Imago

Bourges échoue de peu

Bourges échoue de peu
Par AFP

Le 11/04/2008 à 15:55Mis à jour

Après avoir pourtant dominé la rencontre durant une grande partie du match, Bourges a finalement cédé après prolongation contre Brno (90-81) en demi-finale de l'Euroligue. Les Berruyères, emmenées par Belinda Snell (29 pts), peuvent avoir des regrets mai

Jamais depuis 2001, Bourges n'avait été aussi proche de rejouer une finale d'Euroligue féminine de basket avant de s'incliner face à Brno, vainqueur 90 à 81 après prolongation en demi-finale vendredi dans sa salle. Comme l'année dernière, lorsqu'elles avaient échoué à la quatrième place du Final Four de Moscou, les Berruyères ont manqué l'occasion de postuler pour un quatrième sacre après ceux de 1997 1998 et 2001.

Cette fois, elles peuvent plus que jamais nourrir d'énormes regrets après avoir mené de treize points (63-50) au début du dernier quart-temps et encore de cinq points (75-70) à 42 secondes de la fin. Mais, après avoir fait la course en tête pendant toute la partie, Bourges a vu son édifice s'affaler lors d'une prolongation que Brno, en l'atteignant, avait déjà en poche avant même de la disputer. "C'est déjà dur de perdre mais encore plus de cette manière, ça fait mal, plus que l'année dernière, car cette fois on méritait la finale", a réagi l'entraîneur de Bourges Pierre Vincent, qui a vu un vestiaire de "désolation" à la fin du match.

Céline Dumerc, qui en compagnie de Belinda Snell (29 points) a longtemps maintenu son équipe à flot avec ses tirs primés, était surtout en colère. "C'est vraiment le sentiment qui prime, avec celui de la tristesse", a grincé la meneuse de jeu dont les 15 points n'auront finalement servi à rien.

Arbitrage

En cause, quelques décisions d'arbitrage litigieuses vers la fin du temps réglementaire, lorsque Brno revenait comme un bison en renversant tout sur son passage, dont quelques joueuses de Bourges. "Les filles ont le sentiment de s'être fait voler et je pense la même chose, a commenté Vincent. Ce sont des choses qu'on ne peut pas contrôler. On peut toujours se plaindre mais la raison dit qu'on n'avait qu'à faire mieux." "A la fin on perd deux ballons importants qui nous coûtent très cher", a ajouté le coach de Bourges après avoir vu son équipe en apnée sur ses montées de balle dans les dernières minutes. Vincent, par ailleurs sélectionneur des Bleues, a également déploré les paniers faciles ratés au début du match où, malgré l'énorme écart creusé par son équipe (30-13, 17e), il y avait sans doute moyen de faire encore mieux face à une formation tchèque complètement à côté de la plaque.

Des regrets, que des regrets donc, d'autant que Dumerc (4 sur 9) et surtout la championne du monde australienne Snell (7 sur 11) ont tout cassé derrière la ligne des trois points. "Je suis fier de mon équipe et on méritait d'aller en finale, on la tenait pendant 39 minutes et 15 secondes, on a mené tout le match, avant que tout ne s'écroule", a constaté Dumerc, ravagée par la déception et très loin de penser au match pour la troisième place face à Ekaterinbourg dimanche. Après avoir survécu à l'humiliation d'une déroute à domicile, les Tchèques de Brno compteront, elles, sur la force démultipliée des miraculés pour aller défier le grand favori et tenant du titre du Spartak Moscou en finale.

BRNO-BOURGES 90-81 A.P. (13-27, 21-15, 16-19, 27-16, 13-4)

Brno: 35 paniers (dont 7 sur 20 à trois points) sur 68 tirs - 13 LF sur 23 - 41 rebonds (Vesela 9) - 9 passes (Vesela 3) - 16 balles perdues - 24 fautes personnelles

Marqueuses: Vesela (12), Vecerova (0), Maïga-Ba (6), Machova (5), Whitmore (4), Zirkova (28), Kulichova (8), Ivkovicne Beres (10), Viteckova (17)

Bourges: 25 paniers (dont 12 sur 25 à trois points) sur 68 tirs - 19 LF sur 26 - 41 rebonds (Kireta 9) - 7 passes (Dumerc 3) - 20 balles perdues - 21 fautes personnelles

Marqueuses: Petrovic (7), Snell (29), Melain (5), Miyem (6), Dumerc (15), Kireta (14), Lepron (2), Ndongue (3), Bujdoso (0)

EKATERINBOURG - SPARTAK MOSCOU 68-78 (22-23, 23-18, 17-17, 16-10)

Ekaterinbourg: 29 paniers (dont 4 sur 13 à trois points) sur 60 tirs - 6 LF sur 7 - 36 rebonds (Leuchanka et Bibrzycka 7) - 9 passes - 12 balles perdues - 18 fautes personnelles

Marqueuses: Nolan (6), Leuchanka (15), Harrower (9), Taylor (8), Bibrzycka (8), Gruda (8), Aubert (2), Jones (9), Abrosimova (3)

Spartak Moscou: 29 paniers (dont 8 sur 19 à trois points) sur 66 tirs - 12 LF sur 15 - 32 rebonds (Jackson 12) - 10 passes (Bird 4) - 6 balles perdues - 11 fautes personnelles

Marqueuses: Miller (0), Karpunina (6), Thompson (24), Shchegoleva (4), Bird (4), Osipova (0), Taurasi (5), Matovic (0), Jackson (35)

0
0