Panoramic

Dopage : Maria Sharapova suspendue deux ans par l'ITF jusqu'en janvier 2018

Sharapova suspendue jusqu'en janvier 2018

Le 08/06/2016 à 17:04Mis à jour Le 08/06/2016 à 23:08

La fédération internationale de tennis a rendu son verdict : contrôlée positive au meldonium pendant l'Open d'Australie, Maria Sharapova est suspendue pour les deux prochaines années, à compter du 26 janvier 2016 jusqu'au 25 janvier 2018.

Deux ans. Voilà la suspension qu'a infligée l'ITF à Maria Sharapova. La joueuse russe avait été contrôlée positive au meldonium pendant l'Open d'Australie en janvier dernier, un produit considéré comme dopant depuis le 1er janvier 2016. Du coup, l'ex-numéro un mondiale est suspendue officiellement depuis le 26 janvier 2016 et ne pourra pas reprendre la compétition avant le 25 janvier 2018.

Dans un message diffusé sur les réseaux sociaux, Maria Sharapova précise : "Le tribunal de l'ITF a conclu que je n'avais rien fait d'intentionnel pour améliorer mes performances ou tenter de violer des règles antidopages. Vous devez savoir que l'ITF réclamait une suspension de quatre ans, que le tribunal a refusé pour la contenir à deux."

" Je ne peux pas accepter cette sanction injustement sévère : je ferai appel immédiatement devant le TAS"

Et la Russe de préciser qu'elle ne manquera pas de se battre pour réduire sa suspension. "Etant donné cela, je ne peux pas accepter cette sanction injustement sévère. (...) C'est pour cela que je fais formuler immédiatement un appel auprès du tribunal arbitral du sport. Jouer au tennis me manque, mes incroyables fans me manquent également. (...) Sachez que je me battrai pour être de retour sur les courts de tennis le plus vite possible." Pas question donc de parler de retraite pour le moment.

Nike renoue son partenariat avec la joueuse

Pour rappel, Sharapova prenait le produit incriminé sur prescription médicale depuis dix ans, avant que celui-ci ne soit reconnu comme dopant fin 2015 pour une mise en application début 2016. L'ITF a déclaré prendre toutes les mesures possibles pour éradiquer le problème du meldonium, avec toutefois un autre de taille qui reste en suspens : personne n'est capable de mesurer ses effets dans le temps.

Les quelque 200 athlètes testés positivement à ce produit cette saison clament leur innocence en affirmant ne pas avoir pris ce produit cette année. Mais pour Olivier Niggli, directeur général de l'Agence mondiale antidopage (AMA), ce n'est pas cela qui pourrait plaider en faveur de la Russe. "Pour elle, étant donné ses niveaux (de meldonium trouvés), ce n'est pas la question."

Seule bonne nouvelle pour Maria Sharapova, Nike a décidé de reprendre son partenariat avec la joueuse, quelques heures après l'annonce de sa suspension. "Le jury indépendant de la Fédération internationale de tennis (ITF) a mis en évidence que Maria n'avait pas violé intentionnellement le règlement", a indiqué le géant de l'équipement sportif dans un communiqué.

"Maria a toujours eu une position claire, elle a présenté ses excuses pour son erreur et elle a fait appel de sa suspension", poursuit le texte. "Au regard de la décision de l'ITF et du résultat de ses investigations, nous espérons voir Maria de retour sur les courts de tennis et nous allons continuer à travailler avec elle", conclut Nike.

0
0