Getty Images

Thierry Neuville (Hyundai) doit réagir pour ne pas rester le second de Sébastien Ogier (Ford)

Neuville doit réagir pour ne pas rester le second d'Ogier
Par AFP

Le 05/10/2017 à 14:26Mis à jour Le 05/10/2017 à 14:27

RALLYE D'ESPAGNE - Thierry Neuville (Hyundai WRT) n'a d'autre choix qu'attaquer dès vendredi pour prendre de l'avance sur Sébastien Ogier (Ford M-Sport), comme d'habitude pénalisé lors de la première journée. Car le Belge aura ensuite du mal à concurrencer le leader du Mondial sur asphalte.

Thierry Neuville, deux fois vice-champion du monde des rallyes derrière Sébastien Ogier et qui veut faire mentir sa réputation d'éternel second, sait qu'il "entre dans une période cruciale" à compter du Rallye d'Espagn, 11e manche sur 13 cette saison en WRC, de vendredi à dimanche. A égalité de points avec le Français de Ford M-Sport à l'issue du Rallye de Finlande fin juillet, le Belge de Hyundai n'a pu capitaliser en Allemagne mi-août (abandon) et a laissé le quadruple champion du monde en titre reprendre 17 longueurs d'avance au classement des pilotes.

"En entrant dans une période cruciale, nous devons rester concentrés et viser des podiums, voire des victoires, sur chaque manche", estime le deuxième meilleur pilote de 2013 et 2016, d'autant que le coéquipier estonien d'Ogier, Ott Tänak, vainqueur en Allemagne, le menace à 16 points.

"Tout peut arriver" et Neuville, qui a vu sa chance tourner après un début de saison difficile et huit points seulement inscrits lors des deux premières manches, est bien placé pour le savoir. "Avec 90 points encore à attribuer, tout reste à faire", abonde Ogier, qui retrouve, pour la seule manche sur surface mixte du calendrier, ce rôle d'ouvreur dévolu au leader du Championnat qui lui colle décidément aux basques.

Ogier attend l'asphalte

Lors des deux boucles de trois spéciales de vendredi, disputées essentiellement sur terre avec de courts passages asphaltés, il lui faudra "minimiser la perte de temps". La suite sur asphalte, samedi (deux boucles de trois spéciales et une dernière très courte) et dimanche (deux boucles de trois spéciales), devrait lui être plus favorable. "Nous avons réalisé une journée de tests pour s'y habituer et la voiture réagissait bien, raconte le Français. Nous avons parcouru beaucoup de kilomètres et sommes bien préparés pour donner le meilleur".

Sébastien Ogier (Ford M-Sport) au Rallye du Mexique 2017

Outre le titre Pilotes, Hyundai conserve dans son viseur le titre constructeur, malgré un retard de 64 points sur M-Sport. "Les rallyes de Finlande et d'Allemagne ont été frustrants et nous avons perdu du terrain au championnat", constate le patron Michel Nandan, qui appelle à "oublier (ces) récents déboires" et notamment la manche allemande où Hyundai faisait figure de favorite.

"Dès l'Espagne, et jusqu'au terme de cette saison, nous sommes déterminés à tout faire pour revenir", clame-t-il. Il faudra pour cela faire beaucoup mieux que les 24 petits points inscrits lors des deux dernières manches.

Mikkelsen, première avec Hyundai

C'est pourquoi l'équipe s'est adjoint les services jusque fin 2019 d'Andreas Mikkelsen, troisième du championnat entre 2014 et 2016 avec Volkswagen. Le Norvégien, seul pilote de pointe à s'être trouvé sans volant après le retrait de VW fin 2016, n'a participé cette saison qu'à trois manches en WRC avec Citroën, mais pointe tout de même à la 11e place au général, avec 39 points, preuve de sa compétitivité.

L'Espagne "est un rallye spécial pour moi car c'est le lieu de ma première victoire en 2015", se souvient Mikkelsen, qui sera accompagné de son copilote et compatriote Anders Jaeger. "Le passage d'une surface à une autre peut être compliqué, surtout lorsque l'on passe rapidement de la terre à l'asphalte. C'est une épreuve difficile mais hautement appréciable. J'espère être en mesure de me battre devant pour mon premier rallye avec l'équipe", souhaite le deuxième en Allemagne.

Dix-neuf spéciales et 312,02 kilomètres chronométrés autour de la station balnéaire de Salou, au sud de Barcelone, sont au menu de l'édition 2017 du Rallye de Catalogne, qui pourrait être perturbée par la crise autour du référendum sur l'indépendance de la région.

0
0