AFP

Grand Slam de Paris : 4 podiums pour les Françaises, rien pour les garçons

Au Grand Slam de Paris, les filles portent l'équipe de France
Par AFP

Le 11/02/2017 à 21:28

GRAND SLAM PARIS - Clarisse Agbegnenou et Hélène Receveaux ont ramené de l'argent de Bercy samedi, Priscilla Gneto et Margaux Pinot du bronze. tandis que les garçons ont échoué.

Les judokas françaises ont récolté deux médailles d'argent, avec Clarisse Agbegnenou et Hélène Receveaux, et deux de bronze, avec Priscilla Gneto et Margaux Pinot, samedi au Grand Slam de Paris, traditionnel rendez-vous majeur du début de saison. Si les Bleues se sont illustrées, l'équipe de France masculine n'a pour sa part décroché aucun podium.

Comme il y a six mois en finale olympique à Rio, Agbegnenou (-63 kg), trois fois victorieuse à Paris (2013, 2014, 2016), a buté sur la Slovène Tina Trstenjak. Pas de revanche donc, mais le sentiment réconfortant de menacer de plus en plus son adversaire. "J'ai trouvé des solutions pour la gêner. (...) Elle a de plus en plus peur. Je grappille de plus en plus", s'est félicitée la vice-championne olympique.

En moins de 57 kg, Receveaux est pour sa part montée, à 25 ans, sur son premier podium à Bercy. "Décue" d'avoir raté la dernière marche, elle préférait toutefois positiver : "J'ai beaucoup fait tomber, j'ai mis des ippons, ça fait du bien".

Il est vrai que pour atteindre la finale, Receveaux n'a pas traîné sur les tatamis, gagnant ses trois premiers combats en 39 seconds, 21 secondes et moins de deux minutes.

"Il fallait que je sois présente, il ne fallait surtout pas que je me loupe. Il y a une sélection pour les Championnats d'Europe (fin avril) et pour les Mondiaux (fin août) à aller chercher", a souligné celle qui n'avait pas été retenue pour les JO-2016 au profit d'Automne Pavia.

Khyar "frustré"

Pavia enceinte et éloignée pour un temps du judo, Receveaux va désormais devoir composer avec la concurrence de Priscilla Gneto, auparavant en -52 kg. Pour ses débuts dans la catégorie, la nouvelle venue - qu'elle a battue en demi-finale - repart avec la médaille de bronze. Cerise sur le gâteau, Gneto l'a décrochée aux dépens de la championne olympique en titre, la Brésilienne Rafaela Silva.

A noter, outre le bronze de Pinot en -63 kg, la très belle cinquième place de la jeune Anaïs Mosdier en -48 kg pour son premier tournoi de Paris, à 18 ans.

La réussite n'a en revanche pas été au rendez-vous côté masculin : aucun judoka tricolore n'a même combattu pour la médaille de bronze dans les trois catégories du jour (-60 kg, -66 kg, -73 kg).

La déception est venue principalement de Walide Khyar, révélation de la saison 2016 avec un titre de champion d'Europe conquis à 20 ans, mais sorti "très frustré" samedi de son deuxième combat, perdu au golden score.

"J'ai cherché à faire tomber, c'est ce qui m'a fait perdre", a-t-il estimé. "Toutes mes dernières défaites, je cherche trop à faire tomber, alors que ce n'est pas obligatoirement la solution", a ajouté Khyar, qui avait été éliminé dès le deuxième tour des Jeux de Rio l'été dernier.

Coup dur également pour Loïc Korval (-73 kg), qui s'est blessé à la cheville droite lors des quarts de finale.

0
0