La chasse aux fantômes n'a pas été fructueuse pour les Bleus. Comme en 2003 face à la Lituanie en Suède, la France a échoué aux portes de la finale de l'Euro samedi. Alors qu'ils menaient de 7 points à moins d'une minute de la fin, les hommes de Claude Bergeaud se sont fait surprendre par un tir primé de Diamantidis à cinq secondes de la fin. Un shoot assassin qui permet à la Grèce se de qualifier pour la finale pour un petit point (67-66).
Premier quart-temps: manque d'adresse à 3 points
EURO 2005
Rigaudeau : "Je dois faire le point"
28/09/2005 À 06:00
Après un début de match un peu en dedans (7-2 pour les Grecs à la 4e), les Bleus retrouvent rapidement de l'agressivité en défense. Weis répond présent au rebond et malgré la bras chaud de Papadopoulos (7 pts en 6 minutes), les Bleus prennent la tête grâce à un 2/2 de Pietrus aux lancers franc. Problème, les paniers primés ne rentrent pas. Parker puis Diaw tentent mais sans réussite (0/4 à 3 pts dans ce quart temps). La Grèce vire en tête avec deux points d'avance (16-14).
Deuxième quart-temps: Parker se réveille
Les Grecs vont toujours au bout des 24 secondes en attaque. Cela gêne les Bleus adeptes du jeu rapide. Mais Tony Parker se réveille. Il provoque 4 fautes consécutives et prend les rebonds. Zisis réagit pour la Grèce avec deux shoots pour redonner l'avantage aux siens (29-27, 19e). Il reste alors une dernière possession pour la France et Parker file à toute allure en contre et, des 9 mètres, offre trois points à la France sur le buzzer (mi-temps: 30-29). Tony Parker termine cette première période avec 13 pts. Mais la France a déjà perdu 12 ballons.
Troisième quart-temps: trop de fautes des Bleus
Au retour des vestiaires, les Français commettent beaucoup de fautes, surtout dans le secteur intérieur, à la peine face à Papadopoulos. Après Weis, Julian prend à son tour trois fautes, puis Schmitt, deux en une minute. Rigaudeau n'est pas dans un grand jour et manque ses shoots. Diamantidis enchaînent les lancers francs et la Grèce égalise (36-36, 25e). Heureusement, la réussite à trois points revient. Michael Pietrus permet à la France de repasser devant (39-38, 27e), puis c'est Diaw et Gelabale, coup sur coup, qui permettent de garder l'avantage (45-44).
Quatrième quart-temps: un money-time décisif
Jusqu'à un dunk de Nitkoudis, les deux équipes se tiennent à un voire deux points (50-49, 36e). Parker échoue à trois points mais Gelabale est au rebond. Diaw lui réussit. C'est le tournant. Nitkoudis manque ses lancers et Diaw, encore lui, offre le plus gros écart du match à la France (55-49, 37e). Tony Parker en remet une couche avec un tir phénoménal des 7 mètres (58-51, 38e). On se dit que c'est le panier de la victoire. Les Grecs multiplient les fautes. Parker fait un 0/2. Papaloukas, lui, réalise un sans-faute (65-64, 39e). Rigaudeau en réussit un sur deux. Il reste alors 7 secondes à jouer. Diamantidis prend le ballon et crucifie les Bleus d'un dernier tir à trois points assassin.
La France jouera dimanche pour la troisième place de cet Euro. Même si l'objectif des Mondiaux est atteint et qu'une médaille est toujours possible, cette défaite va être dure à digérer. Comme celle face à la Lituanie en 2003. Il faudra encore attendre pour mettre fin à la disette de 56 ans et rejouer une finale européenne après celle de 1949.
GRECE-FRANCE: 67-66
Grèce: 25 paniers (dont 3 sur 15 à 3 pts) sur 64 tirs - 14 LF sur 26 tentés - 37 rebonds (Ntikoudis 11) - 3 passes décisives (Diamantidis) - 0 contre -interceptions - 8 balles perdues - 25 fautes personnelles - Joueur sorti: Papaloukas (39e)
Marqueurs: Papaloukas (10), Zisis (11), Fotsis (4), Chatzivrettas (3), Ntikoudis (14), Diamantidis (7), Papadopoulos (15), Kakiouzis (3)
France: 23 paniers (dont 7 sur 22 à 3 pts) sur 53 tirs - 13 LF sur 19 tentés - 40 rebonds (Weis et F.Pietrus 9) - 10 passes décisives (Parker et Diaw 3)- 4 contres - 3 interceptions - 21 balles perdues - 25 fautes personnelles - Joueurs sortis: Weis (38e), Gelabale (39e)
Marqueurs: Gelabale (7), Rigaudeau (6), Julian (2), M. Pietrus (6), Parker (20), F. Pietrus (8), Diaw (14), Weis (1), Schmitt (2)
EURO 2005
Un avenir en bleu
26/09/2005 À 17:15
EURO 2005
La Grèce sur le toit de l'Europe
26/09/2005 À 07:10