Panoramic

Mondial 2014 - La Pologne d'Antiga aux portes d'un destin historique

La Pologne d'Antiga aux portes d'un destin historique
Par AFP

Le 19/09/2014 à 11:26Mis à jour Le 20/09/2014 à 10:39

La Pologne a atteit un premier objectif en se hissant en demi-finales de son Championnat du monde. Mais elle rêve d'un final plus glorieux encore.

La Pologne, opposée samedi à l'Allemagne en demi-finale du Mondial qu'elle organise, est en passe de réussir son pari de retrouver le sommet quarante ans après son premier et seul titre planétaire. Devant plus de 12.000 spectateurs en délire à l'Atlas Arena de Lodz, le capitaine Michal Winiarski et ses partenaires ont réussi à éliminer (3-2) la Russie, championne olympique et d'Europe, deux jours après un premier exploit, sur le même score, face au Brésil, triple tenant du titre.

La Pologne est d'ailleurs la seule équipe à avoir fait chuter les triples champions du monde, opposés à la France dans l'autre demi-finale samedi, depuis le début du tournoi. Première de cette poule titanesque à l'issue du troisième tour, l'équipe dirigée par l'ancien international français Stéphane Antiga a réalisé un parcours quasi sans-faute totalisant dix victoires en onze matches, avec une remarquable capacité à tenir la distance lors des matches à rallonge.

Les rois du suspense

Ses quatre derniers succès, la sélection polonaise les a ainsi obtenus à chaque fois au terme de la cinquième manche décisive. "Notre secret pour remporter les tie-breaks est de ne jamais abandonner. Maintenant, j'espère que c'était notre dernier match en cinq sets face à la Russie parce que ce genre de rencontre est vraiment exténuante pour l'équipe", a expliqué Stéphane Antiga après la victoire de son clan. L'ancienne gloire de l'équipe de France, médaillée de bronze au Mondial en 2002 et deux fois vice-champion d'Europe (2003, 2009) est une véritable star en Pologne où il a joué en club durant sept saisons avant de mettre un terme à sa carrière au printemps, sur un énième titre de champion national avec Belchatow.

L'ex-réceptionneur-attaquant, qui n'avait jamais eu d'expérience d'entraîneur auparavant, a repris la sélection après avoir tiré sa révérence en tant que joueur. Avec l'aide de l'ancien sélectionneur des Bleus Philippe Blain, comme assistant, Antiga a réussi à redresser une équipe dont les résultats s'étaient révélés très décevants ces dernières années. La neuvième place obtenu à l'Euro-2013, organisé en partie sur son sol, avait d'ailleurs provoqué le limogeage du technicien italien Andrea Anastasi.

Bartosz Kurek laissé à la maison, symbole des choix tranchés d'Antiga

Pour composer sa sélection, Antiga n'avait pas hésité à faire des choix tranchés, se passant notamment de la star Bartosz Kurek, parce qu'il n'évoluait pas à son meilleur niveau. Dans un pays où le volley est un sport roi au même titre que le football, la décision du sélectionneur français n'avait pas manqué de surprendre. Mais les résultats de son équipe lui ont donnés raison jusqu'ici. Dans une Spodek (soucoupe en polonais) Arena de Katowice qui promet d'être bouillante, la Pologne sera largement favorite face à l'Allemagne.

La sélection germanique, portée par son "bomber" György Grozer a créé la surprise en se hissant dans le dernier carré tout comme la France qui a terminé à chaque fois à la première place lors des trois premiers tours. Les Bleus, qui ont marqué les esprits par leur force collective et leur défense de fer, peuvent écrire l'histoire s'il réussissent l'exploit de battre le Brésil. La France n'a en effet encore jamais atteint la finale d'un Championnat du monde. Le Brésil espère lui un quatrième titre planétaire de rang. Il a déjà réussi la performance d'atteindre le dernier carré pour la cinquième fois d'affilée.

0
0