AFP

JO 2016 - Athlétisme - Kévin Mayer, des chiffres et des lettres

Mayer, des chiffres et des lettres
Par AFP

Le 19/08/2016 à 07:39

JO RIO 2016 - Médaillé d'argent au décathlon en battant au passage le record de France, Kevin Mayer est entré dans une nouvelle dimension ce jeudi. Passionné de chiffres depuis toujours, le Français est un également un bon vivant, sachant mettre ses exigences de haut niveau de côté parfois. Portrait d'un champion atypique.

Décathlon, neuf lettres mais dix épreuves: les chiffres rythment la vie de Kévin Mayer, médaillé d'argent du décathlon des jeux Olympiques de Rio et ancien étudiant en mesures physiques.

24 ans, 1,86 m, 82 kg, mèche blonde sur visage de beau gosse: Mayer présente les mensurations et les atours du surfeur: "On me demande d'ailleurs souvent si j'en suis un", s'amuse-t-il. Le Montpelliérien d'adoption, natif d'Argenteuil, n'a pourtant rien du dilettante qui attend la vague du siècle. Lui préfère prendre les devants, et croire en sa bonne étoile.

"J'adore l'astrologie", confie-t-il. Pas celle qui prédit forcément ses succès à venir. Plutôt celle qui renvoit à la position des planètes dans le système solaire, à l'astronomie et aux déplacements des astres. "Je lis beaucoup sur la théorie de la gravité", la loi de la gravitation d'Isaac Newton, celle qui fait par exemple qu'un décathlonien retombe toujours dans le sable ou sur un matelas, aussi fort soit-il. "Avant, je faisais beaucoup de mathématiques, donc je comprends assez bien", estime-t-il.

Londres comme formation

Le garçon a confiance en lui, c'est un euphémisme. "J'ai fait la première année d'un DUT génie bio et une année d'un DUT mesures physiques. Je n'ai jamais rien fini, parce que depuis que je me suis qualifié pour les Jeux, ma vie a un peu changé. Il faut faire des choix, on n'a plus la concentration nécessaire pour faire des études". Les Jeux dont Mayer parle, ce sont ceux de Londres en 2012. Car le Français est un prodige de la discipline. En 2010, il décroche le titre de champion du monde juniors, à Moncton (Canada). Deux ans plus tard, à 20 ans seulement, il réussit donc à se qualifier pour ses premiers JO et à prendre une excellente 15e place.

L'année suivante, à 21 ans, il s'offre un nouveau statut avec la 4e place aux Mondiaux de Moscou. Et lors des Championnats d'Europe de Zurich, en 2014, il monte pour la première fois sur le podium d'une compétition internationale Elite, avec la médaille d'argent. "Ma progression est assez fulgurante et j'ai hâte de l'exprimer sur la piste", expliquait-il en stage en Afrique du Sud, à l'entame de la saison olympique, après avoir été privé des Mondiaux 2015 de Pékin sur blessures.

Kevin Mayer à Rio

Kevin Mayer à RioAFP

Touche à tout

Hors l'athlé, beaucoup de choses, dont du piano, assemblage de touches noires et blanches dont il fait s'envoler quelques airs en toute discrétion, comme ce jour de repos à Moscou, lors des Mondiaux 2013, dans une des salles de l'hôtel où résident les Bleus. "Je prends des cours pour me changer les idées, j'ai l'impression que mon cerveau se décompose depuis que je ne fais plus d'études alors il va falloir que je m'y remette".

L'activité physique lui permet aussi de se vider la tête. "Je fais beaucoup de chasse sous-marine, l'été à Montpellier. J'en fais depuis 3-4 ans, c'est énorme quand on est sous l'eau, on fait de l'apnée pour baisser le rythme cardiaque et ça fait tout sortir de la tête. Le soir quand on se couche c'est exceptionnel comme on est décontracté", souligne-t-il.

Une bonne bière, ça décontracte aussi, et Mayer le sait également. Car la famille des décathloniens n'est jamais la dernière à lever le coude après avoir lancé loin. "Je suis un bon vivant", reconnaît-il. "Je suis passionné de tout en fait, j'adore faire plein de choses, aller à l'opéra et écouter des symphonies". Tout sauf regarder des chiffres et des lettres.

Kevin Mayer, médaille d'argent du décathlon

Kevin Mayer, médaille d'argent du décathlonAFP

0
0