Getty Images

Mis en examen pour violences avec arme, Pierre-Ambroise Bosse rompt le silence

Mis en examen pour violences avec arme, Bosse rompt le silence

Le 01/03/2018 à 15:41Mis à jour Le 01/03/2018 à 15:47

Rebondissement dans l'affaire Pierre-Ambroise Bosse. Selon Sud-Ouest, le champion du monde du 800m a été mis en examen pour violences volontaires avec arme après son agression subie le 25 août dernier à Gujan-Mestras. Le parquet de Bordeaux a confirmé cette information au média. De son côté, Bosse est sorti du silence mercredi après-midi après cette nouvelle.

Le mystère reste entier autour de l’agression de Pierre-Ambroise Bosse. Survenue au casino de Gujan-Mestras dans la nuit du 25 au 26 août 2017, cette dernière connaît un nouveau rebondissement. Selon le quotidien Sud-Ouest, l'athlète a été mis en examen, lundi, par une juge d’instruction du tribunal de grande instance de Bordeaux pour "des faits de violences volontaires avec usage ou menace d’une arme", et plus précisément "une canette de bière".

Le média précise que cette information a directement été confirmée par le parquet de Bordeaux. La version de Bosse est donc remise en cause. Le champion du monde du 800m avait expliqué avoir "voulu échapper à des fans" et s'être ainsi "réfugié dans sa voiture". Quelques jours après cette agression, la photo de son visage tuméfié avait fait le tour des réseaux sociaux.

" C’est lui qui est à l’origine du pugilat"

"C’est lui qui est à l’origine du pugilat, il avait 1,76g d’alcool dans le sang", affirme ainsi Me Dupin, l'avocat de l'agresseur présumé de Bosse. Cet habitant de La Teste-de-Buch, actuellement sous contrôle judiciaire, est poursuivi pour "violences volontaires ayant entraîné une incapacité totale de travail de plus de 8 jours, en réunion et sous l’emprise de l’alcool".

"Personne ne sait pourquoi il est descendu de sa voiture, il parle d’un manque de respect mais mon client est totalement étranger à cette histoire. Bosse dit avoir pris une claque mais personne ne l’a vue ! S’il ne jette pas la canette, il ne se passe rien", poursuit Me Dupin dans les colonnes de Sud-Ouest. Pour rappel, ce dernier avait déposé une plainte à l’encontre de Bosse peu de temps après les faits.

Bosse réagit à sa mise en examen

"Etre agressé, et être mis en examen... Bienvenue en France... On comptera les points à la fin, je ne suis pas inquiet", a de son côté lâché Pierre-Ambroise Bosse à L'Equipe après avoir appris la nouvelle. "Une mise en examen n'est pas un jugement de culpabilité. C'est même une suite logique dans le cadre de la stratégie de défense adverse. On attend le renvoi devant le tribunal correctionnel qui confirmera qu'il n'y a pas eu deux victimes mais une seule", explique quant à elle son avocate Maître Antenni.

"S'ils ne parlaient pas, on ne parlerait pas. Je note qu'au final il y en a un qui s'est fait défoncé et pas l'autre. Point barre", a ajouté son agent Kevin Hautcoeur.

0
0