Getty Images

C'est du déjà vu et c'est ça le plus frustrant

C'est du déjà vu et c'est ça le plus frustrant

Le 13/09/2019 à 19:21Mis à jour Le 13/09/2019 à 22:44

COUPE DU MONDE 2019 - L'équipe de France est tombée de haut en s'inclinant face à l'Argentine (80-66) en demi-finales du Mondial deux jours après son succès retentissant face à Team USA. Un retour sur terre brutal qui rappelle de vieux souvenirs aux Bleus. Malheureusement.

Il y a de la frustration. De l'agacement. Et un peu de dépit. La France avait une occasion unique de faire quelque chose de grand dans ce Mondial 2019. Tout semblait réuni après le coup d'éclat des Bleus mercredi face aux Etats-Unis (89-79). Mais encore une fois, la France du basket est tombée de haut. Encore une fois car cette chute quelques heures après un exploit historique rappelle une autre tout aussi forte pour ces Bleus spécialistes des montagnes russes, ce qui n'est pas toujours à leur avantage. Celle de 2014.

Rappelez-vous, la France avait enfin réussi à faire tomber l'Espagne de Pau Gasol après tant d'échecs. Et en plus, les Bleus, privés de Tony Parker et Nando De Colo, étaient parvenus à le faire à Madrid face à une Roja armée pour le titre. Mais voilà, deux jours après cet exploit mémorable, ils s'étaient pris les pieds dans le tapis face à la Serbie. Cinq ans plus tard, rebelotte. On pensait qu'ils avaient obtenu le droit de rêver tout haut après s'être offert le scalp de Team USA, qui dominait le monde du basket depuis 2008. Mais 48 heures plus tard, ils ont encore échoué aux portes d'une finale historique contre une formation que l'on disait abordable sur le papier.

Rudy Gobert lors d'Argentine - France

Rudy Gobert lors d'Argentine - FranceGetty Images

Un goût d'inachevé

La claque fait mal. Terriblement mal. Car le retour sur terre est violent. Il y avait de l'espoir suite à ce succès historique sur les États-Unis, le premier remporté par la France contre les joueurs de la NBA. Un engouement s'était créé aussi après cette prouesse. Forcément, on ne sort pas Team USA sans que cela fasse du bruit. Même pour les béotiens du basket, cela parle. Et là, le soufflet retombe. Trop vite. De manière trop brutal. Car il n'y a en plus pas eu photo. Ce vendredi, l'Argentine a parfaitement joué le coup pour faire déjouer des Bleus, que l'on n'a pas reconnus. "On n'a pas été bon ce soir, on n'a pas été nous-mêmes", avoue Nicolas Batum.

Il est difficile de le contredire. Comme il est compliqué de ne pas être tenté d'aller dans le sens de Vincent Collet. "Ce n'est pas juste qu'une équipe ait deux jours et l'autre un seul pour récupérer et pour préparer le match, surtout quand il a fallu voyager huit heures (pour venir de Dongguan, dans le sud de la Chine)", s'agace le sélectionneur tricolore. Cela a sûrement pesé sur cette demie, en effet. Mais Evan Fournier and co n'ont surtout jamais su se mettre au niveau et sont tombés sur une équipe qui a mieux préparé son coup, et en voulait plus. Cela arrive. Mais cela reste terriblement frustrant.

Vincent Poirier lors de France - Argentine, au Mondial 2019 de basket

Vincent Poirier lors de France - Argentine, au Mondial 2019 de basketGetty Images

Maintenant, les Bleus vont devoir trouver les ressources pour "avaler la pilule" comme le glisse Rudy Gobert, et se reconcentrer pour aller chercher cette médaille de bronze. Les Batum, Fournier and co avaient d'ailleurs su le faire en 2014. Elle serait déjà belle. On parle quand même d'une médaille mondiale, et la France n'en possède qu'une dans son armoire à trophées. Mais même s'il est mal placé de faire la fine bouche, il restera dans tous les cas un goût d'inachevé. Et cette impression qu'il y avait tellement mieux à faire. Ça ne vous rappelle rien ?

Pariez sur le Basketball avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0