Getty Images

L’antisèche : Un exploit sur le papier, pas sur le terrain

L’antisèche : Un exploit sur le papier, pas sur le terrain

Le 11/09/2019 à 17:02Mis à jour Le 11/09/2019 à 20:01

COUPE DU MONDE 2019 - L'équipe de France a frappé un coup retentissant en s'offrant les Etats-Unis (89-79) en quart de finale ce mercredi. Dans le sillage d’un Rudy Gobert dominant à souhait, les Bleus ont signé un exploit et se qualifier pour les JO de Tokyo. Un exploit qui a presque semblé normal pour eux. Le symbole d’un changement d’époque. Notre antisèche.

Le match : Une partie de rêve avec un seul petit passage compliqué

C'est un exploit historique. Juste sensationnel. Tout s'est en effet passé comme dans un rêve pour les Bleus, irréprochables en défense et guidés par un trio d'exception. Avec un Rudy Gobert monstrueux sous le cercle (21 pts, 16 rbds), un Evan Fournier redoutable pour attaquer le panier (22 pts) et un Nando De Colo d’un sang-froid clinique en fin de match (18 pts), la France a joué une partition presque parfaite. Grâce à son point fort. Car après leur match contre l'Australie, les Bleus ont retrouvé leur défense pour maîtriser leur raquette et étouffer les Américains, qui sont restés dans le match en première mi-temps grâce à un Donovan Mitchell diabolique (29 pts).

Le plus fort est cependant la capacité de réaction des Bleus. Les protégés de Vincent Collet ont su rester dans leur match quand les Américains ont repris la direction des opérations au troisième quart-temps. Si Team USA a pris sept points d'avance, ils n'ont pas tremblé ni paniqué. Et avec le retour de Gobert pour contrôler la peinture et le cinq type sur les lattes, les Bleus ont recollé avant de tuer le match grâce à des shoots de Frank Ntilikina et aux lancers de Nando De Colo.

Le joueur : Rudy Gobert

Il y a des matches pour envoyer des messages. Ce mercredi, Rudy Gobert en a envoyé un fracassant. Le pivot des Bleus a dominé comme rarement cette rencontre. Et des deux côtés du parquet. Le géant du Jazz, qui a provoqué 7 fautes à la mi-temps, a régné sous les cercles en martyrisant Myles Turner et les intérieurs adverses. Il termine avec une feuille de stats hallucinante pour du basket FIBA : 21 points à 50% aux tirs, 16 rebonds et 3 contres !

Le facteur X : Frank Ntilikina

Evan Fournier a longtemps montré le chemin à suivre. Nando De Colo a tué le match sur la ligne. Et Rudy Gobert a fait un carnage dans la raquette. Mais cette victoire porte aussi le sceau de Frank Ntilikina. Le meneur des Knicks a planté trois paniers clefs quand on ne l'attendait pas. Il a d'abord mis un lay-up pour revenir à 74-71 puis il a marqué un trois points au buzzer pour égaliser à 76-76 avant d'ajouter deux points quelques secondes plus tard. Oui, il sait aussi être agressif et prendre ses responsabilités en attaque, lui qui est souvent critiqué aux Etats-Unis pour son indolence. Et il l'a démontré face au meilleur adversaire possible.

La stat : 16

On savait cette équipe américaine pas vraiment armée sous le cercle. Mais quand même ! Sur ce quart de finale, les Français ont outrageusement dominé la bataille aux rebonds. Dans le sillage de Rudy Gobert, les Bleus terminent avec 44 rebonds, soit 16 de plus que les Américains.

La décla : Rudy Gobert (pivot de l'équipe de France, vainqueur des États-Unis 89-79, sur Canal+ Sport)

" A la fin de ma carrière, ce sera un des matches dont je me souviendrai. On n'a paniqué à aucun moment. On a pris l'eau après le deuxième quart-temps, mais on savait pourquoi : on leur a donné les rebonds, les contre-attaques. Quand on a corrigé ça, on a su leur rendre la vie difficile et jouer juste en attaque. Notre objectif ce n'est pas de battre les Etats-Unis, mais de gagner la Coupe du monde. On va jouer une équipe d'Argentine qui est très forte. C'est à nous de bien nous préparer, nous reposer et étudier leur jeu pour aller chercher la victoire."

Le tweet qu'il faudrait supprimer

La question : Pourquoi cette victoire illustre l'évolution du basket français ?

La France du basket a bien mûri. Cette victoire le démontre. Il y a quelques années, personne n'aurait imaginé voir une équipe de France battre une formation américaine composée à 100% de joueurs NBA de 10 points. Alors bien sûr, le Team USA est touché par de nombreuses absences cette année. Mais il ne faut pas se tromper, battre les Américains qui étaient invaincus depuis 58 matches en compétition officielle reste un exploit rare sur la planète basket.

Ce n'est cependant pas seulement le résultat et le score qui nous ont frappés. C'est aussi l'attitude des Français. Il n'y a pas eu d'euphorie au coup de sifflet final. Les Bleus ont célébré. Sans excès. Comme si cette victoire était presque normale. Et ça en dit beaucoup sur leur perception de ce choc, leurs ambitions et l’évolution du basket.

Ces dernières années, un mythe est en effet tombé. A tel point qu'il semble loin le temps où les Bleus regardaient les joueurs de Team USA avec des étoiles dans les yeux et leur demandaient des autographes. Avec quatre joueurs NBA (cinq si on compte Poirier) et d'autres qui sont passés par la grande Ligue américaine, les protégés de Vincent Collet ont désormais l'habitude de croiser ces joueurs US. Alors forcément, les Américains ne sont plus d’une autre planète. Les battre n'est du coup plus une fin en soi. Surtout quand ils n’ont pas toutes leurs superstars. Aujourd’hui, les Français en veulent tout simplement plus et ramener quelque chose de concret de leur périple chinois. Leur attitude l'a illustré. Et a rappelé à quel point cette France du basket a mûri.

Vidéo - Défense de fer et force collective : comment les Bleus ont signé l'exploit face au Team USA

00:59
Pariez sur le Basketball avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0