Getty Images

L'antisèche : Ça a tourné à la leçon de basket

L'antisèche : Ça a tourné à la leçon de basket

Le 13/09/2019 à 17:15Mis à jour Le 13/09/2019 à 18:14

COUPE DU MONDE 2019 – La France a vu ses rêves de titre voler en éclats face à l'Argentine (80-66). Les Bleus ont été dominés pendant presque tout le match par des Argentins qui ont joué la partition parfaite et ont muselé Evan Fournier and co.

Le match : Des Bleus étouffés et sans solution

La France n'a jamais vraiment trouvé la solution. Il y a eu du mieux pendant quelques minutes au deuxième quart-temps. Mais sinon, les Français ont subi le pressing et l'intensité des Argentins. Beaucoup plus agressifs, les coéquipiers d'un Luis Scola rajeuni ont fait déjouer des Bleus méconnaissables, aussi bien en défense qu'en attaque où ils ont fait preuve d'une maladresse chronique. Dès le début, les Sud-Américains ont ainsi pris les devants. Et si les Français ont recollé, ils ont repris le large juste avant la pause avant de faire grimper le score au retour des vestiaires pour ensuite maîtriser la partie. Il n'y a finalement jamais eu l'étincelle apte à réveiller des Tricolores touchés mentalement.

Rudy Gobert lors d'Argentine - France

Rudy Gobert lors d'Argentine - FranceGetty Images

Le symbole : Gobert vs Scola

Si Frank Ntilikina a été l'un des rares Français à surnager comme en témoignent ses 16 points en 21 minutes, l'un des symboles de ce match est la différence d'impact entre Rudy Gobert et Luis Scola. Si efficace face aux Etats-Unis, contre qui il a dominé la bataille sous les cercles, le pivot du Jazz et des Bleus n'a pas existé en attaque dans cette demie. Ses coéquipiers l'ont longtemps oublié. Ou n'ont pas réussi à le trouver. Il termine avec trois petits en… trois tirs. Même s'il n'a jamais été une machine à scorer, ce n'est pas normal. A l'opposé, Luis Scola a fait un récital. L'intérieur argentin, qui évolue désormais en Chine du côté de Shanghai, a été juste impressionnant avec ses 28 points et 13 rebonds. Il n'a pas fait ses 39 ans. Et c'est un doux euphémisme de l'écrire.

Luis Scola a brillé lors d'Argentine - France

Luis Scola a brillé lors d'Argentine - FranceGetty Images

La stat : 23%

Si adroits jusque-là de loin en Chine, les Français ont perdu leur adresse dans cette demie. Le pressing constant des Argentins y est pour beaucoup. Mais ça a fait terriblement mal aux joueurs de Vincent Collet, qui ont tourné à 23% à trois points avec un terrible 7 sur 31 aux tirs longue distance. Avec un symbole de cette faillite : le bilan de ses leaders. Evan Fournier (1 sur 6), Nando De Colo (0 sur 3) et Nicolas Batum (1 sur 6) terminent à 2 sur 15 à trois points.

Le tweet qu'il ne faut pas oublier

La décla : Nicolas Batum au micro de Canal+ Sports

" Ils étaient beaucoup plus prêts. Il reste un match. Il faut passer à autre chose, battre l'Australie. On n'a pas été bon ce soir, on n'a pas été nous-mêmes. L'Argentine a été grande. Il ne faut pas se décomposer car il reste l'Australie à battre."

La question : Pourquoi faut-il surtout féliciter les Argentins ?

Il peut être tentant de tomber à bras raccourcis sur cette équipe de France qui prend une terrible claque après son exploit face à Team USA alors qu'elle avait les moyens de rêver haut. Mais il faut aussi féliciter cette formation d'Argentine. Ce vendredi, elle a joué la partition parfaite pour faire chuter les Bleus. Sans un joueur NBA et après leur démonstration face aux Serbes, les Argentins ont une nouvelle fois rappelé qu'il était bon d'avoir en FIBA un plan de jeu bien ficelé, un QI basket de haut vol et un collectif bien huilé. Ils ont ainsi mis une intensité de tous les instants et une énergie débordante pour faire douter les Tricolores. Surtout, ils ont parfaitement ciblé les points forts français.

Evan Fournier à terre lors de France - Argentine

Evan Fournier à terre lors de France - ArgentineGetty Images

Evan Fournier et Nando De Colo, les deux scoreurs offensifs de Vincent Collet, ont eu droit à un traitement de faveur avec un pressing haut et des prises à deux. Du coup, ils n'ont pas eu leur impact habituel. Idem pour un Rudy Gobert privé de ballons. Et en attaque, les Argentins ont fait parler leur collectif en faisant vivre le ballon pour trouver des tirs ouverts. Mentalement mais aussi tactiquement, ils ont signé le match parfait. Ça a même tourné à la leçon pour des Français malheureusement dépassés devant une telle copie adverse.

Pariez sur le Basketball avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0