AFP

Seul, tout là-haut, Riner est "passé dans les étoiles"

Seul, tout là-haut, Riner est "passé dans les étoiles"

Le 13/08/2016 à 01:16Mis à jour Le 13/08/2016 à 04:16

JO RIO 2016 – C'est fait. Teddy Riner a ajouté une deuxième médaille d'or à son édifiant palmarès vendredi à Rio. Dans la difficulté parfois, mais le Français a su rester au-dessus de ses adversaires. Epuisé mais heureux, il donne une nouvelle dimension à sa carrière avec ce titre. Pour le DTN du judo tricolore, il n'y a rien ni personne au-dessus de lui.

Il est arrivé comme d'habitude. Avec le sourire. Sa marque de fabrique. "C'est cool, non?" Plutôt, oui. Teddy Riner était déjà immense. Le voilà plus géant encore. Comme si Gargantua avait gobé Grandgousier. Après ce deuxième titre olympique, qui porte à 10 le nombre de ses titres planétaires si l'on ajoute ses huit couronnes mondiales, il se place dans une galaxie très, très lointaine. "Il est passé dans les étoiles", dit de lui Jean-Claude Senaud, le Directeur technique national du judo, aux anges après ce vendredi historique.

Heureux, le Riner. Heureux mais épuisé. Par ses quatre combats du jour. Et par ses quatre dernières années. Car si tout parait si simple pour celui qui a porté son invincibilité à 128 combats, et qu'aucun adversaire n'a pu mettre au sol depuis neuf années maintenant, le chemin vers ce deuxième couronnement olympique aura été perclus de difficultés. "En termes de résultats, l'Olympiade a été parfaite, confie le colosse. Mais sinon, ça a été dur. Mais je n'ai pas lâché. Malgré les blessures, les remises en question, le manque de sensations parfois aussi, je me suis battu."

" Les mecs ont aussi faim que moi, alors ils verrouillent"

Comme il a dû se battre tout au long de cette journée. "La joie, elle est immense, mais elle est surtout intérieure, vous ne la verrez pas, parce que je suis vraiment fatigué. Ça a été dur", avoue le Levalloisien. En dehors de son premier combat, vite expédié, il lui a fallu batailler pratiquement à chaque fois jusqu'à la limite. "Parfois, on dit que je n'ai pas d'adversaires. Mais les mecs étaient là aujourd'hui." Et il s'y était préparé. "Dès fois, ajoute-t-il, je me dis 'pourquoi je bosse comme un dingue pour mettre des ippons alors qu'en compet', il n'y en a presque jamais. Mais en fait, c'est logique. Les mecs ont aussi faim que moi, alors ils bloquent, ils verrouillent et il faut rester calme pour trouver des solutions."

Symbole presque caricatural, sa finale contre Hisayoshi Hirasawa, remportée sur deux pénalités contre une. Le public brésilien a d'ailleurs accueilli la victoire du Français par des sifflets. "Ce n'est pas un combat très spectaculaire, c'est sûr, mais il n'était pas là pour faire du spectaculaire, rappelle Jean-Claude Senaud. En arrivant ici, il m'avait dit 's'il faut gagner sur un shido, je gagnerai sur un shido'. Bon, il y en aura eu deux. Les gamelles, il les mettra au tournoi de Paris. Il a fait le boulot, il a été sérieux. Tout le temps. Jusqu'au bout. Ils se sont battus pour le déstabiliser il a pas fait ce qu'il a voulu aujourd'hui. Mais Teddy sait faire face à toutes les situations, c'est ce qui fait sa grande force."

" Pour moi, c'est le plus grand de tous les temps"

Au final, son tournoi s'est passé presque comme il l'avait imaginé. "Je pense que les tableaux ont été logiques, explique Riner. Je m'attendais à prendre Sasson en demie et j'étais quasi certain de rencontrer Harasawa en finale. Ça a été des combats durs, mais je le savais. Ils sont forts, ils sont durs et ils ont montré qu'il allait falloir compter avec eux."

Reste que si la menace s'est rapprochée, Teddy Riner reste le maître. Il a rejoint Saito et Douillet au rang des doubles champions olympiques chez les lourds, et son palmarès global, sans parler de la longueur et l'ampleur de sa domination sur sa catégorie, en font un extra-terrestre. "Pour moi, c'est le plus grand de tous les temps, le plus grand qu'on n'ait jamais eu, sourit le DTN Senaud. Bien sûr, je ne suis pas objectif, mais c'est ce que je pense. Il va marquer durablement le judo, le sport français et même le sport mondial." Le tout avec un grand sourire. Il est comme ça, Teddy Riner : il écrase, mais en souriant.

Teddy Riner - double champion olympique - Judo Rio 2016

Teddy Riner - double champion olympique - Judo Rio 2016AFP

0
0