AFP

France – Pologne, l’antisèche : Les Experts sont tombés sur plus forts, et c’est inquiétant

L’antisèche : Les Experts sont tombés sur plus forts, et c’est inquiétant

Mis à jourLe 20/01/2016 à 00:42

Publiéle 20/01/2016 à 00:41

Mis à jourLe 20/01/2016 à 00:42

Publiéle 20/01/2016 à 00:41

Article de Loris Belin
Dans cet article

EURO 2016 – L’équipe de France a été battue sèchement par la Pologne 25-31 pour son dernier match du premier tour. Les Experts ont été méconnaissables.

Le match

Les Bleus regretteront longtemps leur entame de match. Amorphes, ils ont subi le pilonnage en règle de l’attaque polonaise, galvanisée par son public. Ils restaient sans idées et l’écart enflait sans discontinuer. Pire : en une minute, la Pologne rajoutait trois buts à un départ déjà catastrophique (3-9, 11’). Dès lors, les Experts ont couru après le score et ont même crée l’illusion, revenant à deux buts juste avant la pause. Mais l’habituelle efficacité de leur base arrière (4/18 au tir pour le trio Porte – N. KarabaticNarcisse) n’était pas au rendez-vous. Et Szmal, le gardien polonais livrait une magnifique prestation, comme pour mieux enterrer les espoirs des champions olympiques en titre. Les tribunes pouvaient exulter, les Polonais n’ont finalement que très rarement été en danger. Malgré les efforts d’Abalo et du nouveau « supersub » Nyokas, les Bleus étaient loin du compte, 25-31 score final.

Le joueur : Karol Bielecki

Bielecki n’est sans doute pas le joueur le plus élégant, ni dans le jeu, ni dans l’apparat. Avec ses lunettes à la Kareem Abdul-Jabbar (il a perdu l’usage de son œil gauche durant une rencontre en 2010), l’arrière gauche ne se loupe pas sur un terrain, surtout ce soir. Ses coups de massue à 9 mètres ont été dévastateurs. Il a commencé le match par trois buts de loin dans les quatre premières minutes, sans que la défense française ne monte sur lui. Les ajustements faits, le résultat restait le même. Bielecki termine meilleur marqueur avec neuf buts (à 9/13), et la Pologne peut grandement le remercier.

La stat : 8 buts à 5

Comme le nombre de buts en contre-attaque en faveur de l’équipe de France. Positif pensez-vous ? C’est surtout l’arbre qui cache la forêt, car les Bleus ont eu un mal fou à développer leurs actions sur jeu placé. La faute à une belle défense polonaise, mais aussi à des intentions offensives souvent bien trop téléphonées et poussives.

Le tweet qui explique la situation pour le tour principal

La décla : Didier Dinart

" Les Polonais avaient vraiment envie de faire la guerre."

La question : Cette défaite, c’est grave docteur ?

D’un point de vue comptable, rien n’est désespéré. Les Bleus étaient déjà qualifiés pour le tour principal et compteront deux points avant même le premier match. C’est plutôt la manière qui pose question. Ce France – Pologne était le premier vrai test pour les Experts après deux rencontres contre la Macédoine et la Serbie clairement à leur portée. Contre l’équipe troisième des derniers mondiaux, les hommes de Claude Onesta n’ont tout simplement pas existé. Etre pris à la gorge par la furia polonaise dans les premières minutes passe encore, les locaux étaient sur un nuage à l’entame du match. C’est l’absence d’intensité et de rébellion qui interpelle.

Les Bleus ont cruellement manqué de variété dans leur jeu offensif, insistant jusqu’à l’écœurement dans la relation arrière-pivot, et collectionnant les ballons bêtement perdus. Même Onesta qui avait à juste titre tenté le pari Nyokas au match précédent a paru désarmé, incapable de proposer de nouvelles solutions au jeu sclérosé des Experts. Il va falloir vite remédier à cela car la défaite prive l’équipe de France d’une journée de repos supplémentaire. Réaction attendue jeudi contre la Biélorussie.

Les prochains rendez-vous

Jeudi 21 : France - Bélarus (18h15 ou 20h30)

Samedi 23 : France - Croatie (18h15 ou 20h30)

Lundi 25 : France - Norvège (18h15)

0 commentaire
Vous lisez :