Getty Images

19"67 : Lyles confirme son effarant potentiel sur 200m

19"67 : Lyles confirme son effarant potentiel sur 200m
Par AFP

Le 30/08/2018 à 23:04Mis à jour Le 31/08/2018 à 02:08

Malgré une température bien fraiche qui ne favorisait guère les sprinteurs, Noah Lyles a claqué un remarquable 19"67 jeudi soir sur 200 mètres, à Zurich. Sur la piste du Letzigrund, le jeune Américain a prouvé une fois de plus qu'à seulement 21 ans, il incarnait l'avenir. Et déjà, un peu, le présent.

Intraitable sur la distance depuis deux ans, la fusée américaine Noah Lyles a confirmé qu'il était le successeur de la légende Usain Bolt sur 200m en signant un beau 19"67 lors des finales de la Ligue de diamant d'athlétisme, jeudi soir à Zurich. A l'aune du chrono de Lyles, la réunion zurichoise a délivré un beau niveau d'excellence, en dépit de la fraîcheur (17 degrés à 22h00) défavorable notamment aux sprinters.

Malgré cet inconvénient majeur, Lyles, 21 ans, a approché son record personnel de deux centièmes. Grâce à son habituelle fin de course, le Floridien a relégué à trois mètres le Turc Ramil Guliyev (19"98), champion du monde et d'Europe. Et, pour communier avec la foule, Lyles n'a pas été avare de tours de stade, le drapeau américain sur les épaules. Certes, la marque planétaire de Bolt (19"19 en 2009) paraît encore lointaine, mais, dans de bonnes conditions de chaleur et sur une piste encore plus rapide, Lyles vaut déjà 19"50. A titre de comparaison, Guliyev avait survolé la finale des "Europe" en 19"76 dans la chaleur berlinoise.

Semenya seule au monde

"Même si j'ai déjà battu les meilleurs mondiaux sur 100 m (record personnel de 9"88), c'est bien sur 200 m que je peux actuellement le mieux exprimer ma vitesse", a rappelé Lyles, showman grand amateur de rap. Doté de la résistance à la vitesse, Lyles est capable de relancer à 50 m de l'arrivée en légèreté, qualité qui caractérise les grands spécialistes du demi-tour de piste.

A l'enseigne de la totale domination de Lyles, la controversée Sud-Africaine Caster Semenya a elle aussi creusé l'écart au 800 m, en 1'55"27 en menant de bout en bout, avec 2"57 de marge sur l'Américaine Ajee Wilson. La veille, la double championne olympique avait assuré qu'elle n'avait pas besoin de lièvre pour se rapprocher du record du monde (1:53:28) de la Tchécoslovaque Jarmila Kratochvilova, qui date de 1993.

Comme d'habitude, Semenya, qui avait couru en 1'54"25 le 30 juin à Paris, avait refusé aussi de répondre sur l'obligation, à compter du 1er novembre, de se soumettre au nouveau règlement de la Fédération internationale. Ce règlement oblige les athlètes hyperandrogènes à faire baisser, avec des médicaments, leur taux de testostérone sous les 5 nanomoles par litre de sang si elles veulent participer aux épreuves internationales du 400 m au mile (1.609 m).

Walsh impressionne

Le Néo-Zélandais Tomas Walsh a pour sa part projeté le poids de 7,260 kg à 22,60 m au 2e essai, soit le nouveau record du Letzigrund, effaçant l'ancien de l'Américain Randy Barnes, vieux de 30 ans. Barnes détient le record planétaire avec 23,12 m depuis 1990, une marque dont les années semblent comptées, d'autant que jeudi soir pour la 2e fois dans l'histoire de la discipline trois costauds ont dépassé les 22 m, avec les Américains Darrell Hill (22,40 m) et Ryan Crouser (22,18 m).

Les Kényans sont restés maîtres du 1500 m, Timothy Cheruiyot (22 ans) s'imposant avec autorité en 3'30"27, devant Elijah Manangoi (3'31"16), soit l'ordre inversé des Mondiaux 2017 à Londres. Et le Kenya a aussi gagné à l'énergie le 3000 m steeple messieurs, avec le champion olympique et du monde Conseslus Kipruto, et le 5000 m dames avec Hellen Obiri. Les 50.000 dollars et le diamant remis à chaque vainqueur des finales étaient à ce prix.

Ayant perdu rapidement sa chaussure gauche, Kipruto a refusé de se soumettre à l'accélération dans le dernier tour du Marocain Soufiane El Bakkali. Et Kipruto s'est imposé sur le fil (8'10"15 contre 8'10"19). Obiri s'est inspirée de cette ténacité pour prendre le meilleur tout à la fin sur la Néerlandaise Sifan Hassan. "J'ai très mal, je me suis blessé car j'ai perdu ma chaussure gauche. Cette mésaventure m'a donné l'envie à me battre jusqu'au bout", a souligné Kipruto.

0
0