Au milieu des humains, il y avait un extra-terrestre. Sasha Zhoya a vraiment donné l'impression de venir d'une autre planète samedi à Nairobi. Le 110 m haies, il ne l'a pas gagné, il l'a survolé. D'une facilité déconcertante, il s'est inexorablement détaché pour claquer un nouveau record du monde chez les moins de 20 ans. 12"72. Soit plus de deux dixièmes de mieux que l'ancienne marque de référence. C'était déjà la sienne, établie la veille lors des qualifications (12"93). Il n'était jamais passé sous la barre des 13 secondes avant de débarquer au Kenya pour y devenir champion du monde de la catégorie.
Pourtant, il a semblé prendre cet exploit comme si de rien n'était. "Je suis très content, le job est fait, a-t-il sobrement commenté. Quand j'ai commencé le 110 c'est la performance que je voulais faire, mais sur les deux dernières années, il y avait toujours eu des petites blessures et des grosses blessures avec lesquelles je me bagarrais, et j'ai commencé la saison avec un ischio qui était déchiré. Même aujourd'hui à l'échauffement, j'avais un peu mal dans les hanches (...) mais je suis content d'avoir fait un record et je peux maintenant passer à la prochaine étape."
Marathon de Paris
Rotich efface Bekele, Memuye aussi à la fête
17/10/2021 À 09:22
La maturité du gamin de 19 ans est presque déconcertante. Son histoire n'est pas étrangère au phénomène. Malgré son jeune âge, il est déjà considéré depuis longtemps comme un prodige de l'athlétisme. Il excellait notamment au saut à la perche. Mais ce fils d'une mère française et d'un père zimbabwéen, qui partage son temps entre l'Australie et la France, a finalement décidé de se concentrer définitivement sur les haies depuis l'année dernière. Difficile de lui donner tort après ce qu'il vient de réaliser à Nairobi, au Kenya.

Un gros câlin à sa maman

Sa mère n'y est pas pour rien. Zhoya lui a encore rendu hommage, comme il l'avait fait la veille après avoir fait tomber le record du monde une première fois. C'est elle qui l'a initié à l'athlétisme durant son enfance en Australie. "C'est grâce à elle que je fais les perfs que je fais aujourd'hui et c'est elle qui m'a fait aimer mon sport, a-t-il déclaré. Je la vois là même si je n'ai pas pu la voir avant la course mais je lui ai fait un gros câlin juste après."

Sasha Zhoya aux Mondiaux U20

Crédit: Getty Images

Une raison de plus pour Zhoya de savourer son exploit, même s'il n'a cessé de le relativiser. "Il y a toujours des petites choses à améliorer (...) les haies c'est très technique et c'est impossible d'être parfait sur chaque haie", a-t-il estimé. Surtout, il a déjà la tête tournée vers son prochain objectif. La catégorie senior de sa discipline implique un changement important, puisque la hauteur des haies atteint 106 centimètres, contre 99 centimètres chez les moins de 20 ans. "Cela va changer les choses techniquement, c'est une autre barrière", a-t-il expliqué.
Si Zhoya a reconnu qu'il allait s'autoriser à déguster "une bouteille de champagne très chère" avec son ami Erwan Konaté, médaillé d'or à la longueur sur ces championnats du monde au Kenya, il n'en est pas moins conscient qu'il va falloir vite se remettre au travail. Car celui qui est considéré comme l'un des grands espoirs de l'athlétisme tricolore pour les prochains Jeux Olympiques est déjà concentré sur l'événement. "Paris 2024 c'est dans trois ans alors trois ans ce n'est peut-être pas juste à côté mais pour les athlètes, c'est juste là", a-t-il insisté. Le compte à rebours est lancé.
Athlétisme
Agnes Tirop poignardée : son mari, principal suspect du meurtre, interrogé par la police
15/10/2021 À 17:03
Athlétisme
Le mari d'Agnes Tirop arrêté à Mombasa
14/10/2021 À 21:02