Getty Images

Gros scoreurs, lutte intérieure et maîtres défensifs : les duels à suivre

Gros scoreurs, lutte intérieure et maîtres défensifs : les duels à suivre

Le 10/09/2019 à 18:57Mis à jour Le 11/09/2019 à 10:05

COUPE DU MONDE 2019 - Les Bleus ont rendez-vous avec leur destin mercredi en quarts de finale face aux Etats-Unis (13h00), favori de la compétition et traditionnel ogre du basket mondial. Une opposition à l'accent très NBA qui ne devrait pas manquer de matches dans le match.

Frank Ntilikina - Andrew Albicy face à Kemba Walker : totale opposition de style

Les stats

  • Ntilikina + Albicy : 11,2 points (à 45% au tir), 6,0 passes décisives
  • Walker : 14,6 points (à 50% au tir), 6,0 passes décisives en 24,4 minutes de jeu

Les meneurs français vont encore avoir du pain sur la planche. Frank Ntilikina et Andrew Albicy vont faire face au poste 1 le plus référencé du tournoi : Kemba Walker. Le nouveau joueur des Boston Celtics est un poison offensif, un des meilleurs joueurs de la planète en un contre un, doté qui plus est d'un très bon shoot. La panoplie offensive presque parfaite, surtout qu'il dicte également impeccablement le rythme de la formation américaine depuis le début de la compétition.

La mission du duo de meneurs tricolores est on ne peut plus simple, contenir au mieux Walker et l'empêcher de prendre confiance. Bonne surprise française de cette Coupe du monde, Ntilikina et ses longs segments semble avoir le profil physique idéal pour gêner son vis-à-vis étatsunien. Et c'est d'ailleurs contre les Charlotte Hornets d'un certain Kemba Walker que l'ancien Strasbourgeois a signé son record de points en carrière cette saison (18 unités). Un bonus offensif que les Bleus ne refuseraient sûrement pas.

Frank Ntilikina (New York Knicks) au contact avec Kemba Walker (Charlotte Hornets)

Frank Ntilikina (New York Knicks) au contact avec Kemba Walker (Charlotte Hornets)Getty Images

Evan Fournier face à Donovan Mitchell : feu à volonté

Les stats

  • Fournier : 20,8 points (à 45,8% au tir, 42,9% à 3 points), 4,0 rebonds, 3,6 passes décisives en 25,9 minutes de jeu
  • Mitchell : 10,2 points (à 42,6% au tir), 4,0 rebonds, 4,4 passes décisives en 25,3 minutes de jeu

A la recherche d'un vrai patron offensif depuis le départ à la retraite de Tony Parker, l'équipe de France avait jusqu'alors misé sur une répartition équitable des tickets shoot, avec Nando de Colo en co-leader. La stratégie louable sur le papier ne s'est guère montré efficace. Entre alors Evan Fournier. L'arrière des Orlando Magic s'était déjà imposé comme le meilleur scoreur français lors du dernier Euro, sans pour autant donner l'impression d'avoir pris les pleins pouvoirs offensifs. C'est désormais chose faite. A 26 ans, Fournier a encore passé un cap et pointe pour le moment dans le Top 5 des meilleurs marqueurs de ce Mondial avec une dernière pointe à 31 points contre l'Australie.

Également attendu dans ce registre, Donovan Mitchell peine à pleinement répondre aux attentes. Attaquant racé et terriblement spectaculaire, le coéquipier de Rudy Gobert à Utah se contente pour le moment d'un rôle de facilitateur, et s'en tire d'ailleurs très bien. Mais gare à son réveil, tant ses coups de chaud ont déjà fait des ravages en seulement deux saisons NBA.

Nicolas Batum face à Jayson Tatum : la dernière pièce du puzzle

Les stats

  • Batum : 8,3 points (à 46,2% au tir), 3,0 rebonds, 2,0 passes décisives en 29,7 minutes de jeu
  • Tatum : 10,5 points (à 31,8% au tir), 7,5 rebonds, 2,5 passes décisives en 24,3 minutes de jeu

Ils ne sont pas les meilleurs marqueurs de leur formation, ni même les leaders des deux côtés du terrain. Mais ils sont l'un comme l'autre essentiels à la bonne tenue de leur formation. Nicolas Batum et Jayson Tatum sont les "glue guys", ceux qui comblent tous les petits besoins d'une équipe quand il le faut. Si le Français se plaît volontiers avec cette étiquette qu'il s'est lui même attribué après la victoire contre la Lituanie, elle n'était pas de prime abord évidente pour l'Américain, au profil de scoreur plus affirmé. Mais Tatum s'y est volontiers plié, notamment à la création, avant de se blesser en fin de match contre la Turquie. Il devrait faire son retour contre les Bleus mercredi et tout de suite retrouver sa place comme titulaire. L'ailier des Boston Celtics a une bonne tête de facteur X, à même de changer le cours de la rencontre sur deux ou trois actions bien senties.

Il devrait avoir du répondant puisqu'en face, Batum monte en régime dans la compétition et n'a pas hésité à prendre ses responsabilités durant le deuxième tour. Des efforts, notamment offensifs, à confirmer et qui seront indispensables pour espérer un exploit.

Rudy Gobert face à Myles Turner : parole à la défense

Les stats

  • Gobert : 11,0 points (à 73,1% au tir), 8,4 rebonds, 2,2 passes décisives et 2,2 contres en 25,4 minutes
  • Turner : 8,4 points (à 50% au tir), 8,0 rebonds, 1,4 contre en 19,7 minutes

Difficile de trouver affrontement plus symbolique de ce France - Etats-Unis à venir. Rudy Gobert et Myles Turner sont les points d'ancrage de deux des meilleures défenses du monde. Double meilleur défenseur de la saison en titre en NBA, le Français se régale dans son rôle d'intimidateur et protecteur d'arceau. Véritable paratonnerre des Bleus, il en est la clé de voute de son identité de jeu, tant les Tricolores ont fait de leur défense la base de son ADN.

Le duel Rudy Gobert (Utah Jazz) - Myles Turner (Indiana Pacers)

Le duel Rudy Gobert (Utah Jazz) - Myles Turner (Indiana Pacers)Getty Images

Vincent Collet face à Gregg Popovich : faire trembler la légende

Nanti d'une solide réputation avec les Bleus mais de celle de serial looser en club, Vincent Collet a peut-être plus que n'importe qui l'occasion d'une vie face à lui mercredi. Le sélectionneur de l'équipe de France a remis à l'endroit des Bleus moribonds il y a deux ans à l'Euro. Mieux, il en a fait à nouveau une sélection respectée, voire crainte. La courte défaite lundi au terme du match épique contre l'Australie (98-100), vrai prétendant à la médaille, tend à le prouver. Contre les Etats-Unis, Collet peut un peu plus rentrer au panthéon des plus grands entraîneurs de sports collectifs français avec son armada défensive.

Face à lui se dresse une légende vivante du coaching, le technicien des San Antonio Spurs Gregg Popovich. L'homme aux cinq titres NBA est lui aussi adepte d'un rideau de fer défensif et d'une attaque basée sur la circulation du ballon. Avec deux équipes aux styles de jeu aussi proches, une rareté alors que Team USA mise traditionnellement sur sa force de frappe offensive, l'espoir d'un exploit bleu-blanc-rouge n'en devient que plus grand. Vincent Collet devra compter sur le match parfait des siens et pourquoi pas sortir une botte secrète pour surprendre Pop', à qui on la fait plus depuis plus de vingt ans.

Pariez sur le Basketball avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0