Reuters

Bartoli renonce aux Jeux

Bartoli renonce aux Jeux
Par Eurosport

Le 21/05/2012 à 16:43

Marion Bartoli a le moral dans les chaussettes. La N.1 française a avoué avoir fait une croix sur les Jeux Olympiques de 2012, alors qu'elle avait annoncé vouloir se battre jusqu'au bout pour aller à Londres. La Française s'en prend même à Jean Gachassin non respectueux selon elle de son travail.

Marion Bartoli ne disputera pas les Jeux Olympiques de Londres. Si pour beaucoup, c'était une décision acquise depuis longtemps, pour la leader tricolore, ce n'était pas le cas. Prête à faire jouer toutes les ficelles, même juridiques, pour faire entendre sa cause, la septième joueuse mondiale est finalement revenue sur sa décision. Faute de temps, elle ne fera pas de recours devant le TAS. Et faute d'énergie, elle n'entendra se faire justice qu'après les Jeux Olympiques. C'est ce qu'elle a annoncé à Tennis Channel mercredi et confirmé dans les colonnes de L'Equipe jeudi.

Le nerf de la guerre, qu'elle a décidé de mener face à la Fédération Française de Tennis, est sa non-sélection en équipe de France de Fed Cup, refusant de jouer avec les Bleues sans être coachée par son père, point sur lequel la FFT ne veut pas transiger. Situation qui privera la France de son meilleur élément actuel pour la représenter sur le gazon de Wimbledon dans le cadre des Jeux Olympiques de Londres. Situation frustrante depuis plusieurs mois qui a trouvé son point d'orgue cette semaine avec une élimination sévère parJulia Görges au 2e tour de Rome.

Gachassin dans le viseur des Bartoli

"Je trouve ma situation injuste, a réitéré Bartoli dans L'Equipe. J'ai exprimé un ras-le-bol car mes relations avec la fédération ne sont pas au beau fixe. Je compte faire une mise au point après les Jeux Olympiques. Pas maintenant car je dois me concentrer sur Roland-Garros et ce serait manquer de respect vis-à-vis des éventuelles Françaises qui, je l'espère, se qualifieront pour les Jeux." Rappelons que les 56 premières joueuses mondiales, qui seront directement qualifiées pour le tournoi olympique, seront déterminées à l'issue du tournoi de Roland-Garros. A l'heure actuelle, la N.2 française est Pauline Parmentier et seulement classée à la 65e place au classement WTA et donc hors du champ olympique si cela en restait là.

La frustration de Bartoli s'est ainsi muée en une colère focalisée sur Jean Gachassin, président de la FFT. "Je trouve qu'il a depuis longtemps une façon moqueuse et pas sympa de parler de moi, de mon père, de notre travail à tous les deux. Son approche de notre mode de fonctionnement est réductrice, insiste-t-elle. Il n'a aucune idée de l'investissement que ça me coûte d'être dans le Top 10. Je voudrais un peu plus de respect. Qu'il me respecte moi, le travail accompli et mon palmarès, qui n'est pas trop dégueulasse. Je voudrais que les instances fédérales arrêtent de croire qu'elles ont la science infuse, qu'elles regardent ce que font les autres pays et qu'elles s'en inspirent."

"La Fédération et son président choqués par la virulence des propos"

Des phrases qui ne sont bien sûr pas restées sans réponse du côté de la FFT. "La Fédération et son président sont choqués par la virulence des propos de Marion Bartoli. Le président Gachassin lui a toujours montré beaucoup de respect. Il en parle toujours dans des termes élogieux. Mais Marion l'a très injustement critiqué et ce n'est pas acceptable. Ses paroles ont dû dépasser ses pensées. Nous lui laissons préparer Roland-Garros en espérant qu'elle aille le plus loin possible dans le tournoi, mais ensuite une explication s'imposera. Et il y aura toujours une main tendue vers elle, car elle a un rôle à jouer dans le tennis français."

En attendant une explication qui s'annonce houleuse, mais loin d'un dénouement de ce conflit continuel, la Française est également dans une impasse dans sa préparation pour Roland-Garros. Elle n'a remporté que deux matches sur les quatre derniers tournois disputés sur terre battue. Loin de son niveau qui l'avait emmenée en demi-finale de Miami fin mars, Bartoli sait déjà que l'aventure qui l'avait conduite jusqu'en demi-finale à Paris l'an passé ne sera pas la même. Quand rien ne va...

0
0