C'était déjà une fusée chez les juniors. C'est en train d'en devenir une aussi chez les seniors. Et pourtant, ce n'est que sa première année dans la catégorie. Mais Sasha Zhoya a manifestement quelque chose en plus. Quelque chose d'exceptionnel. Le jeune prodige de l'athlétisme tricolore ne pouvait pas mieux le prouver, le jour de ses 20 ans. A Caen, il a survolé le 110m des championnats de France avec un chrono de 13"17. Seuls cinq athlètes tricolores ont fait mieux dans l'histoire de la discipline. Et dire qu'il débarque à peine chez les grands…
Cela s'était d'ailleurs senti depuis le début de la saison. Ce passage chez les seniors que le recordman du monde des moins de 20 ans redoutait, avec des haies plus hautes (106 centimètres contre 99 centimètres), ne s'est pas fait totalement en douceur. Aussi parce que Zhoya avait connu quelques pépins avant de débarquer à Caen. "Le début de saison en compétition, ce n'était pas top, j'avais des petits soucis partout, a-t-il reconnu après son titre de champion de France. Là, c'est la première compétition où je peux vraiment aller presque à 100%."
Athlétisme
Duplantis sans forcer, McLaughlin et Fraser-Pryce encore supersoniques
IL Y A 14 HEURES
Et ça s'est vu. Zhoya a explosé son record personnel de plus de deux dixièmes pour assurer sa présence aux Mondiaux d'Eugene le mois prochain. Il sentait qu'une telle performance était dans ses cordes. Mais la réaliser, ça change tout. "Je savais que j'avais en dessous de 13 sec 32 (les minima pour les Mondiaux de Eugene, ndlr) dans les jambes, a-t-il assuré. À l'entraînement, on a bien bossé. Maintenant, j'ai un mois pour préparer les Mondiaux et je pense que le chrono va continuer à descendre. Je suis complètement libéré : c'était le dernier moment pour faire les minima, finalement je les ai faits, c'est un poids en moins sur mes épaules. Je suis vraiment très content."

Il veut "quand même une médaille"…

Heureux et soulagé. Car Zhoya, au-delà de son temps et de son titre de champion de France, a retrouvé sur la piste normande ces sensations qui lui faisaient défaut jusque-là. "Il y a eu beaucoup de frustration ces deux derniers mois, a-t-il lâché. Finalement, j'ai pu vraiment m'exprimer, courir une belle course. (…) Il y avait des fautes comme d'habitude, mais bon, c'est ma première année (en seniors)... Franchement si je peux juste améliorer à chaque fois, continuer à descendre, descendre, descendre, c'est le but. Les courses en 13"40, et la première en plus de 14", ce n'était pas vraiment le Sasha Zhoya que je connais, ça, c'est plus le Sasha que je connais."
Un Zhoya gonflé à bloc, et désormais totalement tourné vers ses premiers Mondiaux chez les seniors. En toute sérénité, et avec une seule idée en tête : travailler. "Franchement je suis soulagé, il y a beaucoup de stress qui est parti, s'est-il réjoui. Maintenant, je peux faire un mois d'entraînement, 'taffer' sans avoir dans la tête que j'ai besoin de faire les minima. Là, j'ai ma place sécurisée. (…) Là, je retourne à l'Insep. Je fais une infiltration au genou (ménisque fissuré il y a deux semaines à Genève), comme ça je peux être à 100%. Après, ça va être 'taffer, taffer, taffer'. Probablement pas de compétition jusqu'aux Mondiaux. Et faire un bon truc là-bas."
Oui, faire un truc. Zhoya aura pour principal objectif d'apprendre à Eugene. Mais le Français n'ira pas dans l'Oregon pour faire de la figuration. "Ça va être mes premiers Championnats, j'ai 19 ans, euh non 20 ans maintenant, corrige-t-il. Je vais y aller pour l'expérience, mais je suis quelqu'un qui veut quand même la médaille... Même si avec ce chrono, ça me met un peu plus haut (dans la hiérarchie mondiale), j'ai quand même attaqué, et je ne veux pas trop de pression. Alors je vais y aller avec du relâchement, pas d'objectif trop haut, je vais rester calme." Mais la concurrence, elle, a des raisons de commencer à s'affoler…
Athlétisme
MPM en 10"66 pour la fusée Fraser-Pryce
06/08/2022 À 17:40
Kamila Skolimowska Memorial
Duplantis passe 6,10 m en Pologne
06/08/2022 À 14:18