Panoramic

"Deux médailles de plus et je pourrai signer : immortel"

"Deux médailles de plus et je pourrai signer : immortel"

Le 15/08/2016 à 08:03Mis à jour Le 15/08/2016 à 08:04

JO RIO 2016 - Toujours plus loin, toujours plus haut, toujours plus Bolt. La ritournelle reste plus que jamais vraie après le troisième titre de rang du Jamaïquain sur 100m, dimanche soir, à Rio. Une fois qu'il aura ajouté le 200 et le 4x100 pour parachever son troisième triplé olympique, le roi Usain en est convaincu : de légende vivante, il passera au statut d'immortel. C'est bien aussi.

Et Usain Bolt fit du Usain Bolt... Il est venu, il a couru, les autres ont perdu. Bolt a fait le show dimanche à Rio. Avant, pendant et après le 100 mètres. Presque une routine, quoi. Sauf que sa routine à lui, ce sont des titres olympiques à la pelle. Sept, désormais, dont trois de suite sur la distance reine. Du jamais vu. Du "jamais tenté" comme l'a souligné sa Majesté. Après le triplé de Pékin en 2008 et celui de Londres en 2012, le Jamaïcain a magistralement joué la première scène du troisième acte, dimanche soir.

Le "triple-triple", son rêve, est à portée de main. Après s'être autoproclamé "légende vivante" à Londres, Bolt s'est trouvé une nouvelle formule. "Quelqu'un a dit l'année dernière que si je le faisais (le troisième triplé olympique), je deviendrais immortel. Alors, deux médailles de plus et ce sera fait, je pourrais signer : immortel".

Usain Bolt

Usain BoltAFP

" J'aurais pu aller plus vite si j'avais eu plus de temps pour récupérer"

Sacré Usain. Toujours le verbe haut, meilleur avocat de sa propre cause. Mais tant qu'il courra aussi vite qu'il ouvrira grand sa bouche, tout passera. Le public, lui, en redemande. Il a été ovationné, encouragé et célébré comme aucun autre athlète dans cette finale. "C'est le public qui donne de l'énergie et les jeunes doivent comprendre que tout part de là, que les spectateurs font partie de la compétition, il faut les faire participer", a-t-il encore expliqué après son nouveau triomphe.

Pourtant, était-ce du grand Bolt ? Non, si on le compare à celui qui claquait record du monde sur record du monde. Ses 9"81 ne sont pas, dans l'absolu, un temps délirant. C'est même la première fois qu'il remporte un 100m pour un titre planétaire en plus de 9"80. Même si, comme il l'a rappelé, la fenêtre inhabituellement resserrée entre les demies et la finale n'ont pas dû l'aider. "D'habitude, a-t-il dit, on a plutôt deux heures de battement. Là, une heure trente à peine, c'était court. J'étais un peu mort en finale. Ce n'était pas assez pour récupérer à mon avis, surtout quand on vieillit. J'aurais pu aller plus vite si j'avais eu plus de temps pour récupérer."

Usain Bolt quelques instants après l'arrivée du 100 mètres aux Jeux de Rio 2016

Usain Bolt quelques instants après l'arrivée du 100 mètres aux Jeux de Rio 2016AFP

" Justin est un grand athlète, sans le moindre doute"

Qu'importe, au fond, le chrono. Qu'importe, aussi, si sa course n'a pas été limpide. "Je n'ai pas pris un bon départ, admet-il. Je savais que Justin, lui, ferait un meilleur départ que moi. Mais j'étais très confiant après les demi-finales. Je me suis dit 'ne panique pas'." Avant de livrer cette formule sublime quand on joue son destin en moins de 10 secondes : "Il fallait que je prenne mon temps." Son heure est donc, comme souvent, venue dans la seconde moitié de la course. "Là, je savais que je pouvais le reprendre et gagner cette course", ajoute la "Foudre". Simple comme bonjour.

A nouveau triomphateur, il a aussi, parallèlement à sa morgue habituelle, affiché une certaine mansuétude envers Justin Gatlin, son éternelle victime. On décèlera quand même un semblant de respect dans ces mots : "Justin est un grand athlète, sans le moindre doute. Il me pousse, il me pousse à courir vite. Il m'oblige à être à mon meilleur niveau à chaque fois pour gagner. "

Mais ça ne changera rien à l'affaire sur 200 mètres : il y passera la deuxième couche et Gatlin peut s'apprêter à ramasser les miettes argentées. "Le 100 mètres, c'est le plus dur pour moi", rappelle celui qui vient pourtant de le remporter pour la troisième fois consécutive sur le mont Olympe. Sa conclusion est sans appel : "Le 200 mètres ? J'ai toujours confiance sur 200 mètres. Ce sera la plus belle victoire." Amen.

0
0