ce match. Cela n'a plus rien à voir avec les autres compétitions. Leur équipe et la nôtre sont remaniées. De nouveaux problèmes vont se poser. Ce sera assez croustillant", affirme l'ailier gauche Samuel Honrubia.

L'ancien arrière droit croate du PSG, Marko Kopljar, se prépare aussi à un gros défi: "La France a seulement perdu contre la Pologne. Elle a gagné tous les autres matches avec dix buts d'écart (sauf contre la Macédoine 30-23). Et puis la France, c'est quand même dix médailles d'or."

0
0