Getty Images

Fournier, digne successeur

Fournier, digne successeur

Le 12/09/2019 à 21:16Mis à jour Le 13/09/2019 à 09:54

COUPE DU MONDE 2019 - Avant de défier l’Argentine pour une place en finale du Mondial, Evan Fournier s'impose comme le leader offensif de cette équipe de France. Avec sa capacité rare à se frayer un chemin vers le cercle, l'arrière s'illustre par sa régularité au scoring. Comme un certain Tony Parker il y a encore pas si longtemps que ça.

La peur du vide a finalement été balayée assez vite. Avec la retraite de Tony Parker, il y avait une crainte bien légitime dans l’univers de l’équipe de France. Avec une question dont on cherchait alors la réponse : qui avait les épaules pour prendre la relève et s'imposer comme le patron du scoring des Bleus ? Nando De Colo avait montré des gages, notamment à l'Euro 2015 et aux Jeux 2016. Il est encore clinique dans ce Mondial. Mais le vrai successeur de TP a six ans de moins et s'appelle Evan Fournier. Il ne cesse de le démontrer en Chine.

Déjà leader offensif des Bleus à l'Euro 2017 (15,8 pts de moyenne), Fournier a encore passé un cap dans le leadership. Un peu comme son pote Rudy Gobert en défense, il s'est imposé comme le boss de l'attaque tricolore. Dans le sillage de sa fin de saison NBA où il a guidé Orlando vers les playoffs, il enchaîne les cartons : 26 points en ouverture contre l'Allemagne, 24 face à la Lituanie, 31 contre l'Australie puis 22 face aux Etats-Unis. C'est une machine à scorer, qui tourne à 21 points de moyenne dans ce tournoi.

Rudy Gobert avec Evan Fournier, Mondial 2019

Rudy Gobert avec Evan Fournier, Mondial 2019Getty Images

" C'est un leader naturel"

S'il a bien sûr quelques déchets dans la finition sur certaines actions et que les Bleus peuvent compter sur un Nando De Colo au sang froid dans les moments chauds, ce qui bluffe dans ce Mondial c'est la capacité de Fournier à se frayer un chemin vers le cercle avec une facilité assez déconcertante. Il slalome dans les défenses avec brio. Et donne parfois l'impression de pouvoir aller au panier quand il le souhaite. "Je ne suis pas une bombe athlétique, mais par rapport à ma taille je m'en sors bien. Je sais me servir de mon corps et j'ai un premier pas rapide, c'est ma force dans le un contre un", explique l'arrière du Magic à l'AFP.

Une facilité à frapper qui peut rappeler dans un autre style l'impact qu'avait Parker en Bleu. Tout comme son obsession d'alimenter la marque en se montrant très agressif vers le cercle. A 26 ans, le gamin de Charenton a clairement pris la relève. A sa manière. "C'est un leader naturel, confie Paul Lacombe. Il y a des gens qui ont du charisme et qui n'ont pas besoin de trop parler pour que les gens les suivent. Mais il ne prend personne de haut, à l'inverse il rassemble assez facilement tout le monde. On a confiance en lui et c'est peut-être pour ça qu'il arrive à prendre les shoots qu'il prend dans les moments chauds, parce qu'il sait qu'on est tous derrière lui."

Laissé de côté par Vincent Collet pour les Jeux Olympiques 2016 où il aurait pu aider les Bleus avec sa force de frappe, Fournier a su se nourrir de cette frustration pour revenir plus fort, avec l'attitude adéquat. Aujourd'hui, il est le leader espéré. Sur le terrain, où il assume son statut d’option numéro 1 et où on le voit prendre la parole comme lors d'un temps-mort face aux Etats-Unis. Mais pas seulement. Il pèse aussi dans la vie du groupe. "Lui et Rudy, ce sont de grandes gueules, on n'entend qu'eux. Mais c'est bien !", s'amuse Batum. "J'ai plus de responsabilités cette année, c'est sûr. Tu es obligé de faire en fonction de ta situation dans le groupe. En 2015, je ne pouvais pas avoir le même rôle que maintenant", lâche sobrement Fournier A l'époque, la question de la succession de Parker se posait et inquiétait. Aujourd'hui, il y a moins de raison d'en avoir peur.

Pariez sur le Basketball avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0