Getty Images

Slalom de Levi : Pinturault pour relancer un cercle vertueux

Pinturault pour relancer un cercle vertueux
Par AFP

Le 10/11/2017 à 15:15Mis à jour Le 11/11/2017 à 15:17

Après l'annulation du géant messieurs de Sölden, la Coupe du monde rouvre ses portes à Levi ce week-end. Un site qui n'a jamais réussi à Alexis Pinturault. Le Français n'est d'ailleurs plus remonté sur un podium en slalom depuis près de trois ans.

Eurosport Player : Regardez toute la saison en LIVE

Voir sur Eurosport

Cap sur Levi et le slalom qui lui a fait souvent perdre le Nord: privé du géant d'ouverture, annulé le 29 octobre à Sölden à cause du vent violent, Alexis Pinturault entend relancer un cycle vertueux entre les piquets serrés dimanche en Finlande. Au pays du Père Noël, le meilleur skieur français ressort de sa hotte une discipline qui lui donne beaucoup de plaisir aux entraînements, mais des résultats irréguliers.

"On a mis l'accent sur le slalom cet été, on a beaucoup travaillé, notamment à Ushuaïa où on s'est confrontés avec Victor (Muffat-Jeandet) aux Slovènes, aux Italiens, aux Britanniques, notamment Dave Ryding. Techniquement, je pense avoir progressé, alors que l'an dernier j'avais régressé", explique Pinturault depuis Sola (nord-est), où les slalomeurs tricolores ont parfait leur préparation.

Le skieur de Courchevel avait au moins deux bonnes raisons de "remettre l'accent sur le slalom", la discipline qui offre le plus de points avec 10 épreuves et deux parallèles au calendrier. Or, le Savoyard a besoin de ce "matelas" de points, qui a manqué lors des précédentes campagnes, s'il veut enfin soulever en mars prochain le gros globe de cristal, le trophée le plus convoité de la Coupe du monde, après avoir terminé trois fois troisième au général.

Alexis Pinturault lors du slalom du combiné à Wengen

Alexis Pinturault lors du slalom du combiné à WengenAFP

Retrouver le fil

Et puis Pinturault, âgé de 26 ans, veut retrouver le fil de ses deux victoires majeures en slalom, qui commencent à dater, à Val d'Isère (8 décembre 2012) et à Wengen (19 janvier 2014). En outre, aller défier sur leur terrain de prédilection l'Autrichien Marcel Hirscher et le Norvégien Henrik Kristoffersen, c'est la bonne démarche psychologique et tactique. "Je me suis bien entraîné cet été, techniquement et physiquement, je suis prêt à encaisser l'ensemble de l'hiver", renchérit Pinturault, fort désormais d'une préparation personnalisée.

Retrouver la confiance, une donnée essentielle en slalom, c'est primordial pour Pinturault mais aussi l'ensemble des slalomeurs tricolores, en manque de résultats, souligne l'entraîneur italien Simone Del Dio. Le groupe a pourtant belle allure, confluence d'expérience (Julien Lizeroux et le double champion du monde de slalom Jean-Baptiste Grange), de jeunesse (Clément Noël/Robin Buffet) et de polyvalence (Pinturault et Muffat-Jeandet). Le sextuple vainqueur de la Coupe du monde Hirscher a annoncé seulement ce vendredi vouloir prendre le départ dimanche et signer ainsi son retour à la compétition deux mois après s'être fracturé la malléole à l'entraînement.

"Ca vaut le coup d'essayer", a indiqué sur twitter le champion autrichien, qui doit rejoindre la Finlande dans la journée à bord d'un avion privé. Le champion aux 45 victoires, âgé de 28 ans, avait laissé planer le doute ces derniers jours sur un possible retour dès ce dimanche en l'absence de douleurs à la jambe gauche. Une nouvelle alerte pour le Salzbourgeois, vainqueur à Levi en 2013 et 2016, jeudi avait cependant rendu l'hypothèse plus incertaine Absent l'an dernier à cause d'un conflit avec sa fédération, le Norvégien sera lui bien dans le portillon dimanche, et l'homme à battre.

Alexis Pinturault lors du slalom de Val d'Isère

Alexis Pinturault lors du slalom de Val d'IsèrePanoramic

0
0