dpa
 
Article
commentaires
Tennis > ATP Marseille

Tsonga, quel "fada" !

Tsonga, quel "fada" !

Par Eurosport
Par Eurosport - Le 23/02/2009 à 07:00
Jo-Wilfried Tsonga a dominé Michaël Llodra 7-5, 7-6 en finale de l'Open 13, à Marseille, dimanche. C'est le 2e titre de l'année pour Tsonga, le 2e consécutif après Johannesburg, le 4e de sa carrière et le 2e consécutif en France après Bercy ! Llodra s'est consolé avec Clément en double.

ATP MARSEILLE - FINALE
Jo-Wilfried Tsonga (FRA/N.4) bat Michaël Llodra (FRA) 7-5, 7-6 (7/3)

Finale double :
Michaël Llodra/Arnaud Clément (FRA)
battent A.Ram/J.Knowle (ISR/AUT) 6-3, 3-6, 10/8

Un vent de folie a soufflé sur l'Open 13 cette semaine : le Mistral gagnant de Jo-Wilfried Tsonga. Après un premier tour laborieux, le Français est monté en puissance pour triompher en finale d'un autre Français, Michaël Llodra, en deux sets percutants. Après avoir régalé le public parisien à Bercy en novembre, il a gagné son deuxième titre en France à Marseille devant un grand fan du PSG. Ce Tsonga-là a le don de mettre tout le monde d'accord. Depuis cinq mois (et sa victoire à Bangkok), il a gagné les quatre premiers tournois de sa carrière, et n'a connu que deux défaites avant les quarts de finale en onze tournois (hors Masters Cup) : un abandon (Tokyo 2008) et une défaite devant Roger Federer (Madrid 2008). Depuis le début de la saison 2009, il a perdu trois matches pour 19 victoires. Personne n'a fait mieux.

Tsonga-Llodra, c'était une première sur le circuit. Un face-à-face de serveurs aux styles très différents. Tsonga et sa première balle rouleau-compresseur, Llodra et ses enchaînements d'orfèvre. Breaké immédiatement, on a eu très peur que l'horlogerie du Parisien à peine réparée (Llodra n'avait pas atteint une finale depuis Rotterdam l'an passé) ne se détraque. Revenu rapidement à 2-2, le public a été rassuré. La finale tiendrait ses promesses à défaut de connaître un suspens haletant. L'élégance des demi-volées de Mika répondait au punch de Jo. A 5-5, Llodra accuse un peu le coup. Ses premières balles commencent à manquer. Privé d'oxygène au filet, il joue un peu plus court. Tsonga passe et prend une deuxième fois son engagement. A 6-5, il ne manque pas l'occasion de prendre la première manche sur un jeu blanc.

La victoire dédiée à son père

L'audace de Llodra lui a permis d'exister pendant deux sets. Avec 57% de premières balles seulement, ce n'était pas évident. Dans la seconde manche, Tsonga a remporté 21 points sur ses 21 premières balles passées. Llodra 21 points sur 28 premières balles. Les esprits chagrins auront remarqué que Tsonga n'a pas joué sur le nuage de la veille, et qu'il n'a pas fondre un orage de points gagnants sur son adversaire comme celui subi par Novak Djokovic. Les plus observateurs remarqueront qu'il a été implacable lors des moments importants et qu'il n'a pas concédé de balles de break dans le second set.

Pendant le jeu décisif de la seconde et dernière manche, il perd trois points de suite et un mini-break d'avance (de 2/0 à 2/3). Là, il sort une grosse première. Llodra remet un excellent retour de coup droit coupé, très long. La tension est sur les épaules de Tsonga, mais il s'en libère d'un formidable coup droit décroisé, la signature la plus violente du circuit actuellement. Ce point, en plein tie-break, illustre la force mentale et physique qui galvanise JWT. Le public marseillais apprécie, et lui en laisse tomber sa raquette à 7-5, 7-6 (7/3). Et dire qu'il a failli ne pas venir...

Emu et "très fier d'avoir gagné dans la difficulté" , Tsonga dédie sa victoire à son père, opéré cette semaine (une opération qui avait, un temps, remis en question sa participation au tournoi). Son père appréciera certainement que son fils, vainqueur à Marseille après Johannesburg, rejoint le club des joueurs qui ont déjà deux titres : Andy Murray (Doha et Rotterdam), Radek Stepanek (Brisbane et San Jose), Marin Cilic (Chennaï et Zagreb). La semaine prochaine, il ne sera pas à Dubaï. Lui qui a souffert si longtemps, lui qui a joué l'Open d'Australie avec une lombalgie, et qui a malgré tout enchaîné trois tournois (Johannesburg, Rotterdam, Marseille), a pris la sage décision de se reposer. "Je veux battre des records" , a-t-il martelé cette semaine aussi fort que ces premières balles. On l'attend au printemps, en pleine forme, après une bonne "tornade" à Ostrava.

LES REACTIONS :

Jo-Wilfried Tsonga : "Ce tournoi m'a montré que j'étais capable de battre un des meilleurs joueurs du monde encore une fois, que j'étais prêt à faire partie des grands."

Michaël Llodra : "J'aurais aimé finir autrement mais il me reste le double (il joue la finale du double avec Arnaud Clément: NDLR). Je n'avais jamais joué de finale en France en 12 ans de carrière. Pouvoir le faire ici, c'est sympa."

A SAVOIR : Michaël Llodra a remporté le double et Arnaud Clément, vainqueur en simple en 2006 et finaliste en 1996, complète son palmarès.