Getty Images

La question n'est pas de savoir si Nadal va redevenir numéro un, mais quand

La question n'est pas de savoir si Nadal va redevenir numéro un, mais quand

Le 12/06/2017 à 07:16Mis à jour Le 12/06/2017 à 16:46

Son titre à Roland-Garros est venu parachever une saison sur terre quasi-parfaite et, plus globalement, un premier semestre très convaincant. Du coup, Rafael Nadal n'a jamais été aussi près de reconquérir la première place mondiale. Son retour au pouvoir semble même inéluctable.

Rafael Nadal, comme Roger Federer, ne chasse ni les points ni le classement. Mais au rythme où l'Espagnol carbure depuis le début de la saison 2017, ses performances ne tarderont pas à se traduire de façon mathématique. Ce lundi, il se retrouve à la deuxième place du classement ATP, dans le sillage d'Andy Murray, mais désormais devant Stan Wawrinka et Novak Djokovic, lequel tombe du podium pour la première fois depuis le mois d'octobre 2009. Pour Nadal, l'ascension n'est pas terminée. Très bientôt, il devrait être tout en haut.

Son premier trimestre avait été dense et plus que satisfaisant, avec des finales à l'Open d'Australie, Acapulco ou Miami. Le deuxième, celui qui coïncide avec la saison sur terre battue, lui a permis d'opérer une véritable razzia : titres à Monte-Carlo, Barcelone, Madrid et surtout Roland-Garros, et un quart de finale à Rome. Faites les comptes, Nadal a engrangé pas moins de 4680 points. Si, au classement de référence, établi sur les 52 dernières semaines, Andy Murray reste encore devant lui pour environ 2600 points en ayant limité la casse à Paris, l'Ecossais est plus que jamais en sursis.

Vidéo - Entre le roi Rafa et Wawrinka, il y avait une terre d'écart : Les temps forts de la finale

02:47

Nadal n'a que 370 points à défendre d'ici la fin de l'année

Il parait même très peu probable qu'il puisse prolonger beaucoup plus longtemps son règne, entamé au mois de novembre dernier. Pourquoi ? Parce qu'il va maintenant devoir remettre en jeu les points acquis au cours de son extravagant second semestre 2016. Presque 8000 points au total, le fruit de ses titres à Wimbledon, au Masters, à Shanghai et Bercy pour ce qui est des Masters 1000 ou encore au Queens, à Pékin ou Vienne. D'ici la fin de saison, Murray doit défendre environ 80% des points qu'il possède actuellement au classement. Nadal, lui, joue sur du velours. Sur ses 7285 points, seuls… 370 proviennent de 2016.

Un coup d'œil au classement Race, celui qui ne prend en compte que les points glanés depuis le 1er janvier, permet de comprendre à quel point Nadal est désormais en position de force. Avec 6915 points, il a déjà passé le cut pour le Masters et compte près de 3000 points de marge sur son dauphin, Roger Federer. Le Suisse avait démarré l'année tambour battant et lui aussi aurait pu envisager un retour au pouvoir. Mais en zappant l'intégralité de la saison sur terre, il a d'une certaine manière également fait l'impasse sur la place de numéro un. Le différentiel entre les deux hommes sur ce deuxième trimestre risque d'être rédhibitoire pour Federer.

Rafael Nadal, de retour au sommet ?
" Si je continue comme ça, pourquoi pas ? "

La menace bâloise très largement atténuée, Murray condamné au miracle, Djokovic trop loin, Wawrinka trop inconstant, on voit mal qui pourrait empêcher Nadal de redevenir le patron du circuit. Ou plutôt si : lui-même. Seul un coup d'arrêt physique pourrait contrarier ses desseins. Sinon, la première place lui tend les bras, peut-être dès cet été, au pire au début de l'automne.

"Je viens de gagner mon tournoi le plus important pour moi cette année, alors c'est la seule chose qui compte pour le moment", a-t-il rappelé dimanche. Mais en le poussant un peu, il n'a pas nié avoir le classement dans un coin de la tête : "Je joue bien, je suis en bonne position. Quand vous gagnez des grands titres, vous avez des chances d'être bien placé. Alors, si je continue comme ça, pourquoi pas ?" Numéro un mondial de d'août 2008 à juin 2009, Nadal avait reconquis le trône une première fois en 2010 puis une deuxième en 2013. Il n'a plus été numéro un mondial depuis le début du mois de juillet 2014. Une autre disette de trois années pourrait bien prendre fin rapidement…

Rafael Nadal

Rafael NadalGetty Images

0
0